Menu
A+ A A-

Le pétrole porté par les inquiétudes sur une éventuelle pénurie d'or noir

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont rebondi jeudi dans un marché redoutant de voir l'offre d'or noir se réduire trop fortement après l'entrée en vigueur de sanctions américaines contre les exportations iraniennes.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a gagné 38 cents pour terminer à 81,72 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE). Il remonte ainsi tout près de son plus haut niveau en quatre ans atteint mardi (81,87 dollars).

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance a pris 55 cents pour finir à 72,12 dollars.

L'annonce d'une hausse hebdomadaire des stocks de brut aux États-Unis, qui avait fait baisser les prix du brut mercredi, a vite été reléguée à l'arrière-plan lorsque le secrétaire américain à l'Énergie Rick Perry a affirmé devant la presse que le pays n'envisageait pas d'utiliser ses réserves stratégiques.

"Nous estimions qu'il y avait de bonnes raisons d'espérer que les États-Unis utiliseraient (ces stocks) puisque l'OPEP traîne les pieds pour compenser la perte de l'offre iranienne", a commenté Olivier Jakob, analyste chez PetroMatrix.

Les acteurs du marché peinent en effet à voir d'où pourraient provenir les barils qui compenseront les sanctions de Washington sur les exportations iraniennes, censées entrer en vigueur début novembre.

Visiblement, "les États-Unis préféreraient clairement que les pays de l'OPEP et les producteurs américains s'activent pour contrebalancer les pertes iraniennes mais les poches de réserve restent limitées", ont souligné les analystes de Schneider Electric.

Mais l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, emmenée par l'Arabie saoudite, et d'autres grands pays producteurs, dont la Russie, ont montré dimanche une certaine réticence à ouvrir plus largement leurs vannes.

"Il ne faut pas oublier que les sanctions vont être appliquées deux jours avant les élections législatives aux États-Unis", ont rappelé les analystes de Commerzbank. Les prix de l'essence, notent-ils, sont déjà à leur plus haut en quatre ans.

Dans ce contexte incertain, les analystes commencent à s'inquiéter des conséquences potentielles d'une brusque hausse des prix.

"A huit reprises sur les 30 dernières années, les cours du brut ont gagné plus de 80% en moins d'un an", ont indiqué les analystes de BNY Mellon Markets. "Dans six de ces cas, le dollar s'affaiblissait", alors que le billet vert se renforce actuellement, ont-ils noté.

"Selon nos prévisions, le quatrième trimestre 2018 va être le plus tendu en plus d'une décennie, nettement plus que tous ceux de 2019", ont prévenu les analystes de Energy Aspects, en soulignant que les éventuels problèmes de manque d'offre se situent principalement à court terme.


(c) AFP

Commenter Le pétrole porté par les inquiétudes sur une éventuelle pénurie d'or noir


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 15 juillet 2019 à 21:47

    Le pétrole recule un peu alors que la tempête Barry s'éloign…

    New York:  Les prix du pétrole ont terminé en baisse lundi alors que la tempête tropicale Barry s'éloignait, sans avoir fait trop...

    lundi 15 juillet 2019 à 12:41

    Les prix des carburants repartent à la hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont progressé dans leur ensemble la semaine dernière, avec une hausse plus marquée...

    lundi 15 juillet 2019 à 11:32

    Le pétrole monte dans un marché prudent

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu lundi, dans un marché prudent et qui restait inquiet face aux surplus attendus.

    samedi 13 juillet 2019 à 18:43

    Londres relâchera le pétrolier iranien s'il ne va pas en Syr…

    Londres: Le chef de la diplomatie britannique a informé samedi son homologue iranien que Londres laisserait repartir le pétrolier Grace 1 arraisonné...

    vendredi 12 juillet 2019 à 21:16

    Entre Iran et tempête tropicale, le pétrole termine la semai…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en petite hausse vendredi à la fin d'une semaine marquée par des tensions...

    vendredi 12 juillet 2019 à 13:41

    L'AIE maintient sa perspective d'un marché pétrolier excéden…

    Paris: La récente décision de l'Opep de prolonger l'accord de production "ne change pas la perspective" d'un marché pétrolier excédentaire, estime l'Agence...

    vendredi 12 juillet 2019 à 12:19

    Le pétrole remonte, aidé par des perturbations de l'offre

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi, aidés par une combinaison de facteurs qui pèsent sur l'offre dans un contexte où c'est...

    jeudi 11 juillet 2019 à 18:35

    L'Opep prévoit une demande en baisse pour son pétrole brut e…

    Paris: La demande mondiale pour le pétrole brut de l'Opep doit diminuer en 2020 tandis que la demande mondiale dépassera 100 millions...

    jeudi 11 juillet 2019 à 17:35

    Le pétrole se stabilise après un plus haut depuis la fin mai

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient jeudi en cours d'échanges européens, après avoir atteint plus tôt dans la journée un plus...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite