Logo

Le pétrole baisse avant la décision de Trump sur l'accord iranien

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que des investisseurs préféraient s'éloigner du marché à quelques heures de la décision du président américain Donald Trump sur l'accord sur le nucléaire iranien.
Vers 14H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 75,60 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 57 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat de juin cédait 80 cents à 69,93 dollars une heure après son ouverture.

Les cours ont atteint lundi leur plus haut depuis novembre 2014, à 76,34 dollars pour le Brent et à 70,84 dollars pour le WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie., alors que les Etats-Unis ont imposé de nouvelles sanctions économiques sur le Venezuela et menacent de faire de même avec l'Iran.

Le président Donald Trump a annoncé sur Twitter que la décision américaine concernant l'accord sur le nucléaire iranien, qui était attendue le 12 mai, serait donnée dès mardi à 18H00 GMT.

"Nous allons finalement découvrir si Donald Trump est prêt à abandonner l'accord multilatéral pour adopter des sanctions américaines", a résumé Rebecca O'Keeffe, analyste chez Interactive Investor.

Cet accord permet notamment à l'Iran d'exporter son pétrole. Mais, comme le soulignaient les analystes de JBC Energy, les Etats-Unis n'importent pas de pétrole iranien.

L'Iran exporte en effet principalement vers l'Asie et vers l'Union européenne, et pas vers l'Amérique, selon des données compilées par Bloomberg.

"Il faudra voir si les sanctions financières sont rétablies et appliquées aux banques européennes", ont-ils détaillé, "ce qui entraverait l'industrie de l'assurance de navires pétroliers" et limiterait les exportations.

"L'Iran aurait également du mal à attirer des capitaux étrangers", ce qui empêcherait l'industrie nationale de développer de nouveaux champs et de se maintenir à son niveau de production actuel, ont ajouté les analystes de Barclays.

Pourtant, les cours s'inscrivaient en baisse mardi.

"Nous estimons que s'il n'y a pas d'annonce qui implique une baisse directe des exportations iraniennes, ou si une nouvelle période de négociation est ouverte, les prix pourraient reculer légèrement", ont écrit les analystes de Goldman Sachs.

Dans ce contexte, les données des douanes chinoises sur les importations de pétrole brut, qui ont atteint 39,46 millions de tonnes en avril, contre 39,17 millions de tonnes le mois précédent et 34,39 millions de tonnes en avril 2017, ont peu fait réagir les prix.


(c) AFP

Commenter Le pétrole baisse avant la décision de Trump sur l'accord iranien

graphcomment>