Menu
A+ A A-

Le pétrole recule dans un marché inquiet de la demande mondiale

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont baissé lundi alors qu'une potentielle contagion de la crise turque et ses conséquences sur la demande mondiale inquiètent les investisseurs, au moment où l'Opep a augmenté sa production de brut en juillet.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a clôturé à 72,61 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 20 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat de septembre a cédé 43 cents à 67,20 dollars.

"Le risque du côté de la demande de pdemande de pétroleeacute;trole vient actuellement de la Turquie", a commenté Phil Flynn de Price Futures Group.

Plongée dans une crise qui a fait chuter sa monnaie de plus de 40% face au dollar depuis le début de l'année, Ankara a annoncé lundi des mesures pour tenter d'enrayer l'effondrement de la livre, sans grand succès.

La devise turque a poursuivi lundi sa chute et a continué à affecter d'autres devises de pays émergents tout comme les places boursières européennes et asiatiques, les marchés craignant notamment que la crise turque ne s'étende à ses partenaires financiers.

"Tant que le moral des investisseurs sera corrélé à la situation en Turquie, il faut s'attendre à ce que les actifs à risque souffrent", a expliqué Jameel Ahmad, analyste chez FXTM.

Cette situation a également pour conséquence de faire monter le dollar en tant que valeur refuge, rendant moins attractifs les achats de matières premières libellés dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

Dans ce contexte, la hausse de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) selon son dernier rapport mensuel a ajouté à la crainte des marchés de voir une offre en surplus marqué par rapport à la demande.

Les pays de l'OPEP ont pompé 32,32 millions de barils par jour (mbj) en juillet, soit une augmentation de 40.700 barils par jour par rapport à juin, selon des sources indirectes rapportées par l'OPEP.

"L'Algérie, l'Angola, l'Irak, le Koweït et le Nigeria ont augmenté leur production. Combinez cela aux craintes de guerre commerciale qui pourraient avoir des conséquences substantielles sur la demande chinoise et vous obtenez un sentiment négatif sur le marché", a affirmé James Williams de WTRG.

Les cours sont fortement influencés depuis plusieurs semaines par les annonces de durcissement des taxes douanières entre les États-Unis et la Chine mais également par la mise en oeuvre par Washington de sanctions visant l'Iran, important producteur d'or noir.

"La force la plus importante sur le marché du pétrole se situe actuellement à la Maison Blanche", a résumé Tamas Varga, analyste chez PVM.

Au sujet des relations irano-américaines, le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a affirmé lundi qu'il n'y aurait ni guerre ni négociations avec les États-Unis.


(c) AFP

Commenter Le pétrole recule dans un marché inquiet de la demande mondiale


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 28 novembre 2021 à 21:40

    Les réunions techniques de l'Opep reportés à mercredi et jeu…

    Londres: L'Opep et ses alliés ont repoussé vers la fin de la semaine prochaine la tenue de leurs réunions techniques afin d'évaluer...

    vendredi 26 novembre 2021 à 21:14

    Le variant fait baisser de plus de 10% le pétrole

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont vécu vendredi leur pire journée en 17 mois, heurtés de plein fouet par la...

    vendredi 26 novembre 2021 à 17:21

    Le nouveau variant sème la panique sur les marchés du pétrol…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en chute libre vendredi, plongeant de 10% par rapport à la clôture de la veille, emportés...

    vendredi 26 novembre 2021 à 12:47

    Le nouveau variant du Covid-19 fait chuter fortement les cou…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en forte chute vendredi devant le risque que fait peser sur la demande d'or noir le...

    vendredi 26 novembre 2021 à 10:43

    📈 La Bank Of America prédit un prix du baril de Brent à 120$…

    New York: Bank of America, la plus grande banque américaine, a déclaré dans une note de recherche que le cours du Brent, indice...

    vendredi 26 novembre 2021 à 09:38

    Le baril de pétrole WTI chute de plus de 5%, inquiétudes sur…

    Londres: Les prix du pétrole chutaient vendredi matin, en particulier le baril de WTI, qui lâchait plus de 5% à New York...

    jeudi 25 novembre 2021 à 13:19

    Le pétrole à l'équilibre, attente d'une réaction de l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole faisaient du surplace jeudi dans une séance raccourcie pour Thanksgiving, les investisseurs attendant pour se positionner la...

    mercredi 24 novembre 2021 à 22:33

    Le pétrole stable après les stocks américains et l'appel de …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole sont restés quasiment stables mercredi, dans un marché à faible volume avant le jour férié de...

    mercredi 24 novembre 2021 à 18:41

    L'Opep+ ne songe pas à geler la hausse progressive de sa pro…

    Moscou: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (OPEP+) ne discutent pas actuellement d'une éventuelle suspension de l'augmentation prévue de leur...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 29 novembre 2021 Les prix du pétrole regagnaient environ 5%, après avoir chuté de plus de 10% vendredi.
    La semaine s'annonce mouvementée entre évaluation de la demande, négociations sur le nucléaire iranien et réunion de l'Opep+.

    Puiser dans les réserves stratégiques de pétrole, mesure rare et temporaire

    Le mardi 23 novembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Washington: En butte à l'accélération de l'inflation qui mécontente les Américains, le président Joe Biden a annoncé mardi que les Etats-Unis allaient puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les prix de l'essence à la pompe, une initiative rarement utilisée.Cinquante millions de barils de brut américain vont être déversés sur le marché, accompagnés d'une contribution de la Chine, de l'Inde, du Japon, de la Corée du Sud et du Royaume-Uni. L'Inde a précisé qu'elle participerait à hauteur de 5 millions de barils.

    Lire la suite

    📈 En octobre 2021, le prix du pétrole accélère

    Le lundi 22 novembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2021, le prix du pétrole en euros accélère nettement (+13,8 % après +5,2 % en septembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) rebondissent (+3,3 %, après −1,6 %) autant du fait des matières premières alimentaires (+2,5 % après −1,1 %) que des matières premières industrielles (+4,5 % après −2,4 %). Le prix du pétrole accélère En octobre 2021, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) est en nette hausse (+12,1 % après +5,1 %), s’établissant en moyenne à 83,5 $. En euros, l'accélération du...

    Lire la suite

    📊 Les grandes hausses et baisses des prix du pétrole brut depuis 30 ans

    Le mardi 10 mars 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Les prix du pétrole ont chuté de plus de 30% le 9 mars 2020 après l'échec d'un accord entre l'Arabie saoudite et la Russie visant à réduire la production pétrolière au sein de ce qu'on aura appelé l'alliance OPEP+. Voici les principaux mouvements du pétrole, au fil des événements internationaux depuis 30 ans.

    Lire la suite

    Rien ne semble freiner les cours pétroliers, un an après leur plongeon

    Le mardi 20 avril 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Londres: Il y a un an, les cours du brut sombraient dans les abîmes, anéantis par la pandémie et les dissensions au sein de l'Opep+. Ils ont depuis refait surface et continuent à grimper, dopés par la vaccination et les espoirs de reprise.

    Lire la suite