Menu
A+ A A-

Le pétrole reste sur ses sommets, le marché hésite après les stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole se stabilisaient proches de leurs sommets mercredi en fin d'échanges européens, reprenant leur souffle après une nouvelle baisse hebdomadaire des stocks de brut aux Etats-Unis.
Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 68,88 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 6 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat de février prenait 29 cents à 63,25 dollars.

Le prix du WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. a atteint vers 12H20 GMT 63,67 dollars, son plus haut depuis décembre 2014. Le cours du Brent avait pour sa part grimpé au même moment à 69,37 dollars, à son plus haut depuis mai 2015.

Les cours ont ensuite effacé une partie de leurs gains après la publication des données officielles du Département américain de l'Energie (DoE) sur les réserves arrêtées au 5 janvier.

"Les prix ont reculé car la baisse des stocks de brut est couplée à un envol des stocks d'essence et de produits distillés", a expliqué David Madden, analyste chez CMC Markets.

Les réserves commerciales de brut ont baissé de 4,9 millions de barils pour s'établir à 419,5 millions, quand les analystes interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur un recul de 3,75 millions de barils.

Les réserves d'essence ont de leur côté augmenté de 4,1 millions de barils, soit davantage que les 3,55 millions de barils anticipés par les analystes.

Les stocks de produits distillés (fioul de chauffage, etc.) ont grimpé de 4,3 millions de barils alors que les analystes anticipaient une hausse de 2,25 millions de barils.

A l'inverse, les marchés semblaient totalement ignorer les prévisions de production américaine à horizon deux ans publiées mardi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'EIA a affirmé que les Etats-Unis extrairont plus de 10 millions de barils par jour en moyenne dès le premier trimestre 2018 et plus de 11 millions d'ici à la fin de l'année 2019, soit davantage que la production de l'Arabie saoudite et de la Russie à la fin 2016.

Ces deux pays sont les piliers de l'accord de baisse de la production qui engage l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et dix autres pays depuis début 2017 et qui a été renouvelé en novembre jusqu'à fin 2018.

"La perception sélective est la raison de ce désintérêt des marchés. L'attention (des investisseurs) est uniquement concentrée sur les informations qui sous-tendent une hausse des prix", a estimé Commerzbank.

"La baisse très marquée des stocks de pétrole rend nécessaire une hausse de la production pour satisfaire une demande mondiale très forte, d'où une poursuite du mouvement de hausse sur les prix", a toutefois réagi Phil Flynn, de Price Futures Group, pour justifier la poursuite du mouvement de hausse sur les prix.


(c) AFP

Commenter Le pétrole reste sur ses sommets, le marché hésite après les stocks américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 17 juin 2019 à 12:43

    Le pétrole baisse un peu sur fond de tensions commerciales

    Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu lundi en cours d'échanges européens dans un marché partagé entre les conflits commerciaux qui...

    lundi 17 juin 2019 à 07:29

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi en Asie en raison des tensions géopolitiques dans le Golfe mais...

    dimanche 16 juin 2019 à 17:11

    Ryad vise une prolongation de l'accord Opep début juillet

    KARUIZAWA (Japon): Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, a annoncé dimanche que l'Opep se réunirait probablement la première semaine de juillet...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:34

    Saudi Aramco: l'Arabie maintient sa volonté de vendre une pa…

    Ryad: L'Arabie saoudite reste engagée à vendre sur le marché jusqu'à 5% du géant pétrolier national Saudi Aramco lors de son introduction...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:09

    Pétroliers: Le Kokuta Courageous au mouillage au large des E…

    Dubai: Le Kokuta Courageous, un des deux pétroliers victimes d'une attaque jeudi dans le Golfe d'Oman, est au mouillage au large des...

    vendredi 14 juin 2019 à 21:24

    Scrutant les tensions en mer d'Oman, le pétrole termine en h…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, les investisseurs s'inquiétant des potentielles répercussions sur le marché du...

    vendredi 14 juin 2019 à 16:07

    Les prix du pétrole divergent, entre demande en baisse et ri…

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant entre les tensions géopolitiques qui mettent l'offre...

    vendredi 14 juin 2019 à 12:13

    Le pétrole recule, l'AIE revoit sa demande à la baisse

    Londres: Les prix du pétrole repartaient en baisse vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a de...

    vendredi 14 juin 2019 à 11:58

    L'AIE révise à nouveau à la baisse sa prévision de demande d…

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a abaissé vendredi pour la deuxième fois consécutive sa prévision de croissance de la demande de...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 5 juin 2019 Le baril de WTI pour livraison en juillet, référence américaine, a perdu 1,80 dollar, à 51,68 dollars, à son plus bas depuis la mi-janvier.
    Le baril a perdu plus de 20% sur les six dernières semaines.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite