Menu
A+ A A-

Le pétrole recule, Washington assouplit son message sur le pétrole iranien

  • Cours du pétrole
prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que la reprise des exportations en Libye et l'assouplissement du message de Washington sur le pétrole iranien ont atténué les craintes d'un manque d'offre.
Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 77,12 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,74 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat d'août cédait 69 cents à 73,42 dollars.

Les États-Unis vont "envisager" de laisser quelques pays importer du pétrole iranien après l'application en novembre des sanctions de Washington contre Téhéran, a affirmé le secrétaire d'Etat Mike Pompeo dans un interview avec Sky News Arabia.

Alors que les sanctions américaines pourraient frapper les pays importateurs de brut iranien, les marchés s'inquiètent de voir disparaître du marché l'essentiel des barils venus du troisième plus grand producteur de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole).

Les importations indiennes de brut iranien ont déjà reculé, ont ainsi souligné les analystes de Commerzbank.

"Il va être difficile pour l'Inde de trouver une source de remplacement, surtout que l'Europe, la Corée du Sud et le Japon sont dans la même situation", ont-ils rappelé.

Autre motif de baisse des prix, la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC), reconnue par la communauté internationale, a annoncé mercredi avoir repris la gestion des terminaux pétroliers dans l'est du pays ainsi que les exportations.

Enfin, l'aversion au risque des marchés a pesé sur le brut, alors que les États-Unis ont tiré une nouvelle salve dans la guerre commerciale avec la Chine en dressant une liste supplémentaire de produits chinois importés d'un montant de 200 milliards de dollars par an qu'ils menacent de taxer dès septembre.

"Les 500.000 barils de brut américain que les Chinois importent chaque jour sont de plus en plus sous la menace de sanctions de Pékin", a prévenu Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Par ailleurs, les marchés attendent la publication en cours de séance du rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur les réserves des États-Unis.

Pour la semaine achevée le 6 juillet, les analystes tablent sur une baisse de 3,79 millions de barils des stocks de brut, d'un million de barils de ceux d'essence et sur une hausse d'un million de barils de ceux d'autres produits distillés (gazole et fioul de chauffage).

La fédération professionnelle de l'American petroleum institute a d'ores et déjà fait état mardi soir d'une baisse marquée des stocks de brut, ont relevé plusieurs analystes.


(c) AFP

Commenter Le pétrole recule, Washington assouplit son message sur le pétrole iranien


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 26 septembre 2022 à 12:17

    Le pétrole baisse, les craintes de récession de plus en plus…

    Londres: Les prix du pétrole poursuivaient lundi leur déclin de la semaine passée à cause de perspectives économiques de plus en plus...

    vendredi 23 septembre 2022 à 21:42

    Le pétrole WTI clôture sous 80 dollars, une première depuis …

    Londres: Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI), variété américaine de pétrole de référence, a clôturé vendredi sous 80 dollars...

    vendredi 23 septembre 2022 à 16:00

    🇩🇪 Les importations allemandes de pétrole ont augmenté de 13…

    Berlin: Le volume des importations allemandes de pétrole brut a augmenté de 13,5 % au cours des sept premiers mois de 2022...

    vendredi 23 septembre 2022 à 15:20

    Le pétrole dévisse avec les craintes de récession, le WTI so…

    Londres: Les cours du pétrole brut dévissaient vendredi, le WTI coté à New York plongeant sous 80 dollars le baril pour la...

    vendredi 23 septembre 2022 à 12:21

    Le pétrole flanche après les décisions des banques centrales

    Londres: Les prix du pétrole perdaient du terrain vendredi, après une salve de hausses des taux de plusieurs banques centrales à travers...

    jeudi 22 septembre 2022 à 22:01

    Le pétrole en petite hausse, le risque de récession compense…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en petite hausse jeudi, dans un marché qui ne réagit que faiblement à...

    jeudi 22 septembre 2022 à 15:50

    Ne pas investir dans le pétrole et le gaz serait "le ch…

    New York: Couper les investissements dans les combustibles fossiles serait le chemin de l'enfer pour les États-Unis. C'est ce qu'a déclaré le...

    jeudi 22 septembre 2022 à 11:15

    Le pétrole monte avec le risque en Ukraine

    Londres: Les prix du pétrole évoluaient dans le vert, dopés par le risque géopolitique sur l'offre revenu sur le devant de la...

    mercredi 21 septembre 2022 à 18:26

    La 'contribution' de l'UE devrait coûter 1 milliard d'euros …

    Paris: Le projet européen de "contribution de solidarité" sur les bénéfices des entreprises de combustibles fossiles devrait coûter plus d'un milliard d'euros...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 23 septembre 2022 Le marché pétrolier devrait connaitre un dernier trimestre très volatil cette année. Jusqu'à présent, 2022 a été l'année avec la deuxième plus grande volatilité depuis 1990, la première ayant été observée en 2020.

    En août 2022, le prix du pétrole baisse de nouveau

    Le vendredi 23 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En août 2022, le prix du pétrole en euros recule pour le deuxième mois consécutif (‑9,6 % après ‑4,8 % en juillet). Le prix du pétrole diminue de nouveau En août 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) baisse nettement de nouveau (‑10,1 % après ‑8,3 % en juillet), s'établissant en moyenne à 100,6 dollars.En euros, le prix du baril diminue également (‑9,6 % après ‑4,8 %), s’établissant en moyenne à 99,4 €, du fait de la forte dépréciation de l'euro vis-à-vis du dollar en août. Cours du pétrole Brent - Août 2022

    Lire la suite

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite