Menu
RSS
A+ A A-

Statoil renoue avec des bénéfices astronomiques en 2017

prix du petrole OsloOslo: Le groupe pétrolier norvégien Statoil est nettement revenu dans le vert en 2017 grâce à la remontée des cours et à une production record, a-t-il annoncé mercredi.
Le bénéfice net a atteint 4,6 milliards de dollars (3,7 milliards d'euros) contre une perte de 2,9 milliards un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires en hausse de 33%, à 61,2 milliards (49,4 milliards d'euros).

"Nous avons dépassé des cibles pourtant ambitieuses", s'est félicité le directeur général, Eldar Saetre, lors d'une conférence de presse.

Indicateurs qui excluent des éléments volatils, le bénéfice net ajusté s'est élevé à 4,5 milliards après une perte de 200 millions en 2016, et le résultat d'exploitation ajusté à près de 13,8 milliards contre seulement 80 millions un an plus tôt.

L'amélioration porte tant sur les volumes que sur la valeur.

Statoil a produit l'an dernier en moyenne 2,08 millions de barils équivalent-pétrole par jour (Mbep/j), soit 5% de plus qu'un an plus tôt, grâce en particulier à l'international et au gaz naturel.

Après s'être ressaisis fin 2016, les prix du baril ont quant à eux continué de grimper grâce aux efforts de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses partenaires, qui ont limité leur production pour réduire l'offre sur le marché.

Sur l'année, Statoil a empoché 54 dollars par baril de Brent.

Le groupe a aussi bénéficié d'une importante revalorisation d'actifs aux États-Unis, en partie grâce à la réforme fiscale adoptée par l'administration Trump.

Fort de ses résultats, il a relevé de 4,5% son dividende pour le quatrième trimestre et évoqué la possibilité d'un rachat d'actions à plus long terme.

En milieu de matinée, l'action s'adjugeait près de 3% à la Bourse d'Oslo dans un marché en hausse de 0,74%.

"Statoil donne une nouvelle fois satisfaction", ont noté les analystes de Bernstein, en soulignant la maîtrise des investissements et des coûts d'exploitation ressortis en deçà des objectifs.

Le groupe dit s'attendre à une hausse de sa production comprise entre 1 et 2% cette année puis d'environ 3 ou 4% par an entre 2017 et 2020 grâce à la mise en exploitation de nouveaux gisements.

Il table aussi pour l'année en cours sur une remontée de ses investissements à 11 milliards de dollars, après les avoir ramenés à 9,4 milliards en 2017, moins qu'initialement escompté.

Grâce à une discipline sur les coûts, Statoil a sensiblement diminué le point d'équilibre sur ses projets, les nouveaux gisements du groupe devant être rentables avec un baril à 21 dollars.

Dans un communiqué distinct, la compagnie a d'ailleurs annoncé une nouvelle baisse de la facture de Johan Sverdrup, un gisement géant en cours de développement en mer du Nord, et une révision à la hausse de ses réserves, désormais estimées entre 2,1 et 3,1 milliards de barils équivalent-pétrole.

Avant Statoil, les géants ExxonMobil, Royal Dutch Shell, BP, ConocoPhillips ou encore Chevron avaient tous fait état d'une nette amélioration de leurs résultats annuels même si certains n'ont pas intégralement comblé les attentes.

Le français Total, qui publiera ses comptes jeudi, devrait faire état d'un bénéfice net ajusté "de près de 30% supérieur à celui de 2016", a indiqué son PDG Patrick Pouyanné au Monde cette semaine.


(c) AFP

La Compagnie pétrolière norvégienne Statoil

Statoil devient officiellement Equinor

mercredi 16 mai 2018

Oslo: La plus grosse compagnie pétrolière norvégienne Statoil est officiellement devenue Equinor mercredi, un changement de nom censé refléter sa diversification dans les énergies renouvelables.


-Voir les actualités de la compagnie pétrolière Statoil

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 juillet 2018 à 12:37

Le pétrole en baisse, vers une nouvelle augmentation de la p…

Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens après leurs pertes de la veille, alors que les Etats-Unis...

mardi 17 juillet 2018 à 05:12

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole rebondissaient mardi sous l'effet d'achats à bon compte après avoir plongé à des plus bas de trois...

lundi 16 juillet 2018 à 22:15

Le pétrole chute, les craintes liées à la production s'estom…

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement baissé lundi alors que les craintes liées à une potentielle insuffisance de l'offre...

lundi 16 juillet 2018 à 18:56

Poutine tend la main à Trump dans le domaine du pétrole et d…

Helsinki: Le président russe, Vladimir Poutine, a tendu la main à son homologue américain, Donald Trump, dans le domaine du pétrole et...

lundi 16 juillet 2018 à 12:30

Le pétrole recule dans un marché incertain

Londres: Les prix du pétrole reculaient lundi en cours d'échanges européens dans un marché volatil, alors que les sanctions américaines contre l'Iran...

lundi 16 juillet 2018 à 06:12

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie dans un contexte d'inquiétudes sur une augmentation de la production et un éventuel...

vendredi 13 juillet 2018 à 22:15

Le pétrole monte mais n'évite pas une lourde chute hebdomada…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont un peu avancé vendredi, tentant, en vain, de limiter le net recul hebdomadaire observé...

vendredi 13 juillet 2018 à 16:21

Le pétrole se stabilise, le marché hésite

Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient vendredi dans un marché indécis entre tensions commerciales et risques de perturbation de l'offre, notamment...

vendredi 13 juillet 2018 à 12:29

Le pétrole recule, le marché s'inquiète de la demande mondia…

Londres: Les prix du pétrole baissaient vendredi alors que les investisseurs s'inquiètent de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite