Menu
A+ A A-

Le pétrole au plus haut depuis 2014 face aux tensions géopolitiques

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont grimpé mercredi à leur plus haut niveau depuis décembre 2014, portés par un regain de tensions géopolitiques au Moyen-Orient, entre la menace de frappes américaines en Syrie et un tir de missile sur l'Arabie saoudite.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a pris 1,02 dollar sur l'Intercontinental Exchange (ICE) pour terminer à 72,06 dollars.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat de mai a gagné 1,31 dollar à 66,82 dollars.

Les cours ont bondi après des informations sur l'envoi de missiles au-dessus de Ryad, la capitale de l'Arabie saoudite.

Les autorités du pays ont peu après annoncé avoir "intercepté avec succès" un "missile balistique" tiré vers la capitale par les rebelles Houtis au Yémen voisin et précisé que deux autres missiles et drones avaient aussi été neutralisés dans le sud du royaume.

"Ces attaques augmentent un peu plus le risque géopolitique dans cette région du monde où la situation commencait déjà à devenir tendue", relève Robert Yawger, de Mizuho Securities.

Le président américain Donald Trump a en effet averti dans un tweet mercredi matin la Russie de frappes imminentes contre la Syrie, accusée d'être responsable d'une attaque chimique.

Moscou avait peu auparavant mis en garde contre tout acte pouvant "déstabiliser la situation déjà fragile dans la région".

"La crainte des marchés est que l'offre de pétrole soit perturbée" alors que la Russie et les Etats-Unis, deux des trois plus grands producteurs mondiaux, sont face à face, souligne Fawad Razaqzada de Forex.com.

Les analystes gardent également en tête le risque d'une perturbation des exportations iraniennes.

"Le risque géopolitique soutient les cours, et nous surveillerons avec attention la décision du 12 mai, quand le président américain Donald Trump pourrait potentiellement retirer le soutien des Etats-Unis à l'accord sur le nucléaire iranien", remarque Joel Hancock, analyste chez Natixis.

Dans ce contexte, l'annonce par l'Agence américaine d'information sur l'énergie d'une hausse surprise des stocks de brut aux Etats-Unis, a priori de nature à faire baisser les cours, n'a que très brièvement pesé sur les prix.

L'agence a aussi fait état d'une nouvelle hausse des extractions d'or noir dans le pays, la production atteignant un record à 10,53 millions de barils par jour, ainsi que d'une progression pour la cinquième semaine consécutive des réserves de brut à Cushing, dans l'Oklahoma, où sont stockés les barils servant de référence au pétrole coté à New York.

Mais dans le même temps, "les raffineries ont encore augmenté leur cadence à un niveau bien plus élevé qu'habituellement à cette période de l'année", remarque M. Yawger. "Cela signale sans doute que la demande est forte pour les mois à venir et qu'on va avoir besoin de tous les barils possibles, qu'il s'agisse d'en importer plus, d'en exporter moins, ou d'en produire davantage."


(c) AFP

Commenter Le pétrole au plus haut depuis 2014 face aux tensions géopolitiques


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:30

    Le pétrole lesté par la prudence des investisseurs

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse mercredi dans un marché empreint de prudence alors que persistent les...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:29

    Une guerre des prix du pétrole avec les États-Unis nuirait à…

    Davos: La Russie ne devrait pas essayer de réduire la production américaine de schiste avec une guerre des prix du pétrole, car...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:14

    La compagnie chinoise CNOOC prévoit ses plus fortes dépenses…

    Singapour: CNOOC, le plus grand producteur de pétrole offshore de Chine, prévoit que ses dépenses en capital pour 2019 seront les plus...

    mercredi 23 janvier 2019 à 17:03

    Les compagnies pétrolières US disent à l'Opep que leur prod…

    New York: Les compagnies pétrolières américaines ont tenté mercredi d'apaiser les craintes de l'Opep de perdre des parts de marché, expliquant que...

    mercredi 23 janvier 2019 à 15:57

    La compagnie pétrolière Vénézuélienne PDVSA annonce une bais…

    Caracas: La compagnie pétrolière PDVSA appartenant à l’État vénézuélien, a déclaré que sa dette avait diminué de 5% l’an dernier, pour atteindre...

    mercredi 23 janvier 2019 à 12:35

    Le pétrole remonte dans un marché volatil

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mercredi en cours d'échanges européens, effaçant une partie de leurs pertes de la veille dans un...

    mercredi 23 janvier 2019 à 04:21

    Le pétrole stable en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient stables, mercredi en Asie, au lendemain d'une baisse provoquée par un regain d'inquiétude quant à l'économie...

    mardi 22 janvier 2019 à 22:11

    Le pétrole pénalisé par les craintes sur la croissance mondi…

    New york: Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse mardi, fragilisés par les inquiétudes sur la croissance mondiale et de...

    mardi 22 janvier 2019 à 12:14

    Le pétrole recule avec les inquiétudes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, effaçant leur bond de la veille alors que les inquiétudes sur...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 22 janvier 2019 Chine Les raffineries chinoises ont traité en moyenne 12,07 millions de barils de pétrole brut par jour en 2018, en hausse de 6,8% par rapport à l’année précédente.

    En novembre 2018, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 20 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2018, le prix du pétrole en euros chute (−19,3 % après +4,3 % en octobre) tandis que les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) sont stables (+0,0% après +4,9%). Le prix du pétrole chute En novembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−19,3 % après +4,3 %), à 57 € en moyenne par baril. La baisse est presque de la même ampleur en dollars (−20,1 % après +2,7 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 64,7...

    Lire la suite

    Coup de poker sur l'essence

    Le mercredi 19 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Comment et pourquoi le cours du baril de brut s'est effondré entre 2014 et 2016, contre (presque) toute attente. Entre économie et géopolitique, une vertigineuse enquête dans le monde très fermé des rois du pétrole pour comprendre les fluctuations des prix du pétrole. Genre: Documentaire | Date: 12/2018 | Durée: 59 mn | Pays: France

    Lire la suite

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite