Menu
A+ A A-

Le prix du pétrole américain au plus haut depuis 2014

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Emporté par un "parfait concours de circonstances" mêlant tensions géopolitiques, panne électrique et problèmes d'infrastructures, le prix du pétrole américain a bondi mercredi à son plus haut niveau en trois ans malgré les coups de boutoir de Donald Trump contre cette hausse.
Le baril de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en août, la référence américaine, est monté mercredi jusqu'à 73,06 dollars sur le New York Stock Exchange avant de clôturer à 72,76 dollars (+3,2% par rapport à la veille), son plus haut niveau depuis novembre 2014.

A Londres aussi les prix ont grimpé, le baril de Brent montant jusqu'à 78,16 dollars avant de terminer la séance à 77,62 dollars (+1,7%).

Au moment où les Américains se préparent à remplir leur réservoir d'essence pour les vacances d'été, un rapport officiel a fait état d'une chute des stocks de brut aux États-Unis de 9,9 millions de barils au cours de la semaine se terminant le 22 juin.

Les raffineries fonctionnent à une cadence extrêmement élevée (à 97,5% de leurs capacités), ce qui implique une très forte demande en or noir. Et le pays n'a jamais autant exporté de brut (3 millions de barils par jour).

Dans le même temps, les investisseurs redoutent que l'offre d'or noir sur le marché mondial ne diminue en raison de perturbations sur divers points de la planète, constituant selon James Williams de WTRG Economics "un parfait concours de circonstances" pour la montée du prix des barils.

Cette flambée intervient alors même que le président américain a plusieurs fois déploré au cours des derniers mois le niveau élevé des cours du pétrole et accusé dans des tweets l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) d'y participer. Pour redresser les cours, qui avaient dégringolé à moins de 30 dollars le baril début 2016, le cartel avait en effet décidé fin 2016 de limiter sa production.

Canada, Venezuela, Libye, Iran


Pour les raffineries américaines, le problème le plus pressant vient du Canada, où une mine de sables bitumineux exploitée par Syncrude et pouvant produire jusqu'à 350.000 barils par jour a été interrompue la semaine dernière en raison d'une panne électrique.

Aux États-Unis, la production est déjà à un niveau record (10,9 millions de barils par jour) et "peut difficilement augmenter plus pour l'instant en raison des goulots d'étranglement dans le bassin permien", une zone à cheval entre le Texas et le Nouveau-Mexique, souligne John Kilduff du fonds Again Capital.

Les puits de forage se sont multipliés ces dernières années dans cette région où le pétrole de schiste est abondant mais les infrastructures de transport n'ont pas suivi. "Les entreprises sont obligées de freiner leur activité car les barils y sont simplement coincés", note M. Kilduff.

La production a aussi fortement décliné ces derniers mois au Venezuela, au fur et à mesure que le pays s'enfonçait dans une crise économique. Et en Libye, des autorités politiques rivales ont engagé un bras de fer autour du contrôle des terminaux pétroliers.

L'administration Trump a jeté de l'huile sur le feu en demandant mardi à tous les pays important du pétrole iranien d'arrêter leurs achats auprès de Téhéran d'ici le 4 novembre s'ils voulaient éviter les sanctions américaines.

De l'avis de plusieurs analystes, un arrêt total des exportations iraniennes est peu probable mais le ton plus agressif a surpris.

"L'Europe était déjà vue comme politiquement trop timide pour protéger ses entreprises de sanctions américaines potentielles", remarque Olivier Jakob de Petromatrix. La Chine, premier importateur mondial, pourrait faire fi des menaces de M. Trump. Mais l'Inde, troisième importateur, est "la question principale pour le marché", remarque-t-il.

L'OPEP et dix autres pays se sont bien engagés samedi dernier à respecter les quotas de production qu'ils s'étaient fixés fin 2016, ce qui dans les faits correspondrait à une hausse d'un million de barils par jour.

Et l'Arabie saoudite, chef de file du cartel, a fait savoir qu'elle augmenterait dès juillet sa production à 11 millions de barils par jour, un record.

Mais la position "intransigeante" de Washington à l'encontre de Téhéran "va forcément conduire à une chute du pétrole iranien sur le marché mondial que les autres pays, malgré tous leurs efforts, peuvent difficilement compenser", souligne John Kilduff.


(c) AFP

Commenter Le prix du pétrole américain au plus haut depuis 2014


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 16 juillet 2019 à 22:35

    L'Iran dit avoir porté secours à un pétrolier dans le Golfe

    Dubai: Plusieurs bâtiments de la marine iranienne sont venus porter assistance à un pétrolier étranger en panne dans le Golfe, a déclaré...

    mardi 16 juillet 2019 à 21:29

    Le pétrole en net recul avec l'espoir d'une détente entre Et…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en forte baisse mardi, reculant après des signaux d'apaisement entre les Etats-Unis et...

    mardi 16 juillet 2019 à 12:30

    Léger rebond du pétrole après sa baisse de la veille

    Londres: Les prix du pétrole rebondissaient légèrement mardi après leur baisse de la veille et alors que la production dans le Golfe...

    lundi 15 juillet 2019 à 21:47

    Le pétrole recule un peu alors que la tempête Barry s'éloign…

    New York:  Les prix du pétrole ont terminé en baisse lundi alors que la tempête tropicale Barry s'éloignait, sans avoir fait trop...

    lundi 15 juillet 2019 à 12:41

    Les prix des carburants repartent à la hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont progressé dans leur ensemble la semaine dernière, avec une hausse plus marquée...

    lundi 15 juillet 2019 à 11:32

    Le pétrole monte dans un marché prudent

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu lundi, dans un marché prudent et qui restait inquiet face aux surplus attendus.

    samedi 13 juillet 2019 à 18:43

    Londres relâchera le pétrolier iranien s'il ne va pas en Syr…

    Londres: Le chef de la diplomatie britannique a informé samedi son homologue iranien que Londres laisserait repartir le pétrolier Grace 1 arraisonné...

    vendredi 12 juillet 2019 à 21:16

    Entre Iran et tempête tropicale, le pétrole termine la semai…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en petite hausse vendredi à la fin d'une semaine marquée par des tensions...

    vendredi 12 juillet 2019 à 13:41

    L'AIE maintient sa perspective d'un marché pétrolier excéden…

    Paris: La récente décision de l'Opep de prolonger l'accord de production "ne change pas la perspective" d'un marché pétrolier excédentaire, estime l'Agence...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite