Menu
A+ A A-

Pétrole: l'Opep ignorant Trump, le Brent grimpe au plus haut depuis 2014

prix du petrole LondresLondres: Le prix du pétrole londonien a grimpé lundi à son niveau le plus élevé depuis novembre 2014 après la décision de l'Opep et ses partenaires de ne pas augmenter la production d'or noir malgré les pressions de Donald Trump.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a terminé à 81,20 dollars, en hausse de 2,40 dollars ou 3% par rapport à la clôture de vendredi. Il est monté jusqu'à 81,40 dollars.

Coté à New York, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. américain pour livraison le même mois a, pour sa part, fini à 72,08 dollars, en hausse de 1,30 dollar ou 1,8%. Il s'agit de son plus haut niveau depuis juillet.

L'annonce de sanctions américaines à l'encontre des exportations iraniennes de pétrole a nettement participé à la montée des cours du brut ces derniers mois, les investisseurs craignant une nette réduction de l'offre d'or noir sur le marché mondial.

"Ce sentiment a été renforcé lundi par l'incapacité des pays membres de l'OPEP et de ses partenaires à indiquer clairement s'ils allaient augmenter leur production une fois que les sanctions américaines entreront en vigueur", en novembre, ont souligné les analystes de Schneider Electric.

Le président américain avait exhorté jeudi sur Twitter l'Organisation des pays exportateurs de pétrole à faire baisser les prix du brut.

Mais une vingtaine de pays membres et non membres de l'OPEP, signataires fin 2016 d'un accord par lequel ils se sont engagés à limiter leur offre, ont décidé dimanche à Alger de ne rien faire pour l'instant.

Ils interviendront pour éviter une pénurie lorsqu'ils jugeront le moment opportun, a affirmé le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh.

Pression américaine


"Il est clair que les États-Unis mettent la pression sur les pays qui importent du pétrole iranien", a commenté Naeem Aslam, analyste chez Think Markets. Les importations coréennes, par exemple, ont pratiquement chuté à zéro, avant même l'entrée en vigueur prévue début novembre des sanctions visant directement les exportations de pétrole de Téhéran.

Mais le président américain n'a pas non plus intérêt à voir les prix du brut grimper trop fort: une hausse significative du plein d'essence serait malvenue à l'approche d'élections législatives aux États-Unis.

"La semaine dernière, certains investisseurs ont pu croire que les alliés des Américains au Moyen-Orient allaient augmenter leurs extractions" après le tweet de M. Trump, a relevé David Madden, analyste chez CMC Markets, à l'AFP.

Mais après leur réunion à Alger, le Comité ministériel conjoint de suivi de l'accord OPEP-non OPEP (JMMC) a fait part de sa "satisfaction concernant les perspectives actuelles du marché pétrolier, avec un équilibre globalement sain entre offre et demande", selon la déclaration finale de la rencontre.

Prudence saoudienne


L'accord, signé fin 2016 alors que les prix du pétrole souffraient d'une surabondance de l'offre, a contribué à la remontée des cours. En juin, sous la pression des deux plus importants producteurs participant, la Russie et l'Arabie saoudite, la comptabilité du groupe de producteur a été modifiée pour permettre à ces deux géants pétroliers d'augmenter leurs extractions.

Une nouvelle augmentation "reste incertaine car il faudrait que tous les pays soient représentés lors d'une séance plénière extraordinaire", et non lors d'une simple réunion de suivi, a détaillé Benjamin Lu, analyste chez Phillip Futures.

Mais les marchés ont également noté le ton prudent adopté par le ministre saoudien de l'Energie.

Il a jugé "prématuré" d'estimer ce que sera le niveau de production en 2019, tout en estimant "improbable" une hausse de production, sauf "surprise concernant l'offre ou la demande".

"En d'autres mots, les barils iraniens ne vont pas être remplacés, et avec le déclin significatif de la production vénézuélienne", il n'est pas étonnant que les plus hauts de l'année aient été franchis, a commenté Tamas Varga, analyste chez PVM, qui s'attend par ailleurs à "une nouvelle déclaration anti-OPEP de Trump".


(c) AFP

Commenter Pétrole: l'Opep ignorant Trump, le Brent grimpe au plus haut depuis 2014


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 19 janvier 2021 à 12:14

    Le pétrole repart timidement aidé par les commentaires de l…

    Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mardi mais sans grande conviction, rassurés cependant par le dernier rapport mensuel de l'Agence internationale...

    mardi 19 janvier 2021 à 11:13

    Pétrole: l'AIE revoit la demande en baisse malgré des fondam…

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que le marché pétrolier repose sur des fondamentaux plus solides cette année grâce aux vaccins...

    lundi 18 janvier 2021 à 16:51

    Climat: l'AIE presse le secteur pétrolier d'agir sur les fui…

    Paris: Après une baisse de ses émissions de méthane l'an dernier en raison de la crise, l'AIE a pressé lundi l'industrie des...

    lundi 18 janvier 2021 à 12:06

    Le pétrole commence la semaine en petite forme

    Londres: Les prix du pétrole se tassaient légèrement lundi, tirés vers le bas par plusieurs facteurs dont un regain de vigueur du...

    vendredi 15 janvier 2021 à 21:49

    Le pétrole termine la semaine en marche arrière

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en baisse vendredi, le marché reprenant son souffle après un début d'année en...

    vendredi 15 janvier 2021 à 16:49

    ExxonMobil soupçonné d'avoir surévalué un important actif

    New York: Le régulateur de la Bourse américaine a ouvert une enquête contre la major pétrolière ExxonMobil pour avoir surévalué l'un de...

    vendredi 15 janvier 2021 à 15:25

    Total claque la porte de l'American Petroleum Institute

    Paris: Le groupe français Total a annoncé vendredi son intention de se retirer du puissant American Petroleum Institute (API), qui regroupe des...

    vendredi 15 janvier 2021 à 12:15

    Le pétrole aborde la fin de semaine en marche arrière

    Londres: Les prix du pétrole reculaient vendredi, le marché reprenant son souffle après un début d'année en fanfare tandis que la pandémie...

    jeudi 14 janvier 2021 à 21:59

    Le pétrole se redresse dans l'espoir de nouvelles mesures d…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole, qui évoluaient en baisse en début de séance américaine, ont inversé la tendance et fini...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 12 janvier 2021 La progression des cours de l’or noir reste soutenue par les engagements de l’OPEP+ à stabiliser le marché pétrolier en optant pour le maintient du niveau de la production actuelle pour les mois de février et mars.

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2020

    Le mardi 12 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2020.

    Lire la suite

    En novembre 2020, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 21 décembre 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2020, le prix du pétrole en euros se redresse (+5,6 % après −1,6 % en octobre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent (+2,4 % après +0,7 %), du fait de ceux des matières premières industrielles qui se redressent (+3,9 % après −0,1 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires ralentissent (+0,7 % après +1,5 %). Le prix du pétrole se redresse En novembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) se redresse (+5,6 % après −1,6 %), s’établissant à 36,1 € en...

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite