Menu
A+ A A-

Le pétrole finalement peu ébranlé par les menaces de Trump sur l'Iran

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère baisse lundi, les investisseurs accordant une attention limitée à l'avertissement abrupt du président américain à l'encontre de Téhéran, à quelques mois des sanctions interdisant l'exportation des barils iraniens.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre a cédé 1 cent pour terminer à 73,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, a perdu 37 cents pour clôturer à 67,89 dollars.

Le prix des barils avait pourtant grimpé après la mise en garde d'une rare virulence lancée par Donald Trump contre l'Iran, qu'il a menacé de représailles apocalyptiques après des propos guerriers de son homologue iranien, Hassan Rohani.

"NE MENACEZ PLUS JAMAIS LES ÉTATS-UNIS OU VOUS ALLEZ SUBIR DES CONSÉQUENCES TELLES QUE PEU AU COURS DE L'HISTOIRE EN ONT CONNUES AUPARAVANT", a écrit dimanche sur Twitter M. Trump dans un message adressé nommément au président Rohani et rédigé entièrement en majuscules.

Washington, sorti de l'accord sur le nucléaire iranien, a d'ores et déjà annoncé que les pays important du pétrole venu de Téhéran seront sanctionnés à partir de novembre mais a, pour l'instant, laissé la porte ouverte à d'éventuelles exemptions.

La crainte de voir disparaître l'essentiel des barils extraits par le troisième plus grand producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avait fait grimper les cours de l'or noir au début de l'été, avant que l'Arabie saoudite n'affirme vouloir compenser les éventuelles pertes de son rival géopolitique ainsi que celles du Venezuela.

M. Rohani a en outre de nouveau averti que l'Iran pourrait fermer le détroit stratégique d'Ormuz, qui contrôle le Golfe et par où passe jusqu'à 30% du pétrole mondial transitant par voie maritime.

Une menace qui a poussé le centre de réflexion International Crisis Group à relever le niveau de menace sur ce passage stratégique à "sévère".

Mais "le marché s'est par la suite essoufflé, les investisseurs tentant visiblement d'évaluer les risques des tensions géopolitiques au Moyen-Orient, en comparaison avec les inquiétudes liées aux tensions commerciales", a estimé Matt Smith, du cabinet ClipperData.

Les taxes à l'importation imposées par Washington et en représailles par ses principaux partenaires commerciaux pourraient en effet peser sur la croissance mondiale et, par ricochet, sur la demande en or noir, faisant reculer son prix.

Il est aussi possible selon Paul Donovan, économiste pour UBS Wealth Management, que l'effet des tweets du président américain se soit émoussé. Après les menaces sur Twitter, non suivies d'effets, de Donald Trump contre la Corée du Nord, "les marchés sont moins enclins à prendre le président américain sérieusement", a-t-il avancé.


(c) AFP

Commenter Le pétrole finalement peu ébranlé par les menaces de Trump sur l'Iran


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 24 juin 2019 à 16:30

    Les prix du pétrole divergent, hésitations russes et tension…

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens, hésitant entre la prudence du ministre russe de l'Energie sur l'avenir...

    lundi 24 juin 2019 à 12:14

    Le pétrole monte, de nouvelles sanctions américaines contre …

    Londres: Les prix du pétrole montaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, continuant d'être soutenus par les tensions dans le Golfe alors...

    lundi 24 juin 2019 à 12:02

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers montent

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont grimpé la semaine dernière.

    lundi 24 juin 2019 à 05:42

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, subissant toujours les effets de l'instabilité dans le Golfe...

    samedi 22 juin 2019 à 10:14

    En Angola, grand ménage dans le pétrole pour relancer la pro…

    Luanda: La production de pétrole en Angola a chuté en 2018 à son plus bas niveau en dix ans. Mais le président...

    vendredi 21 juin 2019 à 21:41

    Le pétrole monte encore avec les fortes tensions entre Washi…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés vendredi alors que le président américain Donald Trump a affirmé avoir annulé au...

    vendredi 21 juin 2019 à 12:18

    Le pétrole poursuit sa hausse, dopé par la tension dans le G…

    Londres: Les prix du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens, poussés comme la veille par les tensions dans la région...

    jeudi 20 juin 2019 à 21:19

    Entraîné par les tensions entre Washington et Téhéran, le pé…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en forte hausse jeudi, portés par une escalade des tensions entre les Etats-Unis...

    jeudi 20 juin 2019 à 17:07

    Le pétrole s'envole après un tweet de Trump évoquant une 'én…

    New York: Les cours du pétrole ont bondi jeudi en cours de séance après un tweet du président américain affirmant que l'Iran...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 21 juin 2019 Les cours du pétrole montaient encore vendredi alors que le président américain Donald Trump a affirmé avoir annulé au dernier moment des frappes contre l'Iran. Vers 14h00 GMT le baril de Brent était en hausse de un dollar tandis que le WTI gagnait 27 cents.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite