Menu
A+ A A-

Le pétrole creuse ses pertes face à une production américaine toujours plus abondante

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole reculaient mardi en fin d'échanges européens dans un marché inquiété par les révisions à la hausse de prévisions sur la production américaine.
Vers 17H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 62,54 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 5 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat de mars cédait 19 cents à 59,10 dollars.

Le Brent, qui enregistrait sa septième séance d'affilée de baisse, a atteint vers 14H50 GMT 61,76 dollars, à son plus bas niveau depuis plus de deux mois.

"Les données sur la progression de l'exploitation du pétrole de schiste aux Etats-Unis n'arrêtent pas de s'empiler et ce n'est pas de bon augure pour ceux misant sur une progression des cours", a mis en avant John Kilduff d'Again Capital.

Dernier rapport en date: l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a souligné, mardi, dans son rapport mensuel qu'"après avoir considérablement réduit les coûts", les producteurs américains connaissent une "croissance si extraordinaire" que l'augmentation de leur production en 2018 "pourrait égaler la hausse de la demande mondiale".

Le pays serait en passe de devancer l'Arabie Saoudite puis, d'ici à la fin de l'année, la Russie, devenant "le leader mondial".

La veille, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avait estimé que la production des Etats-Unis demeurait "préoccupante".

L'Agence américaine d'information sur l'énergie a aussi estimé lundi que la production de pétrole de schiste devrait atteindre 6,76 millions de barils par jour en mars dans le pays, soit 110.500 barils de plus qu'en février et 1,3 million de barils de plus qu'en mars 2017.

"Cette poussée rapide devient problématique", a estimé M. Kilduff. "D'autant plus que les producteurs américains sont particulièrement offensifs et sont prompts à exporter le pétrole, comme l'illustre l'envoi récent d'un cargo de brut américain aux Emirats arabes unis."

"Cela aurait semblé incroyable il y a quelques années, mais c'est désormais un signe précurseur du marché à venir", a jugé l'AIE.

Les sociétés américaines profitent en effet pleinement de la remontée des cours à l'oeuvre depuis l'été dernier, conséquence de l'accord de réduction de la production entre l'OPEP et d'autres pays producteurs, dont la Russie. Cet accord, signé en 2016, court jusqu'à la fin de l'année.

Si l'objectif semblait à portée de main, les stocks de produits pétroliers ayant considérablement décru dans les pays membres de l'OCDE en 2017 et les prix ayant connu une belle remontée en deux ans, l'augmentation de l'offre américaine commence à inquiéter les marchés.

Les marchés attendront mercredi les données du Département américain de l'Energie (DoE) sur les stocks américains arrêtés au 9 février.

Les analystes tablent sur une hausse des stocks de brut de 3 millions de barils, de ceux d'essence de 1,6 million de barils et sur une stabilisation des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et diesel), selon un consensus compilé par l'agence Bloomberg.


(c) AFP

Commenter Le pétrole creuse ses pertes face à une production américaine toujours plus abondante


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 29 novembre 2020 à 06:46

    Or noir: l'Opep au chevet d'un marché toujours déprimé par l…

    Londres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés se réunissent lundi et mardi pour tenter de redonner un peu...

    vendredi 27 novembre 2020 à 20:07

    Le pétrole quasiment stable en attendant l'Opep+

    Cours de clôture: Les deux contrats de référence du pétrole brut ont fini proches de l'équilibre vendredi, dans un marché calme qui...

    vendredi 27 novembre 2020 à 11:59

    Le pétrole en ordre dispersé attend l'Opep+

    Londres: Les deux cours de référence du pétrole brut étaient partagés en première partie de séance européenne vendredi, dans un marché calme...

    vendredi 27 novembre 2020 à 10:57

    La soif de biocarburants cale pour la première fois en 20 an…

    Londres: La demande pour les biocarburants recule pour la première fois en deux décennies cette année, dans la foulée de la pandémie...

    jeudi 26 novembre 2020 à 13:40

    Repsol investira 18,3 milliards d'euros d'ici à 2025 pour se…

    Madrid: Le groupe pétrolier espagnol Repsol a annoncé jeudi un plan d'investissement de 18,3 milliards d'euros (19,8 milliards de francs) d'ici 2025...

    jeudi 26 novembre 2020 à 12:12

    Le pétrole marque une pause en attendant le sommet de l'Opep…

    Londres: Les prix du pétrole cédaient un peu de terrain jeudi, après avoir atteint la veille de nouveaux plus hauts en huit...

    mercredi 25 novembre 2020 à 21:40

    Le pétrole au plus haut depuis mars après les stocks américa…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini au plus haut en huit mois mercredi, portés par une baisse inattendue des...

    mercredi 25 novembre 2020 à 17:49

    🛢️ USA: les stocks commerciaux de pétrole brut en baisse

    New York: Les stocks commerciaux de pétrole brut ont un peu reculé aux Etats-Unis la semaine dernière, déjouant les attentes des analystes...

    mercredi 25 novembre 2020 à 13:07

    Le pétrole grimpe, les investisseurs misent sur les vaccins …

    Londres: Les cours du pétrole continuaient de grimper mercredi, le Brent s'approchant des 50 dollars le baril, portés par les avancées des vaccins...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 24 novembre 2020 Stimulés par les espoirs suscités par le vaccin, les cours du pétrole ont atteint des niveaux inégalés depuis que la COVID-19 a commencé à se propager en mars et a fait dégringolé la demande de pétrole. Vers 16h00 à Paris, les prix évoluaient à la hausse de plus de 3%.

    En septembre 2020, le prix du pétrole est quasi stable

    Le mercredi 21 octobre 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2020, le prix du pétrole en euros se replie (−8,3 % après +0,3 %). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) augmentent de nouveau (+2,3 % après +2,1 %), du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent pour le cinquième mois consécutif (+1,9 % après +4,4 %) et des prix des matières premières alimentaires qui se redressent (+2,6 % après −0,4 %). Le prix du pétrole se replie En septembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) se replie (−8,3 % après +0,3 %)...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite