Menu
A+ A A-

Pétrole: en suspendant ses exportations, Ryad mise sur une intervention internationale

prix du petrole dubaïDubaï: En suspendant les exportations de brut par le détroit stratégique de Bab el-Mandeb après une attaque de rebelles yéménites, l'Arabie saoudite espère susciter une intervention internationale dans le conflit oublié du Yémen, estiment des analystes.
La décision du premier exportateur mondial de pétrole est tombée mercredi à la suite de cette attaque qui a visé en mer Rouge deux supertankers transportant quatre millions de barils, selon Ryad, et un bâtiment de guerre saoudien, selon les rebelles Houthis.

Le conflit au Yémen oppose depuis 2015 le gouvernement, appuyé par une coalition militaire menée par l'Arabie saoudite, aux Houthis qui contrôlent notamment la capitale Sanaa. Ryad accuse son rival régional Téhéran de fournir des missiles balistiques aux Houthis, ce que l'Iran dément.

"Toutes les livraisons de pétrole par le détroit de Bab el-Mandeb ont été temporairement suspendues jusqu'à ce que le trafic maritime dans la zone soit sûr", a annoncé le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Falih.

"L'un des navires a subi des dégâts mineurs. Aucune blessure et aucune fuite de pétrole n'ont été rapportées", a indiqué pour sa part le géant pétrolier d'Etat Aramco.

L'escalade des tensions peut encourager des puissances étrangères à intervenir estime Ellen Wald, auteur du livre "Saudi Inc".

"La mer Rouge est une voie de navigation très importante. S'il y a une perturbation majeure, les puissances européennes, l'Egypte et les États-Unis auraient tous des raisons d'intervenir ", écrit-elle dans le magazine Forbes.

"Une intervention internationale contre les Houthis est peut-être ce que veut justement l'Arabie saoudite".

8% du trafic mondial


Bab el-Mandeb sépare la péninsule arabique de la Corne de l'Afrique et la mer Rouge de la mer d'Arabie. Il est emprunté par des pétroliers en provenance d'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, du Koweït et de l'Irak qui se rendent en Europe et au delà par le Canal de Suez.

Des chargements d'environ 4,8 millions de barils de pétrole et de produits pétroliers transitent chaque jour par la voie navigable, selon l'Energy Information Administration (États-Unis).

Cela ne représente que 8% des livraisons mondiales de pétrole, contre plus de 30% pour le droit d'Ormuz qui voit passer chaque jour 18,5 millions de barils.

Les prix du pétrole ont progressé après la décision saoudienne mais les experts estiment qu'elle aura un impact limité sur le marché.

La décision saoudienne "pourrait entraîner une légère hausse des prix pendant une période limitée", estime Kamel al-Harami, expert pétrolier koweïtien.

"Dans un premier temps, cela entraînera un retard de 15 jours des expéditions car les pétroliers auront à se réorienter vers l'Afrique du sud", dit-il à l'AFP.

Selon lui, le principal impact semble être d'ordre politique. "Cela pourrait être une raison d'accroître la présence navale (autour de Bab al-Mandeb) de nombreux pays, principalement les États-Unis et la Russie, ce qui entraînerait une escalade des tensions".

Possible "escalade"


Pour James Dorsey, un expert du Moyen-Orient, l'incident "est susceptible de concentrer l'intérêt sur le conflit du Yémen".

"Une flambée des prix du pétrole", résultant de la décision saoudienne, "peut être de courte durée, mais la guerre oubliée du Yémen pourrait revenir au premier plan", dit-il.

"L'arrêt des livraisons de pétrole pourrait provoquer une escalade du conflit, avec des puissances extérieures intervenant pour aider l'Arabie saoudite et les Emirats à vaincre les Houthis et à porter un coup à l'influence régionale de l'Iran".

La coalition sous commandement saoudien, qui n'a toujours pas réussi à vaincre militairement les Houthis, n'a cessé de mettre en garde contre la menace posée par ces rebelles sur la navigation à partir du port de Hodeida qu'ils contrôlent en mer Rouge.

"L'attaque terroriste est une dangereuse menace pour la liberté de navigation et le commerce international en mer Rouge", a répété mercredi le porte-parole de la coalition, le colonel saoudien Turki al-Maliki.

Les forces progouvernementales yéménites ont interrompu leur offensive sur le port de Hodeida pour donner une chance aux efforts de paix de l'ONU, dont l'émissaire Martin Griffiths est revenu mercredi à Sanaa.

La guerre au Yémen a fait près de 10.000 morts et provoqué "la pire crise humanitaire au monde", avec des millions de personnes au bord de la famine selon l'ONU.


(c) AFP

Commenter Pétrole: en suspendant ses exportations, Ryad mise sur une intervention internationale


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    jeudi 14 février 2019

    Total devient la première grande compagnie pétrolière à inve…

    Paris: Le groupe français Total est le premier grand groupe pétrolier international à investir sur le marché de la vente au détail...

    jeudi 24 janvier 2019

    Les États-Unis vont pomper plus de pétrole que la Russie et …

    Selon le rapport de Rystad, les États-Unis devraient produire plus de pétrole que la Russie et l'Arabie saoudite réunies d'ici 2025.

    jeudi 24 janvier 2019

    Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pé…

    Ryad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du pic de la demande maximale de pétrole. Le plus gros producteur de l’OPEP continue...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite