Menu
A+ A A-

Shell toujours plus rentable grâce à la hausse des cours

prix du petrole LondresLondres: Le géant des hydrocarbures Royal Dutch Shell a fortement amélioré ses bénéfices en début d'année, toujours dopés par la bonne tenue des cours ainsi que par ses performances dans le gaz naturel.
Le bénéfice net a progressé de 67% à 5,899 milliards de dollars (4,8 milliards d'euros) au premier trimestre, a annoncé jeudi le groupe anglo-néerlandais dans un communiqué.

Le groupe, comme les autres acteurs du secteur, profite à plein depuis fin 2016 du net rebond des cours du pétrole, lesquels ont poursuivi leur ascension au premier trimestre après une année 2017 favorable, ce qui avait déjà gonflé les profits de Shell avec un bénéfice annuel de 13 milliards de dollars.

Les prix du brut évoluaient à fin mars entre 65 et 70 dollars, soit 10 à 15 dollars de plus qu'à la même période de 2017, tirés vers le haut par les efforts de l'OPEP et de ses partenaires pour réduire la production, le dollar faible et les incertitudes géopolitiques.

"Les solides résultats de Shell ce trimestre ont été soutenus par la hausse des prix du pétrole et du gaz", a noté Ben van Beurden, directeur général du groupe, cité dans le communiqué.

Le chiffre d'affaires a progressé de 24,3% à 89,235 milliards de dollars. Le bénéfice trimestriel ajusté, hors éléments exceptionnels et variation des stocks (CCS), un indicateur scruté par le marché, a quant à lui grimpé de 69% à 5,703 milliards de dollars.

La hausse des cours a été d'autant plus essentielle à cette hausse des profits que Shell n'a vu sa production totale ne progresser que faiblement, de 2% à 3,8 millions de barils équivalent pétrole par jour.

Shell se félicite des bonnes performances dans ses activités de gaz naturel dont le groupe a fait une de ses priorités. La production bondit notamment dans cette branche grâce au site de Gorgon au large de l'Australie et celui de Pearl GTL au Qatar.

Dans l'amont (upstream), c'est-à-dire la production et l'exploration, le groupe améliore sa rentabilité mais voit sa production reculer en raison de cessions comme en Mer du Nord britannique.

Le marché circonspect


En revanche, le contexte est plus difficile dans l'aval (downstream), en particulier dans le raffinage, qui souffre paradoxalement de la hausse des cours qui renchérit les coûts de production.

Shell précise par ailleurs conserver sa discipline financière, mise en place il y a quelques années pour faire face alors à la baisse des cours du pétrole et après le rachat coûteux du britannique BG Group qui lui a permis de changer d'échelle dans le gaz naturel.

Ses dépenses d'investissement ont augmenté d'une année sur l'autre au premier trimestre, à 5,2 milliards de dollars, mais sont plus faibles que celles du quatrième trimestre 2017.

Le groupe mène en outre un programme de cession d'actifs de 30 milliards de dollars conduit sur trois ans depuis 2016, dont 26 milliards déjà réalisés.

Son objectif est de se détourner d'activités non stratégiques, comme des exploitations pétrolières ou gazières matures ou certaines activités dans l'aval (raffineries, pétrochimie, stations-services).

L'argent récupéré doit permettre à la compagnie pétrolière de financer en partie son programme de rachats d'actions de 25 milliards de dollars sur la période 2018-2020.

Seul bémol à cette publication, Shell suggère que le deuxième trimestre pourrait être moins porteur en termes d'activité.

"Shell a eu un bon début d'année", mais "les perspectives pour le deuxième trimestre sont sans éclat", relève Steve Clayton, gérant de fonds chez Hargreaves Lansdown.

Le groupe s'attend à une baisse des volumes dans l'amont, une moindre disponibilité des raffineries en raison de maintenances et un ralentissement du rythme de croissance dans le gaz.

Pour cet analyste, cela explique pourquoi l'action recule assez nettement à la Bourse de Londres. Vers 08H50 GMT, le titre perdait 2,67% à 2.519,00 pence, dans un marché presque stable.


(c) AFP

Commenter Shell toujours plus rentable grâce à la hausse des cours


    Les Chiffres d'affaires et bénéfices des compagnies pétrolières

    dimanche 21 mars 2021

    Aramco: bénéfice net 2020 en chute de 44,4% en raison de la …

    Ryad: Le géant de l'énergie Saudi Aramco a annoncé dimanche un bénéfice net de 41 milliards d'euros 2020, en baisse de 44,4%...

    vendredi 26 février 2021

    Mexique: 23 milliards de dollars de pertes en 2020 pour Peme…

    Mexico: Pemex, la compagnie pétrolière publique mexicaine, a enregistré des pertes nettes de près de 23 milliards de dollars en 2020, a-t-elle...

    vendredi 19 février 2021

    Eni: perte de 8,56 milliards d'euros en 2020 sous l'effet du…

    Milan: Le géant italien des hydrocarbures Eni a publié vendredi une perte abyssale de 8,56 milliards d'euros (9,3 milliards de francs) pour...

    jeudi 18 février 2021

    Repsol: perte nette de 3,3 milliards d'euros en 2020

    Madrid: Le pétrolier espagnol Repsol a publié jeudi une perte nette de 3,29 milliards d'euros (3,56 milliards de francs suisse) pour 2020...

    vendredi 12 février 2021

    Rosneft affiche en 2020 un bénéfice net, bien que très amoin…

    Moscou: Le géant russe du pétrole Rosneft a annoncé vendredi une forte baisse de son bénéfice net en 2020 sur un an...

    mercredi 10 février 2021

    Pertes colossales pour les compagnies pétrolières en 2020

    Paris: Les défis s'accumulent pour les compagnies pétrolières: déjà pressées d'agir contre le changement climatique, elles ont connu un choc historique avec...

    jeudi 04 février 2021

    Hydrocarbures (OMV): décélération et poursuite du désinvesti…

    Vienne: Le groupe pétrolier et gazier autrichien OMV a annoncé jeudi un bénéfice net en chute de 31% sur un an en...

    jeudi 04 février 2021

    Shell, dernier géant pétrolier en date à essuyer une perte c…

    Londres: Dans la foulée de BP et des majors américaines, le géant des hydrocarbures Royal Dutch Shell a dévoilé jeudi une perte...

    Tous les Chiffres d'affaires et bénéfices des pétrolières

    La Compagnie pétrolière Shell

    Shell: la vague de froid au Texas pourrait coûter 200 millions

    mercredi 07 avril 2021

    Londres: Le géant pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell a annoncé mercredi que la vague de froid au Texas, qui a perturbé ses activités dans la région, aurait un impact financier qui pourrait atteindre jusqu'à 200 millions de dollars (186 millions...


    -Toute l'actualité de la compagnie pétrolière Shell

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 14 avril 2021 à 17:40

    🛢️ USA: les stocks de pétrole brut chutent plus que prévu, r…

    New York: Les réserves commerciales de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé pour la troisième semaine consécutive, et davantage que les anticipations...

    mercredi 14 avril 2021 à 16:56

    Le pétrole décolle après une chute des stocks de brut aux Et…

    Londres: Les prix du pétrole accéléraient mercredi après une baisse plus forte qu'attendu des stocks de brut aux États-Unis, signal positif pour...

    mercredi 14 avril 2021 à 11:54

    Le pétrole soutenu par des prévisions encourageantes pour la…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en hausse mercredi, portés par des données encourageantes pour la demande d'or noir partagées par l'Opep...

    mercredi 14 avril 2021 à 11:27

    L'AIE plus optimiste pour la demande de pétrole

    Londres: Le déploiement des vaccins contre le COVID-19 favorise la reprise de la demande mondiale de pétrole, a déclaré mercredi l'Agence internationale...

    mardi 13 avril 2021 à 21:23

    Le pétrole profite de négociations difficiles avec l'Iran av…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse mardi, avant l'état des stocks américains qui sera publié mercredi, bénéficiant...

    mardi 13 avril 2021 à 15:20

    L'Opep prévoit une hausse de la demande de pétrole en 2021

    Paris: L'Opep s'est montrée un peu plus optimiste mardi pour la demande mondiale de pétrole cette année, sur fond de reprise économique...

    mardi 13 avril 2021 à 11:50

    Le pétrole profite de négociations difficiles avec l'Iran

    Londres: Les prix du pétrole poursuivaient mardi leur hausse amorcée la veille, bénéficiant d'indicateurs chinois favorables et de l'absence de progrès dans...

    lundi 12 avril 2021 à 21:16

    Le pétrole commence la semaine par une avancée timide

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont entamé la semaine en petite hausse lundi, les investisseurs revenant à leur principal sujet...

    lundi 12 avril 2021 à 13:20

    ⛽️ Les prix des carburants en légère baisse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service en France se sont stabilisés la semaine dernière. Pour sa part, le prix du pétrole Brent daté...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 26 mars 2021 Les pétrolières bénéficient de l'impact sur les cours du brut du blocage prolongé du canal de Suez: Chevron prend 0,72% et Exxon Mobil 1,38%.

    En décembre 2020, le prix du pétrole accélère

    Le mardi 26 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2020, le prix du pétrole en euros accélère (+13,9 % après +5,6 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +2,4 %), du fait de ceux des matières premières industrielles (+8,9 % après +3,9 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires se replient (−1,5 % après +0,7 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En décembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) accélère (+13,9 % après +5,6 % en novembre), s’établissant à 41,1 € en...

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2020

    Le mardi 12 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2020.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite