Menu
A+ A A-

Le compromis de l'Opep, trop "vague" pour faire reculer les prix

prix du petrole vienneVienne: L'Opep a avalisé samedi avec la Russie et ses autres partenaires le principe d'une hausse de production, mais les experts jugent celle-ci trop "vague" pour peser significativement sur les cours et répondre aux injonctions de Donald Trump de faire baisser les prix pétroliers pour l'été.
Le groupe de 24 pays, qui assure plus de 50% des productions mondiales, entend remplir collectivement "à 100%" les quotas de production qu'il avait décidés fin 2016 mais qui ne sont pas atteints en pratique, selon le texte adopté à l'issu d'une réunion à Vienne.

Selon l'Arabie saoudite et la Russie, cela représenterait une hausse d'"un million de barils par jour", ce qui répondrait à la hausse attendue de la demande mondiale, un chiffre déjà évoqué vendredi mais qui ne figure cependant pas dans le document officiel final.

Souhaité par Ryad et Moscou, qui craignent une surchauffe du marché sur fond de hausse de la demande et des cours, l'accord a été marqué par les concessions faites à l'Iran, hostile à une augmentation trop marquée de la production alors que Téhéran est frappé par les sanctions américaines et est limité dans ses capacités d'extraction et d'exportation.

Signe du scepticisme des investisseurs, le pétrole a clôturé en hausse vendredi soir, le Brent européen bondissant de 2,50 dollars à 75,55 dollars à Londres tandis que le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. américain grimpait de 3,04 dollars à 68,58 dollars à New York. "Si l'objectif était de faire baisser les prix du brut, ce n'est pas une réussite", a remarqué Joe McMonigle, analyste chez Hedgeye.

L'accord conclu par le cartel et ses alliés, liés depuis fin 2016 par un pacte de limitation de la production, est trop "vague", ont relevé plusieurs analystes, et les estimations du nombre de barils qui arriveront effectivement sur le marché divergent alors que les investisseurs craignent que l'offre mondiale ne réponde pas à la forte demande du troisième trimestre.

La Russie et l'Arabie saoudite ont insisté samedi sur le fait que les pays pouvant augmenter leurs extractions compenseront les maux de leurs partenaires peinant à atteindre leurs quotas, comme le Venezuela.

"Le marché a peut-être sous-estimé la mesure dans laquelle nous sommes prêts à agir", a souligné le ministre saoudien du Pétrole, Khaled al-Faleh.

Son homologue iranien Bijan Namdar Zanganeh, qui n'a pas assisté à la réunion de samedi, a pour sa part pu sauver la face en assurant vendredi que le consensus dégagé correspondait à ce qu'il avait "proposé et accepté", à savoir "respecter l'accord à 100%, rien de plus".

Mais "les investisseurs espéraient une mesure plus agressive", avec une hausse chiffrée des objectifs de production dans le texte de l'accord, a indiqué Pablo Shah, analyste chez CEBR.

"Adoucir les prix"


Pour rassurer les marchés, le ministre saoudien a affirmé samedi que le géant pétrolier national, Saudi Aramco, relancerait dès juillet sa production "au-dessus du quota de l'Arabie saoudite".

Depuis début 2017, l'OPEP et ses alliés limitent leurs extractions, une mesure qui a contribué à relancer les cours du brut, qui a plus que doublé en deux ans. Mais la hausse du prix de l'essence inquiète dans les plus grandes économies, et le président américain Donald Trump a régulièrement critiqué l'OPEP ces dernières semaines, l'accusant de ne pas agir.

"J'espère que l'OPEP va augmenter son débit de manière significative. Il faut garder les prix bas !", a encore tweeté M. Trump vendredi, au moment où l'Organisation publiait sa décision.

"Juste avant les élections (de mi-mandat aux États-Unis en novembre), il est dans la pire situation possible. Il a baissé drastiquement les impôts, mais la mesure se perd complètement à la pompe" pour le consommateur américain, a expliqué à l'AFP Giovanni Staunovo, analyste chez UBS.

Alors que certains observateurs ont estimé que la décision de l'OPEP était dictée par Washington, le ministre saoudien a reconnu que les États-Unis comptaient mais seulement en tant que consommateur important.

"Nous utilisons toutes sortes d'indicateurs du marché pour prendre nos décisions, Twitter n'en fait pas partie", a pour sa part ironisé le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak.

Si les prix ont réagi violemment à court terme, certains observateurs restent prudents. "L'offre créée par l'OPEP va répondre à la hausse traditionnelle de la demande au troisième trimestre", correspondant aux départs en vacances, ont estimé les analystes de Wood McKenzie, qui prévoient donc que les prix restent stables.


(c) AFP

Commenter Le compromis de l'Opep, trop "vague" pour faire reculer les prix


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    dimanche 21 juillet 2019

    Libye: arrêt des exportations depuis un terminal pétrolier (…

    Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé l'arrêt des exportations depuis le terminal pétrolier de Zawiya (ouest), après la...

    vendredi 12 juillet 2019

    L'AIE maintient sa perspective d'un marché pétrolier excéden…

    Paris: La récente décision de l'Opep de prolonger l'accord de production "ne change pas la perspective" d'un marché pétrolier excédentaire, estime l'Agence...

    lundi 01 juillet 2019

    L'Opep va prolonger sa baisse de production, poussée par le …

    Vienne: L'Opep et ses alliés, réunis à Vienne, ont fait bloc lundi derrière la proposition russo-saoudienne de prolonger de neuf mois les...

    lundi 01 juillet 2019

    L'Opep en passe de prolonger sa baisse de production

    Vienne: L'Opep et ses alliés, menés par la Russie, se retrouvent lundi à Vienne, où ils devraient maintenir le cap des limitations...

    dimanche 30 juin 2019

    Poutine et Ben Salman d'accord pour prolonger l'accord Opep+…

    Osaka (Japon): La Russie et l'Arabie saoudite se sont accordées sur une prolongation de six à neuf mois de l'accord de réduction de la production de...

    samedi 22 juin 2019

    En Angola, grand ménage dans le pétrole pour relancer la pro…

    Luanda: La production de pétrole en Angola a chuté en 2018 à son plus bas niveau en dix ans. Mais le président...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 23 juillet 2019 à 15:27

    Les prix du pétrole en baisse sur fond de tensions commercia…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mardi en cours d'échanges européens, après avoir été stables une bonne partie de la journée...

    mardi 23 juillet 2019 à 12:23

    Le pétrole se stabilise malgré les tensions avec l'Iran

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mardi matin, alors que les tensions dans le détroit d'Ormuz restaient élevées.

    lundi 22 juillet 2019 à 21:14

    La montée des tensions dans le Golfe persique fait grimper l…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse lundi, soutenus par la montée des tensions dans le détroit d'Ormuz...

    lundi 22 juillet 2019 à 16:06

    Perspectives en berne pour les cours du pétrole

    Londres: Le sentiment s'est brutalement détérioré ces derniers jours sur le marché pétrolier, où fonds spéculatifs, producteurs et traders adoptent une position...

    lundi 22 juillet 2019 à 14:44

    BP s'associe à Bunge dans les biocarburants au Brésil

    Londres: Le géant britannique des hydrocarbures BP a annoncé lundi se renforcer dans le marché des biocarburants au travers d'une co-entreprise au...

    lundi 22 juillet 2019 à 12:41

    Les prix des carburants toujours en hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont augmenté dans leur globalité la semaine dernière, avec une hausse plus marquée pour le...

    lundi 22 juillet 2019 à 12:06

    Le pétrole grimpe après l'accroissement des tensions avec l…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient lundi, aidés par les tensions avec l'Iran, dans un marché qui reste cependant prudent du fait...

    dimanche 21 juillet 2019 à 18:16

    Libye: arrêt des exportations depuis un terminal pétrolier (…

    Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé l'arrêt des exportations depuis le terminal pétrolier de Zawiya (ouest), après la...

    samedi 20 juillet 2019 à 16:55

    L'Iran sourd aux appels à libérer un pétrolier battant pavil…

    Londres: L'Iran restait samedi sourd aux multiples appels à libérer un pétrolier battant pavillon britannique arraisonné dans le détroit d'Ormuz, le Royaume-Uni...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite