Logo

Le pétrole souffre du retour des craintes d'une guerre commerciale

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que les marchés s'inquiétaient de voir les tensions entre la Chine et les Etats-Unis ravivées par une escalade des mesures de rétorsion.
Vers 11H30 GMT (13H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 67,19 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 93 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat de mai cédait 95 cents à 62,56 dollars.

Après s'être affaissés lundi, les cours s'étaient légèrement repris mardi mais effaçaient tous leurs gains mercredi.

"Les marchés craignent encore les conséquences d'une guerre commerciale, et l'effet qu'elle aurait sur la croissance chinoise", ont résumé les analystes de Trifecta Consultants.

La Chine a annoncé mercredi l'imposition prochaine d'une taxe de 25% sur le soja, les voitures, les petits avions et d'autres produits importés des Etats-Unis, une mesure de rétorsion après l'annonce par Washington de nouveaux droits de douane sur les importations chinoises.

Le ministère chinois du Commerce a listé 106 familles de produits qui seront visées, et qui représentent un montant d'environ 50 milliards de dollars d'importations par an. La date de mise en application de la taxe sera annoncée ultérieurement.

Les marchés attendent par ailleurs les données hebdomadaires de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur les réserves des Etats-Unis.

Pour la semaine achevée le 30 mars, les analystes tablent sur une hausse des stocks de brut de 2 millions de barils mais sur une baisse des stocks d'essence (-1,5 million de barils) et d'autres produits distillés (diesel et fioul de chauffage, -1,3 million de barils), selon un consensus compilé par Bloomberg.


(c) AFP

Commenter Le pétrole souffre du retour des craintes d'une guerre commerciale

graphcomment>