Menu
A+ A A-

Le pétrole dopé par les inquiétudes sur les sanctions iraniennes

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi et sur la semaine, les investisseurs s'inquiétant toujours des conséquences des sanctions iraniennes sur le marché mondial de l'or noir.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a gagné 1,09 dollar par rapport à sa clôture de la veille pour terminer à 75,82 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE). Il enregistre une progression de 5% par rapport à vendredi dernier, sa première hausse hebdomadaire en un mois.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance s'est apprécié de 89 cents pour clôturer à 68,72 dollars. Sur la semaine il a aussi pris plus de 5%, ce qui représente sa première hausse hebdomadaire en deux mois.

Après avoir marqué jeudi une pause qui a mis fin à cinq séances consécutives de progression, les cours sont repartis à la hausse vendredi, soutenus en grande partie "par une offre qui reste limitée et le probable repli à moyen terme des exportations iraniennes", ont avancé les analystes de Schneider Electric.

L'annonce mercredi d'un recul bien plus important que prévu des réserves d'or noir aux États-Unis a particulièrement fait bondir les prix du pétrole. En cours de séance vendredi, le relevé hebdomadaire de la société Baker Hugues a fait état d'une nette baisse du nombre de puits de forage en activité dans le pays (-9 unités à 860 puits), signe d'une moindre production à venir.

Les mesures prises par Washington dans le cadre de la sortie des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien empêcheront par ailleurs début novembre les importateurs de pétrole de se fournir auprès de Téhéran.

Alors que les acheteurs se préparent à l'entrée en vigueur de ces sanctions, les exportations iraniennes reculent déjà.

"L'Iran est le troisième plus grand producteur de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), et sa production pourrait reculer d'entre 1 million et 2,5 millions de barils par jour", a rappelé Artjom Hatsaturjants, analyste chez Accendo Markets.

La semaine prochaine, certains membres de l'OPEP ainsi que des représentants de leurs partenaires, qui contrôlent leurs extractions depuis début 2017 pour éviter un surplus de l'offre, se réuniront.

Le ministre iranien de l'Energie sera convié à cette réunion, alors que Téhéran accuse ses partenaires saoudiens et russes de les pénaliser en augmentant leurs productions respectives.

Vendredi, en plus de ces éléments fondamentaux pour le marché de l'énergie, "le pétrole a reçu un coup de fouet du marché des changes" avec la baisse du dollar, a commenté Stephen Brennock, analyste chez PVM. L'affaiblissement du billet vert tend en effet à rendre moins chers les achats de barils vendus dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

Les investisseurs restent par ailleurs très sensibles à toute évolution dans les négociations entre les États-Unis et la Chine.

"J'ai parfois tendance à penser que les marchés réagissent trop aux gros titres mais sur ce sujet, les implications pour l'économie mondiale et donc sur la demande en énergie sont tellement importantes", a souligné Kyle Cooper d'IAF Advisors. "Toute parole, tout geste, dans le sens d'un apaisement ou d'un durcissement des négociations, peut faire bouger considérablement les cours."


(c) AFP

Commenter Le pétrole dopé par les inquiétudes sur les sanctions iraniennes


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:15

    USA: les stocks de brut plongent, les exportations bondissen…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont chuté de manière inattendue la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 20 mars 2019 à 12:23

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché peine à prendre de l'élan, à quelques...

    mercredi 20 mars 2019 à 05:14

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, en raison des incertitudes qui se prolongent quant à...

    mardi 19 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole finit sans direction, les réductions de l'Opep en…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé sans direction mardi alors que les investisseurs ont continué à évaluer les conséquences...

    mardi 19 mars 2019 à 16:14

    Le pétrole recule mais reste proche de ses plus hauts en qua…

    Londres: Les cours du pétrole perdaient un peu de terrain mardi en cours d'échanges européens après avoir atteint leurs plus hauts en...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite