Logo

Le pétrole monte, les problèmes de production se multiplient

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé mardi alors que les problèmes de production se multiplient à travers le monde, faisant craindre un déficit de l'offre dans un marché considéré comme étroit.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre a fini à 78,86 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 79 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat d'août a avancé de 26 cents à 74,11 dollars.

Des tensions entre Royal Dutch Shell et des employés ont conduit mardi à la fermeture d'une plateforme norvégienne. Le débit concerné par ces perturbations est d'environ 23.000 barils de brut par jour.

"Les quantités en jeu sont peu élevées mais elles viennent s'ajouter à la liste des pays qui connaissent des perturbations. Au bout du compte chaque petit événement dans un marché extrêmement étroit vient provoquer la nervosité des marchés", a observé Mike Lynch de SEER.

Du côté du Canada, "l'offre va rester réduite" alors qu'une mine de sables bitumineux a dû arrêter son activité en raison de pannes, a notamment souligné Benjamin Lu, analyste chez Phillip Futures.

"Selon les dernières informations de Syncrude (exploitant de la mine), une partie de la production devrait revenir dans la deuxième moitié de juillet, mais la mine ne repartira à plein régime seulement qu'en septembre", a relevé Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

En ajoutant les perturbations en Iran, au Venezuela, en Angola et en Libye, "même si l'Arabie saoudite a promis d'augmenter sa production, les investisseurs estiment que les réserves de brut vont s'amenuiser", a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, "la volonté des États-Unis d'empêcher l'Iran d'exporter son pétrole aggrave la pression haussière sur les prix" et représente une stratégie "paradoxale" de la part de Washington, a affirmé M. Lynch, dans la mesure où le président américain Donald Trump contribue à faire monter les prix tout en pestant contre leur hausse.

"Il ne faut pas non plus complètement oublier qu'il y a d'autres sources de pétrole sur les marchés", ont tempéré les analystes de Barclays, qui estiment que les gouvernements de pays consommateurs pourraient débloquer leurs réserves de secours pour éviter que le prix trop élevé du baril ne pèse sur leurs économies.

A cet égard, les observateurs du marché attendaient avec impatience les données hebdomadaires sur les réserves commerciales américaines qui offrent également un aperçu du niveau des réserves stratégiques.

L'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) publiera ses chiffres mercredi, tandis que la fédération professionnelle fera état de ses données indépendantes mardi soir.

Pour la semaine achevée le 6 juillet, les analystes tablent sur une baisse de 3,88 millions de barils des stocks de brut, d'un million de barils de ceux d'essence et sur une hausse d'un million de barils de ceux d'autres produits distillés (gazole et fioul de chauffage).


(c) AFP

Commenter Le pétrole monte, les problèmes de production se multiplient


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.