Menu
A+ A A-

Au-delà de l'Iran, les prix du pétrole à la merci de la moindre perturbation

  • Cours du pétrole
prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont reculé mardi après l'officialisation, largement anticipée, du rétablissement de sanctions américaines contre l'Iran mais celles-ci augmentent les risques de perturbations du marché et de hausse des prix, selon des analystes.
L'Iran est un important exportateur de pétrole qui fait partie de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Celle-ci et la Russie ont décidé de limiter leur production alors que la croissance économique mondiale a relancé la demande pour le brut. Les réserves de pétrole, qui avaient gonflé entre 2014 et 2016, se sont donc en grande partie résorbées.

Le cours du baril de Brent coté à Londres est du coup passé en un an d'environ 50 dollars à 75 dollars actuellement alors que le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. coté aux Etats-Unis a franchi lundi le cap des 70 dollars, qu'il n'avait pas atteint depuis 2014, avant de retomber à 69,06 dollars mardi.

"Il n'y a plus beaucoup de marge de manoeuvre", remarque John Kilduff, d'Again Capital, un fonds d'investissement spécialisé dans les matières premières. "Les Etats-Unis pompent à fond, l'Arabie saoudite ne semble pas vouloir intervenir pour compenser une éventuelle pénurie, la Chine n'a jamais autant importé de brut, et la production au Venezuela est en chute libre", détaille-t-il.

Par ailleurs, "on a eu un véritable manque d'investissement dans l'industrie pétrolière et gazière depuis le milieu de la décennie", estime Matt Smith, de ClipperData, qui redoute "un déficit d'offre dans un, deux ou trois ans".

Certes l'exploitation des bassins de schiste aux Etats-Unis est en pleine expansion, mais le pétrole léger qui en est tiré ne convient pas à tous les marchés et les infrastructures pour le transporter ne progressent pas forcément à la même vitesse.

Les prix sont dans ce contexte devenus plus sensibles au moindre problème pouvant réduire l'offre de pétrole sur le marché mondial. Ils ont ainsi accéléré leur montée ces dernières semaines face aux menaces de sanctions contre l'Iran brandies par Donald Trump.

Venezuela, Libye, Yémen ...


L'impact du retrait américain de l'accord nucléaire iranien est à court terme encore incertain, leurs conséquences dépendant notamment de la réaction des autres pays ou du calendrier de leur mise en oeuvre.

Mais de façon générale, la politique étrangère de Donald Trump "continue d'aviver les tensions dans la région qui exporte le plus de pétrole au monde et, en tant que tel, soutient les prix", affirment les analystes de Barclays.

Les investisseurs surveillent notamment de près la rivalité entre l'Iran et l'Arabie saoudite, qui se répercute par conflits interposés en Syrie, au Yémen et en Irak.

La situation en Libye est aussi source de préoccupation: la production du pays est revenue autour d'un million de barils par jour, contre 1,6 million avant la chute du régime du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011. Mais elle est régulièrement perturbée par des blocages imposés par des milices.

La chute de la production vénézuélienne est également scrutée par les acteurs du marché. Minée par la corruption, la mauvaise gestion et la baisse des cours du brut, elle a chuté en mars à 1,5 million de barils par jour, son niveau le plus bas depuis 30 ans. Alors que se prépare une élection présidentielle le 20 mai, "un coup d'Etat ou une guerre civile pourrait très bien faire bondir les prix à 85 dollars", estime James Williams du cabinet WTRG Economics.

Toutefois, préviennent plusieurs analystes, les cours du pétrole pourraient tout aussi bien redescendre rapidement si se profile une récession économique ou si l'Arabie saoudite en décidait ainsi.

Chef de file de l'OPEP, Ryad n'a pas intérêt à voir les prix du brut redescendre tant que n'est pas finalisée l'introduction en Bourse de l'entreprise publique qui gère le pétrole du pays, Aramco.

Mais "tout est possible une fois que leur introduction en Bourse sera passée ou qu'ils estiment ne plus avoir besoin de limiter leur offre sur le marché mondial", remarque Matt Smith.


(c) AFP

Commenter Au-delà de l'Iran, les prix du pétrole à la merci de la moindre perturbation


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 27 mai 2022 à 22:20

    Le pétrole au plus haut depuis deux mois, achats de couvertu…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont de nouveau progressé vendredi à la faveur d'achats de couverture avant un long week-end...

    vendredi 27 mai 2022 à 13:55

    Le Brent pourrait dépasser 150$ le baril si l'offre de pétro…

    Charlotte: Le baril de Brent de mer du Nord pourrait dépasser les 150 dollars en cas de forte diminution des exportations du...

    vendredi 27 mai 2022 à 11:58

    Le pétrole profite du début de la saison des déplacements au…

    Londres: Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse vendredi, le marché se réjouissant des perspectives de forte demande avec le début de...

    jeudi 26 mai 2022 à 21:52

    Le pétrole bondit, le marché craint l'été et les grands dépl…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont bondi jeudi, à quelques heures d'un week-end férié qui va marquer le début de...

    jeudi 26 mai 2022 à 11:23

    Le pétrole en hausse timide, une augmentation de la demande …

    Londres: Les prix du pétrole étaient en petite hausse jeudi, soutenus par une augmentation de la demande attendue aux États-Unis avec l'ouverture...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:48

    Le pétrole grignote du terrain après un rapport américain mi…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi, soutenus par la possibilité d'un accord européen sur les importations russes, dans...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:25

    La production de pétrole russe a augmenté de 8% au 1er trime…

    Moscou: La production de pétrole brut russe, y compris le condensat de gaz naturel, a bondi de 8% sur un an au...

    mercredi 25 mai 2022 à 17:37

    🛢️USA: les stocks de pétrole baissent moins que prévu, produ…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont moins reculé que prévu la semaine dernière, selon...

    mardi 24 mai 2022 à 22:51

    Petrobras recule à la Bourse de Sao Paulo après le limogeage…

    Sao paulo: Les actions de la compagnie publique Petrobras ont perdu jusqu'à plus de 4% à la Bourse de Sao Paulo mardi...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 mai 2022 La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d'euros le coût d'un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d'exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d'embargo pétrolier de l'UE.

    📈 En mars 2022, les prix du pétrole accélèrent fortement

    Le mardi 26 avril 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mars 2022, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+24,7 % après +11,6 % en février). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent fortement eux aussi (+9,3 % après +3,8 %), qu'il s'agisse des prix des matières premières industrielles (+10,9 % après +5,1 %) ou de ceux des matières premières alimentaires (+7,7 % après +2,6 %). Le prix du pétrole accélère très fortement En mars 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) bondit (+21,1 % après +11,9 %), s’établissant en moyenne à 117,2...

    Lire la suite

    🇪🇺 D'où proviennent les importations de pétrole de l'Union européenne (UE) ?

    Le lundi 28 mars 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La Russie n'est pas seulement l'un des plus grands exportateurs de produits énergétiques au monde (le deuxième exportateur mondial de pétrole brut), mais elle est aussi le plus grand fournisseur de ces combustibles en Europe.Un examen plus approfondi des importations d'énergie révèle que la Russie est le principal fournisseur en pétrole brut de l'Union européenne (ainsi que de charbon et de gaz naturel).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite