Menu
RSS
A+ A A-

Royal Dutch Shell voit son bénéfice net quasiment tripler en 2017

prix du petrole LondresLondres: Le géant pétrolier Royal Dutch Shell a annoncé jeudi un bond spectaculaire de ses résultats en 2017, le bénéfice net ayant pratiquement triplé à la faveur de la remontée des cours du pétrole et du gaz.
Lors de l'année écoulée, la major anglo-néerlandaise a dégagé un bénéfice net de 13 milliards de dollars (10,5 milliards d'euros), contre 4,6 milliards en 2016, selon un communiqué.

Shell a principalement profité de la reprise des cours du pétrole. Après s'être ressaisis fin 2016, les prix du barils ont continué de grimper avec les efforts de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et de ses partenaires, qui ont limité leur production pour réduire l'offre sur le marché.

Les cours de l'or noir ont fini l'année 2017 autour de 60 dollars, soit un bond de 15% sur un an.

Son bénéfice annuel ajusté, hors éléments exceptionnels et variation des stocks (CCS), un indicateur scruté par le marché, a quant à lui plus que triplé à 12,1 milliards de dollars.

Sur la même période, le chiffre d'affaires de Royal Dutch Shell a grimpé de 30,6% à 305 milliards de dollars, ce qui permet au numéro deux mondial du pétrole d'évoluer au coude-à-coude avec le numéro un, le groupe américain ExxonMobil, qui publiera ses résultats vendredi.

Dette réduite


En outre, le programme de réduction des coûts et de cessions d'actifs mené ces dernières années a permis à Shell d'améliorer sa rentabilité malgré l'effet de la réforme fiscale des Etats-Unis, qui a occasionné un effet comptable exceptionnel pour le groupe d'environ 2 milliards de dollars au quatrième trimestre.

Shell a en particulier quasiment achevé son programme de cession d'actifs de 30 milliards de dollars conduit sur trois ans depuis 2016.

"Nous avons renforcé notre structure financière, ce qui nous a permis de réduire notre dette nette de 8 milliards de dollars", a souligné le directeur général de Royal Dutch Shell, Ben van Beurden, dans un communiqué. La dette du groupe s'élevait à 74 milliards de dollars à fin 2017, pour une dette nette de 65 milliards de dollars.

Même si les bénéfices et le chiffre d'affaires de Shell ont dépassé les attentes des analystes, les résultats ont été accueillis sans entrain par les marchés.

Le titre de Shell (action "B") perdait 1,44%, à 2.460 pence à la Bourse de Londres dans un marché stable et alors que le prix du pétrole s'inscrivait en hausse vers 11H10 GMT.

La trésorerie déçoit


"Le flux de trésorerie est bon sur l'année mais il a été plus faible au quatrième trimestre", a souligné Steve Clayton, analyste chez Hargreaves Lansdown, dans une note.

Le flux de trésorerie, ou free cash flow, joue directement sur la capacité du groupe à récompenser ses actionnaires à travers des dividendes ou des rachats d'actions.

"Le quatrième trimestre est historiquement moins générateur de cash flow" en raison de factures et d'impôts à payer, une situation qui a été aggravée en 2017 par la réforme fiscale américaine, a expliqué Jessica Uhl, directrice financière du groupe, lors d'une conférence de presse.

A plus long terme, "les Etats-Unis sont le pays où nous investissons le plus, environ 10 milliards de dollars par an", a affirmé le directeur général lors de la même conférence, avant d'ajouter qu'il était "encourageant de savoir que ce niveau d'investissement se fera avec une imposition moins élevée".

La direction insiste par ailleurs sur la priorité donnée à la réduction de la dette du groupe.

Les dépenses totales du groupe ont augmenté sur 2017 après une année 2016 marquée par les économies. Shell a dépensé 294 millions de dollars en 2017 contre 234 millions de dollars en 2016.

Cependant, la production de Shell a stagné en 2017 à 3,7 millions de barils équivalent pétrole par jour.

"La hausse des bénéfices est presque entièrement due aux gains du prix du baril et aux économies, ce qui peut irriter des investisseurs" qui craignent de voir le cours du baril repartir à la baisse, a commenté Henry Croft, analyste chez Accendo Markets.


(c) AFP

La Compagnie pétrolière Shell

Shell suspend sa production sur une plateforme en mer du Nord pour cause …

mardi 10 juillet 2018

Oslo: Le géant pétrolier Royal Dutch Shell a annoncé mardi avoir suspendu la production sur le champ Knarr, en mer du Nord, en raison d'une grève affectant huit autres opérateurs offshore du socle continental norvégien.


-Toute l'actualité de la compagnie pétrolière Shell

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 19 juillet 2018 à 12:18

Le pétrole recule, le marché peine à trouver une direction

Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens, effaçant leur rebond de la veille dans un marché volatile après...

jeudi 19 juillet 2018 à 07:18

Le pétrole contrasté en Asie

Singapour: Les cours du pétrole prenaient des directions opposées jeudi en Asie après la baisse des stocks américains de produits raffinés, dans...

jeudi 19 juillet 2018 à 06:05

Les réserves stratégiques de pétrole, arme à multiples usage…

New York: La possible utilisation par les Etats-Unis de ses réserves stratégiques de pétrole remet en lumière ces quantités de brut que...

mercredi 18 juillet 2018 à 22:10

Le pétrole monte après une baisse des stocks américains de p…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi, des données sur les stocks américains hebdomadaires de produits raffinés se montrant...

mercredi 18 juillet 2018 à 17:09

USA: hausse surprise des stocks de brut et nouveau record de…

New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont affiché une hausse surprise la semaine dernière, tandis que la production a...

mercredi 18 juillet 2018 à 16:20

Le pétrole en baisse avant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole reculaient à nouveau mercredi en cours d'échanges européens avant les données hebdomadaires officielles sur les stocks américains...

mercredi 18 juillet 2018 à 12:32

Le pétrole recule avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient à nouveau mercredi en cours d'échanges européens avant les données hebdomadaires officielles sur les stocks américains...

mercredi 18 juillet 2018 à 06:12

Le pétrole repart à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient à nouveau mercredi en Asie, dans un contexte de craintes sur une augmentation de l'offre et...

mardi 17 juillet 2018 à 23:06

Une Bourse américaine lance un contrat sur le pétrole basé à…

New York: La plateforme boursière américaine Intercontinental Exchange (ICE) a annoncé mardi le lancement d'un nouveau contrat à terme sur le pétrole...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite