Menu
RSS
A+ A A-

Nouveaux combats autour de sites pétroliers en Libye

prix du petrole benghazi (libye)Benghazi: Des combats ont éclaté jeudi entre forces rivales autour de deux importants sites pétroliers dans l'est de la Libye, perturbant de nouveau la production de brut dans ce pays miné par les luttes d'influence.
Les Brigades de défense de Benghazi (BDB) ont attaqué les deux sites dans la région du Croissant pétrolier contrôlée par le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est de la Libye, mettant le feu à au moins un réservoir de brut atteint par une roquette, selon une source militaire pro-Haftar.

Les BDB sont composées de combattants chassés de la ville de Benghazi (est) par les pro-Haftar.

Les combats ont éclaté au sud du terminal de Ras Lanouf et Al-Sedra, déjà endommagés par des violences similaires en 2016 et 2017.

La Compagnie nationale de pétrole (NOC) a annoncé dans un bref communiqué avoir évacué son personnel des terminaux de Ras Lanouf et d'Al-Sedra "en raison des affrontements armés", mettant en garde contre une perte de production de l'ordre de 240.000 barils/jour.

Un porte-parole de "l'Armée nationale libyenne" (ANL) autoproclamée par le maréchal Haftar, Khalifa al-Abidi, a indiqué que les Brigades de défense de Benghazi avaient essuyé de "lourdes pertes", ajoutant que les "opérations militaires se poursuivent".

Un autre porte-parole de l'ANL avait annoncé plus tôt que l'attaque avait été "repoussée".

Selon lui, "cette attaque vise à alléger la pression sur les terroristes à Derna", ville située plus à l'est où l'ANL mène une offensive pour chasser une coalition de milices jihadistes et islamistes.

"Redéploiement"


"Les forces de Haftar (...) sont absorbées par Derna, d'où le timing" de cette attaque, a estimé Jalel Harchaoui, doctorant à l'université Paris VIII et spécialiste de la Libye.

L'offensive vise notamment à "forcer le redéploiement des forces de la l'ANL loin de Derna", a estimé de son côté Claudia Gazzini de Crisis Group.

Le ministère français des Affaires étrangères a condamné "avec la plus grande fermeté l'offensive" qualifiant les assaillants d'"extrémistes".

"La France est déterminée à ce qu'une solution politique durable soit trouvée en Libye à-travers l'organisation d'élections (...) dont le calendrier a été agréé lors de la conférence de Paris du 29 mai", a-t-on ajouté.

Fin mai, le président français Emmanuel Macron a réuni à Paris les principaux protagonistes de la crise libyenne qui ont endossé une déclaration orale prévoyant l'organisation d'élections législatives et présidentielle le 10 décembre.

Des analystes estiment toutefois que la fragmentation du pays rend les promesses fragiles.

Khalifa Haftar, soutenu par des autorités basées dans l'est libyen, s'oppose toujours au gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale et l'ONU.

Les forces pro-Haftar ont pris en septembre 2016 le contrôle des quatre principaux sites pétroliers de Libye -Zoueitina, Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra- qui assurent l'essentiel des exportations libyennes d'or noir, permettant une reprise de la production.

Ces sites avaient été bloqués par la milice des Gardes des installations pétrolières (GIP) dirigée par Ibrahim Jadhran, un homme qui a régulièrement défié les différents pouvoirs libyens, à Tripoli ou dans l'Est.

Ajoutant à la confusion, M. Jadhran qui avait disparu en 2016 est réapparu jeudi dans une vidéo sur les réseaux sociaux, affirmant avoir formé une coalition -la "force de libération du croissant pétrolier"pour reprendre les sites pétroliers.

"Guerre civile"


Dans un communiqué, le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a dénoncé "un acte susceptible de menacer la sécurité et la stabilité du pays et raviver la discorde".

"Cette escalade irresponsable pousse le pays vers une guerre civile que tous les Libyens veulent éviter alors qu'ils ont considérablement progressé vers l'entente", a-t-il affirmé.

Mais dans l'autre camp, le gouvernement parallèle basé dans l'est a accusé le GNA d'être "derrière l'attaque".

"Cette attaque vise à (...) empêcher toute progression dans l'entente" entre camps rivaux en Libye, après la rencontre de Paris", a-t-il estimé dans un communiqué.

Cet exécutif a fait état par ailleurs d'une "alliance" entre les BDB et les "les milices d'Ibrahim Jadhran".

Claudia Gazzini, pour Crisis Group, n'a pas écarté cette hypothèse.

"La violence, les abus et les meurtres perpétrés par l'ANL renforce le sentiment (d'hostilité) parmi d'autres groupes qui peuvent s'allier" face au même ennemi, a-t-elle dit.

La mission de l'ONU en Libye (Manul) a condamné l'attaque, estimant sur son compte Twitter que "cette escalade dangereuse" met en péril l'économie libyenne et risque de provoquer un conflit généralisée".

La Libye qui dépend essentiellement de la manne pétrolière, produisait 1,6 million de b/j avant la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. La production de brut ayant été divisée par cinq depuis, avant de dépasser, malgré les perturbations dues aux violences, un million de bj fin 2017.


(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 juillet 2018 à 23:06

Une Bourse américaine lance un contrat sur le pétrole basé à…

New York: La plateforme boursière américaine Intercontinental Exchange (ICE) a annoncé mardi le lancement d'un nouveau contrat à terme sur le pétrole...

mardi 17 juillet 2018 à 22:00

Libye: arrêt des exportations depuis un terminal pétrolier

Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé mardi l'arrêt des exportations de brut depuis le terminal de Zaouia en...

mardi 17 juillet 2018 à 21:47

Les cours du pétrole remontent au lendemain d'un plongeon

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement rebondi mardi après un plongeon de plus de 4% la veille, alors que...

mardi 17 juillet 2018 à 16:29

Les cours du pétrole divergent, prévision de baisse des stoc…

Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens après leurs pertes de la veille, alors que les analystes estimaient...

mardi 17 juillet 2018 à 12:37

Le pétrole en baisse, vers une nouvelle augmentation de la p…

Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens après leurs pertes de la veille, alors que les Etats-Unis...

mardi 17 juillet 2018 à 05:12

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole rebondissaient mardi sous l'effet d'achats à bon compte après avoir plongé à des plus bas de trois...

lundi 16 juillet 2018 à 22:15

Le pétrole chute, les craintes liées à la production s'estom…

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement baissé lundi alors que les craintes liées à une potentielle insuffisance de l'offre...

lundi 16 juillet 2018 à 18:56

Poutine tend la main à Trump dans le domaine du pétrole et d…

Helsinki: Le président russe, Vladimir Poutine, a tendu la main à son homologue américain, Donald Trump, dans le domaine du pétrole et...

lundi 16 juillet 2018 à 12:30

Le pétrole recule dans un marché incertain

Londres: Les prix du pétrole reculaient lundi en cours d'échanges européens dans un marché volatil, alors que les sanctions américaines contre l'Iran...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite