Menu
RSS
A+ A A-

Washington conforte sa place dans la cour des grands du pétrole

prix du petrole New YorkNew York: Les Etats-Unis, en dépassant pour la première fois depuis 1970 le cap symbolique des 10 millions de barils de pétrole par jour, ont fait un pas de plus vers "la domination" énergétique prônée par Donald Trump.
La production américaine de brut a atteint en moyenne 10,038 millions de barils par jour (mbj) en novembre, selon des chiffres de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) diffusés mercredi sans toutefois bouleverser complètement le marché mondial.

Ce niveau s'inscrit tout juste sous le pic de novembre 1970 (10,44 mbj), avant que la production ne se replie progressivement pour descendre sous les 4 mbj en 2008.

Les Etats-Unis rivalisent désormais avec la Russie, qui selon l'EIA a produit 10,55 mbj en 2016, et l'Arabie saoudite, qui la même année a extrait 10,46 mbj.

Depuis, ces deux pays se sont engagés à limiter leur production dans le but de restreindre l'offre sur le marché mondial et ainsi tenter de redresser les prix.

Cet objectif a été atteint: le baril de Brent coté à Londres, la référence, s'est hissé la semaine dernière au-dessus des 70 dollars pour la première fois depuis 2014.

Les producteurs américains, qui depuis dix ans utilisent les nouvelles techniques de fracturation hydraulique et de forage horizontal pour exploiter de nouveaux bassins de schiste, en ont largement profité pour accélérer leur activité.

De quoi réjouir le président Trump, qui a assuré en juin vouloir non seulement atteindre l'indépendance énergétique mais aboutir à la "domination américaine en matière d'énergie".

Dans son discours sur l'état de l'Union mardi, il a affirmé que son administration avait, en supprimant des réglementations, "arrêté de faire la guerre à l'énergie américaine".

Moins vulnérable


L'envolée de la production américaine signifie-t-elle que les Etats-unis ont pris la place de l'Arabie saoudite, chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), sur le marché mondial ? Non, selon Samantha Gross, spécialiste des relations internationales et des politiques énergétiques à la Brookings Institution.

Certes les Etats-Unis sont devenus un acteur majeur, notamment grâce à la capacité des entreprises américaines à s'adapter rapidement aux évolutions des prix du pétrole. Et en forant à plein au moment où Ryad et Moscou se contraignent à réduire leur production, elles ont gagné des parts de marché.

"Sur la scène internationale, le pays est certainement moins vulnérable qu'il a pu l'être par le passé", remarque Mme Gross auprès de l'AFP. "Mais il reste un importateur net de pétrole, contrairement à l'Arabie saoudite ou à la Russie."

Surtout, alors que Ryad dirige directement la stratégie pétrolière du pays via l'entreprise publique Aramco, Washington n'a pas vraiment son mot à dire dans les décisions prises, sur des critères purement économiques, par les dizaines de compagnies privées qui opèrent aux Etats-Unis.

Prix à la pompe


Depuis son arrivée au pouvoir Donald Trump a fait preuve de son soutien à l'industrie.

"En éliminant des réglementations, il est devenu plus facile et plus rapide de préparer des forages sur des terrains publics", note ainsi James Williams de WTRG, spécialiste de l'industrie du pétrole.

"L'administration a aussi fait avancer des dossiers sur les oléoducs, ce qui est un élément majeur en termes d'infrastructures", ajoute-t-il.

Début janvier, Washington a fait part de son intention d'ouvrir la quasi-totalité des eaux littorales des Etats-Unis à l'exploitation du pétrole et du gaz offshore.

"Mais tout cela n'a pas d'impact immédiat", relève M. Williams.

Les tendances sur les marchés de l'énergie étaient déjà à l'oeuvre sous l'administration Obama, permettant par exemple au pays de redevenir en 2017 un exportateur net de gaz.

Même si les Etats-Unis parvenaient à exporter plus de pétrole qu'ils n'en importent dans les années qui viennent, "cette idée que nous pourrions être isolés du reste du marché mondial est un mirage", estime Mme Gross.

"Si un conflit devait émerger au Moyen-Orient, cela ferait grimper partout les cours du brut et se répercuterait dans les prix payés à la pompe par les automobilistes américains", assure-t-elle.


(c) AFP

La Production de pétrole dans le monde


jeudi 19 avril 2018

Norvège: la production de pétrole recule en mars

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a reculé en mars à cause de problèmes techniques...

jeudi 12 avril 2018

L'Opep revoit en hausse sa prévision de production de pétrol…

Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui continue de limiter sa production de brut, a légèrement revu à la hausse...

mercredi 21 mars 2018

Norvège: la production de pétrole en février plus faible qu…

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a reculé en février, ressortant en deçà des projections...

mercredi 14 mars 2018

Pétrole: l'Opep revoit en hausse sa prévision de production …

Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui continue de limiter sa production de brut, a de nouveau revu à la...

lundi 05 mars 2018

Pétrole: l'AIE veut plus d'investissements pour répondre à l…

Paris: L'Agence internationale de l'Energie (AIE) a réclamé lundi une reprise des investissements mondiaux dans le secteur pétrolier afin que la production...

mardi 27 février 2018

Pétrole: le chef de l'Opep s'attend à un marché équilibré en…

Abou Dhabi (Emirats arabes unis): Le président de l'Opep Souhail al-Mazrouei a affirmé mardi s'attendre à un marché pétrolier mondial équilibré cette...

mercredi 21 février 2018

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mardi 13 février 2018

L'Irak veut augmenter ses capacités de production de pétrole…

Koweït: L'Irak, pays membre de l'Opep, prévoit de porter sa capacité de production de pétrole à sept millions de barils par jour...

mardi 13 février 2018

Pétrole: l'offre augmentera "probablement" plus vi…

Paris: L'offre de pétrole, tirée principalement par les Etats-Unis, "progressera probablement plus vite que la demande" en 2018, a estimé mardi l'Agence...


-Voir toutes les actualités de la production de pétrole

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 20 avril 2018 à 21:39

Le pétrole avance, les déclarations de l'Opep éclipsant cell…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé vendredi, davantage influencés par les déclarations à l'occasion d'une réunion de l'Opep que...

vendredi 20 avril 2018 à 16:48

Ryad veut un pétrole plus cher, Donald Trump s'y oppose

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 16:42

Le pétrole en berne, Trump voit les efforts de l'Opep d'un m…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a suscité de vives...

vendredi 20 avril 2018 à 14:18

Trump dénonce le cours "artificiellement" élevé du…

Washington: Le président américain Donald Trump s'en est pris vendredi aux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), estimant que...

vendredi 20 avril 2018 à 13:39

Le marché peut absorber des prix du pétrole plus élevés (min…

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 13:38

Le pétrole hésite, l'accord de l'Opep dans le viseur de Dona…

Londres: Les prix du pétrole hésitaient vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Opep et ses partenaires tenaient une réunion de suivi...

vendredi 20 avril 2018 à 11:57

Pétrole: la Russie voit des bases solides pour prolonger l'a…

Djeddah (arabie saoudite): La Russie a affirmé qu'il y avait "des bases très solides" pour prolonger la coopération entre les membres de...

vendredi 20 avril 2018 à 06:23

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement vendredi en Asie dans un marché volatil, en attendant une réunion de l'Opep dans un...

vendredi 20 avril 2018 à 06:03

Au-delà du pétrole: les majors en quête de diversification

Paris: Le rachat de Direct Energie par Total annoncé cette semaine illustre la volonté des groupes pétroliers de se diversifier face à...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En février 2018, le prix du pétrole diminue

Le mercredi 21 mars 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En février 2018, le prix du pétrole en euros se replie (−6,6 % après +4,1 % en janvier). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent légèrement (+0,3 % après +0,2 %). Le prix du pétrole diminue En février 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros diminue après sept mois de hausse (−6,6 % après +4,1 % en janvier), à 53 € en moyenne par baril. La baisse de février est un peu moins marquée en dollars (−5,4 % après +7,3 %). Cours du pétrole février 2018...

Lire la suite

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite