Menu
RSS
A+ A A-

ExxonMobil et Chevron déçoivent Wall Street malgré des prix du pétrole élevés

prix du petrole New YorkNew York: ExxonMobil et Chevron, les deux premières majors pétrolières américaines, ont déçu Wall Street vendredi en annonçant avoir gagné moins d'argent qu'espéré en 2017 malgré le rebond des prix du pétrole.
Sur le papier, ExxonMobil a dégagé un bénéfice net annuel de 19,71 milliards de dollars, dont 8,38 milliards au quatrième trimestre, et Chevron un profit annuel de 9,2 milliards, dont 3,1 milliards sur les trois derniers mois de l'année.

Mais c'est en grande partie grâce à des effets comptables, qui ont amélioré de plus de 7 milliards la rentabilité du premier et de 2 milliards celle du second. Les deux géants pétroliers ont dû modifier leur comptabilité pour prendre en compte la récente réforme fiscale américaine abaissant notamment le taux d'imposition des entreprises de 35 à 21%.

Quand on retire ces crédits d'impôts, le bénéfice par action, référence en Amérique du Nord, d'Exxon est inférieur de 15 cents aux pronostics des analystes financiers au quatrième trimestre et celui de Chevron de 55 cents au quatrième trimestre, et ce en dépit d'une forte appréciation des prix du pétrole.

Royal Dutch Shell et ConocoPhillips, deux de leurs rivaux, ont pourtant fait état de résultats soutenus par le rebond des cours de l'or, le premier triplant quasiment son bénéfice net 2017 à 13 milliards de dollars, et le second dégageant son meilleur bébéfice en trois ans.

Les cours de l'or noir ont fini l'année 2017 autour de 60 dollars, soit un bond de 15% sur un an, soutenus par la dépréciation du dollar, une demande solide du fait de la reprise économique mondiale et les efforts de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres producteurs comme la Russie qui ont limité leur production pour réduire l'offre sur le marché.

A Wall Street, Exxon connaissait une de ses plus mauvaises séances depuis l'été 2016. Le titre perdait 5,69% à 84 dollars vers 16H35 GMT, tandis que Chevron reculait de 3,52% à 121,55 dollars.

Pas de rachat d'actions


Les performances des deux premiers groupes d'hydrocarbures américains suggèrent qu'ils n'ont pas encore trouvé la recette pour relancer leur moteur de croissance en panne depuis le plongeon des prix du pétrole au printemps 2014, ce que conforte d'ailleurs le recul de leur production respective.

La production d'or noir et de gaz d'Exxon a par exemple diminué au quatrième trimestre de 3% à 4 millions de barils de pétrole par jour (mb/j), là où les marchés l'attendaient à 4,16 mb/j. Celle de Chevron est de 2,74 mb/j, contre 2,80 mb/j espérés par les marchés, même s'il a tenté de rassurer en disant avoir découvert de nouveaux champs vierges.

Le problème, estime, Jason Gammel, expert chez Jefferies, c'est la dépendance des deux groupes à leurs puits forés hors des Etats-Unis. Or ceux-ci n'ont pas été au rendez-vous en 2017, notamment la production européenne de gaz naturel d'Exxon qui a nettement diminué.

"Les volumes de production sont moindres que prévu", renchérit Doug Terreson chez Evercore.

Conscients de ces difficultés, Exxon et Chevron ont lancé chacun une offensive pour renforcer leurs opérations aux Etats-Unis et en Amérique du sud.

Darren Woods, qui a remplacé il y a un an Rex Tillerson à la tête d'Exxon, a promis mardi d'investir 50 milliards de dollars dans les cinq prochaines années sur le sol américain.

Il veut en l'occurrence tripler la production d'Exxon à 600.000 mb/j d'ici à 2025 dans le bassin permien, zone à cheval sur le Texas et le Nouveau-Mexique (sud des Etats-Unis) concentrant des réserves de pétrole de schiste.

Le dirigeant a en outre effectué des acquisitions au Brésil et au Mozambique et investit beaucoup au Guyana où Exxon a découvert de nouveaux champs d'hydrocarbures.

Chevron compte pour sa part sur la production du méga-projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Gorgon en Australie et de nouveaux puits au Kazakhastan.

En attendant, les deux géants pétroliers doivent composer avec des investisseurs en quête de juteux dividendes alors que les Bourses alignent des records depuis un an.

"Exxon a douché les espoirs d'un programme de rachat d'actions", avance la banque JPMorgan Chase, qui y voit un élément justifiant la baisse du titre vendredi. "Pourquoi ne pas lancer des rachats d'actions pour "récompenser les investisseurs de leur patience+?", interroge-t-elle.


(c) AFP

La Compagnie pétrolière américaine ExxonMobil

Les majors du pétrole s'engagent à réduire leurs émissions de méthane

lundi 24 septembre 2018

Paris: De grandes compagnies pétrolières réunies dans une coalition internationale se sont engagées lundi à réduire leurs émissions de méthane, se fixant pour la première fois un objectif collectif.

Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 24 septembre 2018 à 21:43

Pétrole: l'Opep ignorant Trump, le Brent grimpe au plus haut…

Londres: Le prix du pétrole londonien a grimpé lundi à son niveau le plus élevé depuis novembre 2014 après la décision de...

lundi 24 septembre 2018 à 17:51

France: les prix des carburants en baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations service françaises se sont affichés en baisse la semaine dernière, selon des chiffres...

lundi 24 septembre 2018 à 16:21

Le pétrole grimpe, le Brent au plus haut depuis 2014 après l…

Londres: Les cours du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, le Brent ayant touché son plus haut niveau depuis près de...

lundi 24 septembre 2018 à 15:27

Les majors du pétrole s'engagent à réduire leurs émissions d…

Paris: De grandes compagnies pétrolières réunies dans une coalition internationale se sont engagées lundi à réduire leurs émissions de méthane, se fixant...

lundi 24 septembre 2018 à 11:18

Le baril de pétrole Brent au plus haut depuis novembre 2014…

Londres: Le prix du baril de pétrole Brent a atteint lundi son niveau le plus élevé depuis novembre 2014, à près de...

lundi 24 septembre 2018 à 07:39

Pétrole: l'Opep et ses partenaires interviendront s'ils le j…

Alger: Les pays producteurs de pétrole interviendront pour éviter une pénurie sur le marché lorsqu'ils jugeront le moment opportun, a déclaré le...

lundi 24 septembre 2018 à 06:02

Le pétrole orienté à la hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, au lendemain de la décision de l'Opep et de...

dimanche 23 septembre 2018 à 17:04

L'Iran appelle l'Opep à ne pas céder aux "menaces"…

Téhéran: Le ministre iranien du Pétrole a dit espérer que les membres de l'Opep ne céderaient pas aux "menaces" de Donald Trump...

dimanche 23 septembre 2018 à 16:31

Pétrole: hausse de la production possible "au moment ap…

Alger: Une vingtaine de pays producteurs de pétrole unis depuis 2016 par un accord de limitation de la production étudieront une possible...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite