Menu
A+ A A-

Pétrole : les baisses de l'Opep et de la Russie profitent aux Américains

prix du petrole vienneVienne: L'alliance entre l'Arabie Saoudite et la Russie pour contrôler le marché pétrolier est raffermie après l'accord sur le prolongement des baisses de production qui n'apaise cependant pas toutes les inquiétudes russes face aux ambitions des producteurs américains.
Vingt-quatre pays, représentant plus de la moitié de la production mondiale de brut, se sont engagés jeudi soir à maintenir jusque fin 2018 leur niveau d'extraction en dessous du potentiel de leurs industries.

C'est l'option soutenue par l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, qui a été retenue: Ryad plaidait de longue date pour une prolongation de neuf mois de l'accord valable jusqu'en mars prochain.

"Quand il s'agit de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), l'Arabie saoudite obtient en général ce qu'elle veut", commentaient vendredi les analystes de Société Générale.

Alors que l'Etat saoudien est engagé dans une réforme en profondeur de son économie, un virage accentué ces derniers mois par l'ambitieux prince hériter Mohammed ben Salmane, des prix élevés du baril sont cruciaux pour alimenter les finances publiques.

L'Arabie Saoudite a réussi convaincre Moscou de rester engagé dans ce pacte de limitation inédit passé fin 2016, en dépit de l'impatience des entreprises pétrolières russes à vouloir profiter du rétablissement des prix du brut, qui évoluent à plus de 60 dollars depuis plusieurs mois.

"Ne pas respecter l'accord conduirait ces compagnies (russes, ndlr) à perdre des niches fiscales qui doivent être renouvelées en 2019", ont estimé les analystes de Barclays.

Et pour la Russie, poursuivent-ils, "les enjeux géopolitiques liés à un rapprochement avec l'OPEP et les principaux producteurs dépassent de loin le prix à payer par quelques compagnies pétrolières frustrées".

Le président russe Vladimir Poutine cherche ouvertement à développer la présence russe au Moyen-Orient dans une région marquée par la recomposition des équilibres de puissances et des alliances.

M. Poutine a reçu le roi Salmane d'Arabie saoudite à Moscou en octobre, et a signé avec lui d'importants accords militaires et économiques.

Manque de réalisme ?


Mais la réunion de jeudi à Vienne, où se trouve le siège de l'OPEP, "a été plutôt longue, ce qui indique que des inquiétudes ont pu être évoquées" entre les partenaires, ont noté les analystes de JBC Energy.

"Il faut admettre que la Russie est un pays différent de l'Arabie saoudite, avec une structure économique différente", a reconnu jeudi soir le ministre saoudien Khaled al-Faleh.

Parmi ces préoccupations, celle relative à l'appétit des pétroliers américains, encouragés par la hausse des cours, est de plus en plus en vive, particulièrement côté russe, soulignent les analystes.

Les entreprises d'une des trois plus grandes puissances pétrolières devraient profiter de la hausse des prix pour lever des fonds et exploiter les coûteux gisements de schiste des Etats-Unis.

"Les producteurs américains ont déjà bien profité de l'accord, et ils vont continuer de le faire en 2018", estiment les analystes de Barclays.

"Les données du gouvernement américain font état d'une hausse de 300.000 barils par jour de la production des Etats-Unis en septembre par rapport à août, soit une hausse de 900.000 barils par rapport à septembre 2016", ont-ils ajouté.

Selon eux, le ministre saoudien al-Faleh "semble mal comprendre de quoi sont capables les producteurs américains".

L'OPEP avait opté fin 2016 pour une baisse de la production afin d'enrayer la chute de l'or noir liée à la guerre que l'Arabie Saoudite avait menée contre le gaz de schiste et le pétrole de schiste américains entre 2015 et 2016.

Signe de l'inquiétude des participants à l'accord, une mention a été incluse dans le communiqué officiel sur la prochaine réunion des participants, en juin, qui sera l'occasion de rediscuter de la pertinence des quotas, si le besoin s'en fait sentir.

Contrairement à la dernière réunion de l'OPEP, au printemps, qui avait déçu les marchés et fait chuter les prix à leur plus bas de l'année, les cours sont restés stables depuis l'annonce du renouvellement du pacte, tant la décision était anticipée et la communication du cartel a été maîtrisée, a noté Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB.


(c) AFP

Commenter Pétrole : les baisses de l'Opep et de la Russie profitent aux Américains


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    samedi 26 septembre 2020

    La Russie voit sa production pétrolière progresser après 202…

    Paris: La Russie s'attend à ce que sa production de pétrole augmente une fois que l'accord de l'Opep et ses alliés ("Opep+")...

    jeudi 17 septembre 2020

    L'Opep+ sermonne ses mauvais élèves et envisage une réponse …

    Londres: Le ministre saoudien de l'Énergie Abdel Aziz ben Salmane, chef de file de l'Opep+, a haussé le ton jeudi face aux...

    jeudi 17 septembre 2020

    Opep+: le ministre saoudien hausse le ton sur le non-respect…

    Londres: Le ministre saoudien de l'Energie Abdel Aziz ben Salmane a haussé le ton jeudi face aux membres de l'Opep+ qui ne...

    mercredi 19 août 2020

    Accord Opep+ inchangé, les ministres insistent sur le respec…

    Londres: Les ministres de l'Opep+ ont maintenu leur accord de baisse de production lors d'une réunion mensuelle mercredi, rappelant l'importance d'un strict...

    mercredi 12 août 2020

    Pétrole: la production de l'Opep est repartie à la hausse en…

    Paris: La production de l'Opep est repartie à la hausse en juillet, principalement en lien avec une augmentation de la production de...

    mardi 14 juillet 2020

    La production de pétrole de l'Opep a de nouveau reculé en ju…

    Paris: La production de l'Opep a de nouveau reculé au mois de juin, les pays membres du cartel continuant de faire bloc...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 26 septembre 2020 à 15:28

    La Russie voit sa production pétrolière progresser après 202…

    Paris: La Russie s'attend à ce que sa production de pétrole augmente une fois que l'accord de l'Opep et ses alliés ("Opep+")...

    vendredi 25 septembre 2020 à 23:41

    Le pétrole à peine à l'équilibre, face à une demande déprimé…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont manqué de direction vendredi pour terminer un peu en-dessous de l'équilibre, coincés par les...

    vendredi 25 septembre 2020 à 20:03

    A la raffinerie de Grandpuits, la CGT appelle à la grève le …

    Grandpuits:BAILLY-CARROIS (awp/afp) - La syndicat CGT de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) a appelé vendredi à la grève le 6 octobre au...

    vendredi 25 septembre 2020 à 16:24

    Le pétrole pique du nez, le Covid-19 menace toujours la dema…

    Londres: Après une séance asiatique et des débuts européens en hausse, les cours du brut repartaient vers le bas vendredi, coincés par...

    vendredi 25 septembre 2020 à 11:47

    Le pétrole amorce la fin de la semaine en petite hausse

    Londres: Les prix du pétrole connaissaient une légère hausse vendredi, dans la lignée de la veille, aidés par un timide regain d'optimisme...

    jeudi 24 septembre 2020 à 22:46

    Total vise le top 5 de la production d'énergie renouvelable

    Paris: Total se donne pour ambition de long terme de faire partie des cinq plus grands producteurs mondiaux d'énergies renouvelables face au...

    jeudi 24 septembre 2020 à 22:39

    Hésitant en séance, le pétrole termine en modeste hausse

    Cours de clôture: Les prix du pétrole, qui avaient démarré en légère baisse à Londres, se sont redressés jeudi mais restent toujours...

    jeudi 24 septembre 2020 à 13:28

    Total: Arrêt du raffinage et projet de reconversion à Grandp…

    Paris: Total a annoncé jeudi un projet de transformation de sa raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) en une plate-forme "zéro pétrole", le groupe...

    jeudi 24 septembre 2020 à 12:41

    Le pétrole cale après la publication des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse jeudi, malgré une baisse des stocks américains la veille, les préoccupations qui entourent...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 14 septembre 2020 L'OPEP table désormais sur une chute de 9,46 millions de barils par jour (bpj) cette année soit 400.000 bpj de moins que prévu le mois dernier, montre son nouveau rapport mensuel.

    En juillet 2020, le prix du pétrole augmente moins qu’en juin

    Le dimanche 16 août 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En juillet 2020, le prix du pétrole en euros  ralentit (+5,6 % après +30,2 % en juin).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent légèrement (+0,4 % après −2,5 %), notamment du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent de nouveau (+2,8 % après +3,5 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires diminuent encore (−2,0 % après −7,9 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En juillet 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente moins qu’en juin (+5,6 % après +30,2...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite