Menu
A+ A A-

Le pétrole au plus haut depuis 2014 à New York et à Londres

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les barils de pétrole new-yorkais et londonien ont clôturé mercredi à leur plus haut niveau depuis décembre 2014, porté par la forte demande en énergie alimentée par la vague de froid persistante aux Etats-Unis ainsi que par les tensions en Iran.
Le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en février, référence américaine du brut, a gagné 1,26 dollar, ou 2,09%, pour clôturer à 61,63 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a terminé à 67,84 dollars, en hausse de 1,27 dollar, ou 1,91%, par rapport à la clôture de mardi.

Ils sont tirés "par les prix des produits raffinés, en particulier ceux du diesel qui profitent à fond du froid qui touche la côte est des Etats-Unis depuis plusieurs jours maintenant", a souligné Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

"Certaines entreprises se sont aussi tournées vers le pétrole pour compléter l'approvisionnement en gaz naturel", a-t-il ajouté.

En quête d'indices sur l'approvisionnement du marché, les investisseurs décortiqueront jeudi, avec un jour de décalage en raison d'un jour férié lundi pour le Nouvel An, les données hebdomadaires sur les réserves américaines de pétrole.

Selon les prévisions des analystes interrogés par Bloomberg, les réserves de brut auraient baissé de 4,7 millions de barils la semaine dernière, tandis que celles d'essence se seraient étoffées de 2 millions de barils et celles de produits distillés auraient augmenté de 500.000 barils.

Incertitudes sur la décision de Trump


Les investisseurs continuent dans le même temps de surveiller la situation en Iran.

Mercredi, dans la foulée de manifestations massives de soutien au régime, l'armée d'élite du pouvoir a proclamé la fin du mouvement de contestation, qui a au total fait 21 morts et entraîné des centaines d'arrestations depuis le 28 décembre.

Pour l'instant, "le marché ne s'agite pas trop car les manifestations ne se déroulent pas près des zones de production pétrolières du pays", a souligné Matt Smith, de ClipperData.

"Ce qui inquiète les investisseurs en revanche, c'est la possibilité que les tensions s'emballent à un point tel que Donald Trump décide de ne pas signer l'accord levant les sanctions contre l'Iran, ce qui pourrait déclencher tout un tas de problèmes pour l'industrie pétrolière, allant de la réception ou l'envoi de paiements internationaux à la commande de pièces détachées", a-t-il ajouté.

Et d'autres analystes estiment que l'Iran pourrait accroître sa production afin de calmer la contestation, rompant ainsi avec ses obligations vis-à-vis de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Le cartel, dont l'Iran est le troisième plus grand producteur, s'est engagé depuis fin 2016 à limiter ses extractions afin d'écouler une partie des abondantes réserves mondiales.

Le rapport entre l'offre et la demande de brut dans le monde s'étant en conséquence quelque peu rééquilibré, toute modification dans la production d'or noir prend désormais plus d'importance.

La reprise de l'activité de l'oléoduc de Forties, un des principaux oléoducs de la mer du Nord, après près de trois semaines d'arrêt, ainsi que d'un oléoduc en Libye attaqué la semaine dernière a ainsi freiné la progression des cours du brut.

Mais "cela va prendre du temps de compenser les barils perdus au cours des dernières semaines", a estimé Phil Flynn, de Price Futures Group: l'interruption fin décembre de l'oléoduc en Libye, qui achemine du brut du sud du pays vers un terminal du nord-est, a "coûté au marché 70.000 à 100.000 barils par jour et celle de l'oléoduc Forties 450.000 barils par jour", a-t-il relevé.


(c) AFP

Commenter Le pétrole au plus haut depuis 2014 à New York et à Londres


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 17 septembre 2020 à 21:58

    Le pétrole hésite puis grimpe après la réunion mensuelle de …

    New York: Les prix du pétrole ont terminé en hausse jeudi, au lendemain d'une poussée déjà notable, les investisseurs se montrant plutôt...

    jeudi 17 septembre 2020 à 20:28

    L'Opep+ sermonne ses mauvais élèves et envisage une réponse …

    Londres: Le ministre saoudien de l'Énergie Abdel Aziz ben Salmane, chef de file de l'Opep+, a haussé le ton jeudi face aux...

    jeudi 17 septembre 2020 à 17:50

    Le pétrole hésite puis grimpe après le début de la réunion m…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en hausse jeudi en fin de séance européenne, après une poussée déjà notable la veille, les...

    jeudi 17 septembre 2020 à 16:11

    Opep+: le ministre saoudien hausse le ton sur le non-respect…

    Londres: Le ministre saoudien de l'Energie Abdel Aziz ben Salmane a haussé le ton jeudi face aux membres de l'Opep+ qui ne...

    jeudi 17 septembre 2020 à 13:43

    Réunion de l'Opep+ face à la baisse des prix du pétrole

    Vienne: L'Opep et ses alliés, réunis sous l'acronyme Opep+, tiendront une réunion en ligne jeudi pour discuter du respect de leur accord...

    jeudi 17 septembre 2020 à 11:55

    Le pétrole temporise avant la réunion mensuelle de l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse jeudi, après une hausse notable la veille, les investisseurs se tournant désormais vers...

    mercredi 16 septembre 2020 à 21:53

    Le pétrole progresse après la baisse des stocks américains d…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole sont montés mercredi, confirmant la tendance de la veille, aidés par une baisse inattendue des...

    mercredi 16 septembre 2020 à 18:25

    Les cours du pétrole accélèrent après les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole s'appréciaient mercredi, confirmant la tendance de la veille, aidés par une baisse inattendue des stocks de brut...

    mercredi 16 septembre 2020 à 18:08

    Les réserves américaines de brut repartent à la baisse

    New York: Les stocks commerciaux de pétrole brut aux Etats-Unis ont baissé la semaine dernière, après une hausse inattendue la semaine précédente...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 14 septembre 2020 L'OPEP table désormais sur une chute de 9,46 millions de barils par jour (bpj) cette année soit 400.000 bpj de moins que prévu le mois dernier, montre son nouveau rapport mensuel.

    En juillet 2020, le prix du pétrole augmente moins qu’en juin

    Le dimanche 16 août 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En juillet 2020, le prix du pétrole en euros  ralentit (+5,6 % après +30,2 % en juin).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent légèrement (+0,4 % après −2,5 %), notamment du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent de nouveau (+2,8 % après +3,5 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires diminuent encore (−2,0 % après −7,9 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En juillet 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente moins qu’en juin (+5,6 % après +30,2...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite