Menu
A+ A A-

Le pétrole avance, les stocks américains surpassant les critiques de Trump

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole ont progressé mercredi après un recul marqué des stocks américains de brut, d'essence et d'autres produits distillés, dans un marché finalement peu affecté par une virulente critique de Donald Trump contre l'Opep.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a clôturé à 76,74 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,06 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat de juillet a avancé de 28 cents à 66,64 dollars.

Lors de la semaine achevée le 8 juin, les réserves commerciales de brut aux États-Unis ont chuté de 4,1 millions de barils, d'après un rapport de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Les réserves d'essence ont quant à elles baissé de 2,3 millions de barils et celles d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont diminué de 2,1 millions de barils, alors que les analystes anticipaient une progression.

"Ces chiffres ont d'autant plus surpris qu'ils sont allés en sens inverse de ceux publiés la veille par l'American petroleum institute" (API), une fédération professionnelle qui publie des statistiques réputées moins fiables que celles de l'EIA, a noté James Williams de WTRG.

Les marchés ont en revanche accordé peu d'importance à la critique virulente du président américain Donald Trump à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

"Les prix du pétrole sont trop élevés, c'est encore l'OPEP qui est à la manoeuvre. Pas bon!", a tweeté le président américain Donald Trump mercredi, la deuxième critique du milliardaire en deux mois sur ce thème.

Russie et Arabie saoudite


"Ce n'est pas la première fois qu'il formule ces critiques et surtout, l'OPEP est généralement peu influencée par ce type de commentaires", a indiqué M. Williams.

En outre, deux importants producteurs, l'Arabie saoudite et la Russie, ont déjà dit vouloir mettre sur la table une hausse des quotas de production lors de leur prochaine réunion sur le sujet fin juin à Vienne.

Les pays de l'OPEP et leurs dix partenaires sont engagés depuis début 2017 dans un partenariat visant à réduire leur production de brut pour écouler les stocks mondiaux et faire remonter les prix.

Cet accord a semblé porté ses fruits depuis un an et demi: le baril de Brent, référence sur le marché mondial, est passé d'environ 50 dollars fin 2016 à plus de 80 dollars en mai.

Le rapport mensuel de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), comme celui de l'OPEP publié la veille, ont déjà fait état d'une hausse de la production du premier exportateur mondial, l'Arabie saoudite.

Mais d'autres membres du cartel, comme l'Irak et l'Iran, se sont déjà opposés à la proposition d'augmenter la production à l'occasion de la réunion de Vienne. Alors que leur capacité à augmenter leur propre production est à court terme limitée, ils préfèreraient voir le groupe continuer ses efforts pour maintenir le pétrole à des prix élevés.

"Le cartel a prévenu dans son rapport mensuel qu'il y avait un risque que la demande soit affaiblie au deuxième semestre (par les prix élevés, ndlr), et que les perspectives du marché étaient particulièrement incertaines", a souligné Fiona Cincotta, analyste chez City Index.


(c) AFP

Commenter Le pétrole avance, les stocks américains surpassant les critiques de Trump


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 26 juin 2022 à 00:25

    Le G7 réfléchit aux moyens de plafonner les prix du pétrole …

    Schloss elmau, allemagne, 26 juin (reuters): Les dirigeants des pays du G7 tiennent des discussions "très constructives" sur un éventuel plafonnement des...

    vendredi 24 juin 2022 à 21:28

    Le pétrole se reprend, entre inquiétudes pour l'offre et cra…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont conclu en hausse vendredi après les baisses des derniers jours, tiraillés entre les inquiétudes...

    vendredi 24 juin 2022 à 18:06

    Le premier raffineur indien estime que le pétrole restera au…

    New Delhi: Les prix du pétrole resteront probablement élevés, à plus de 100 dollars le baril, pour le reste de l'année, car...

    vendredi 24 juin 2022 à 12:30

    Le pétrole se reprend avec les inquiétudes quant à l'offre d…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en petite hausse vendredi, les craintes sur une offre de brut insuffisante pour faire face à...

    jeudi 23 juin 2022 à 22:54

    L'incertitude économique fait encore baisser le pétrole, Bid…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont encore reculé jeudi, toujours plombés par les craintes d'une récession, qui asphyxierait la demande...

    jeudi 23 juin 2022 à 18:38

    Les craintes de récession continuent de peser sur le pétrole

    Londres: Les prix du pétrole poursuivaient leur baisse jeudi, lestés par les craintes de récession dans un contexte d'inflation galopante. En parallèle...

    jeudi 23 juin 2022 à 12:50

    Les craintes de récession continuent de peser sur le pétrole

    Londres: Les prix du pétrole poursuivaient leur baisse jeudi, après un plongeon la veille. Ils étaient lestés par les craintes de récession...

    mercredi 22 juin 2022 à 22:52

    Le pétrole se replie, entre craintes de récession et interve…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement baissé mercredi avant de limiter leur repli en fin de séance, emportés par...

    mercredi 22 juin 2022 à 12:10

    USA: Biden veut suspendre la taxe fédérale sur l'essence

    Washington: Le président américain, Joe Biden, va demander ce mercredi au Congrès de suspendre pour trois mois la taxe fédérale sur les...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 17 juin 2022 Le WTI a dévissé de plus de 7% depuis vendredi dernier et le Brent de la mer du Nord de plus de 6%, renouant respectivement avec leurs niveaux de prix de fin mai et début juin.

    📈 En mai 2022, le prix du pétrole rebondit

    Le mercredi 22 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mai 2022, le prix du pétrole en euros repart à la hausse (+10,6 % après −9,2 % en avril).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient pour la première fois depuis novembre 2021 (−3,7 % après +1,7 %), sous l'effet du net recul de ceux des matières premières industrielles (−9,1 % après −1,7 %). Les prix des matières premières alimentaires, pour leur part, ralentissent (+1,1 % après +5,1 %). Le augmente à nouveau très fortement En mai 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord...

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite