Menu
A+ A A-

Pétrole: l'Opep prévoit une production américaine vigoureuse

prix du petrole ParisParis: La production de pétrole aux Etats-Unis va fortement progresser ces prochaines années, prévoit l'Opep, qui doit prochainement décider si elle va prolonger avec d'autres pays un accord de limitation de sa production afin de soutenir les cours.
L'offre mondiale d'hydrocarbures liquides (pétrole, gaz naturel liquéfié...) devrait grimper de 96,5 millions de barils par jour (mbj) cette année à 101,1 en 2020 puis atteindre 111,3 mbj en 2040, prévoit l'organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport prospectif annuel publié mardi.

L'offre des pays n'appartenant pas à l'OPEP a été revue à la hausse ces prochaines années: elle devrait croître de 57 mbj en 2016 à 62 mbj en 2022.

Les trois quarts de cette augmentation proviennent des Etats-Unis seuls, où le secteur du pétrole de schiste va continuer de croître après sa chute de 2016. Le Brésil et le Canada sont les autres pays qui devraient fortement contribuer à la progression de l'offre.

La prévision à plus long terme n'a toutefois pas été significativement modifiée par rapport à celle de l'an dernier. L'offre totale des pays hors du cartel devrait en effet décliner sur la période 2020-2040, la production de pétroles non conventionnels aux Etats-Unis devant atteindre un pic dans la deuxième partie des années 2020.

"La demande pour le brut en provenance de l'OPEP reste relativement stable, juste au-dessus de 33 mbj jusqu'à 2025, date à laquelle le pétrole de schiste américain devrait atteindre un pic", estime le rapport.

L'offre de brut provenant du cartel doit ensuite progresser pour atteindre 41,4 mbj en 2040. La part de l'OPEP dans la production de liquides devrait ainsi au final augmenter, de 40% en 2016 à 46% en 2040.

Investissements


Le cartel s'est engagé avec d'autres producteurs - dont la Russie - à restreindre sa production pour limiter l'offre d'or noir et soutenir les prix.

L'accord court actuellement jusque mars 2018 mais une réunion sur l'avenir de l'accord, qui devrait probablement être reconduit, aura lieu fin novembre à Vienne.

Depuis l'an dernier, "le rééquilibrage du marché mondial du pétrole s'est accéléré", souligne le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Barkindo. Les cours se sont en effet quelque peu repris depuis la chute entamée il y a un peu plus de trois ans.

Cette chute s'était traduite par des coupes dans les dépenses des acteurs du secteur et l'OPEP a une nouvelle fois appelé l'industrie pétrolière à reprendre ses investissements.

Alors que le secteur aurait besoin de 10.500 milliards d'investissements d'ici 2040, l'OPEP les voit se reprendre quelque peu cette année et en 2018, mais sur des projets de court terme plutôt que de long terme.

"Il est vital que cela soit corrigé afin que le manque d'investissements aujourd'hui ne conduise pas à une pénurie de l'offre à l'avenir", met en garde le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Barkindo.

Demande en hausse


La demande mondiale devrait pour sa part progresser pour atteindre 102,3 millions de barils par jour en 2022, soit une hausse moyenne de presque 1,2 mbj par an, prévoit l'OPEP. C'est plus que ce qu'envisageait l'organisation dans son précédent rapport, la demande provenant des pays développés de l'OCDE ayant en particulier été révisée à la hausse.

A plus long terme, les perspectives sont aussi un peu plus optimistes que dans le dernier rapport, avec une demande estimée à 111,1 mbj d'ici 2040. La croissance de la demande sera toutefois ralentie à l'approche de cette échéance en raison notamment de l'amélioration de l'efficacité énergétique et du développement de nouvelles technologies comme les véhicules électriques.

Malgré l'émergence de ces derniers et le déclin du diesel, les transports vont continuer à représenter le principal débouché du pétrole et connaître la plus forte croissance.

Si les besoins en pétrole devraient progresser, ce sont surtout les énergies renouvelables et le gaz qui devraient connaître les plus fortes croissances, estime l'OPEP. Parmi toutes les énergies, le charbon devrait pour sa part connaître la plus faible croissance, victime de la mise en oeuvre des mesures destinées à lutter contre le changement climatique.

Au final, même si la part du pétrole diminuera à l'horizon 2040, il restera encore la première énergie dans le monde, souligne l'OPEP.


(c) AFP

Commenter Pétrole: l'Opep prévoit une production américaine vigoureuse


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    jeudi 03 décembre 2020

    L'Opep+ choisit d'augmenter prudemment sa production d'or no…

    Londres: Les membres de l'Opep+ se sont mis d'accord jeudi pour "restituer progressivement" sur le marché les quelque 2 millions de barils...

    jeudi 03 décembre 2020

    L'Opep+ augmentera sa production de pétrole en janvier mais …

    Londres: Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés de l'Opep+ se sont mis d'accord jeudi sur...

    jeudi 03 décembre 2020

    L'Opep+ se rapproche d'un compromis sur sa production pétrol…

    Londres: Les discussions entre l'Opep et la Russie, qui s'étaient interrompues lundi sur un constat d'échec, se sont rapprochées d'un compromis sur...

    mardi 01 décembre 2020

    L'Opep veut croire à un accord malgré le report des discussi…

    Londres: Les cours du pétrole étaient hésitants mardi dans l'attente de l'issue des discussions entre les pays de l'Opep et leurs alliés...

    lundi 30 novembre 2020

    L'Opep remet à mardi ses discussions sur les coupes de produ…

    Londres: Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), réunis par visioconférence lundi pour tenter d'arrêter une position commune sur...

    dimanche 29 novembre 2020

    Or noir: l'Opep au chevet d'un marché toujours déprimé par l…

    Londres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés se réunissent lundi et mardi pour tenter de redonner un peu...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 04 décembre 2020 à 12:54

    Le pétrole au plus haut depuis début mars après l'accord Ope…

    Londres: Les cours du pétrole abordaient la fin de semaine en hausse, retrouvant des prix plus vu depuis près de neuf mois...

    jeudi 03 décembre 2020 à 23:00

    L'Opep+ choisit d'augmenter prudemment sa production d'or no…

    Londres: Les membres de l'Opep+ se sont mis d'accord jeudi pour "restituer progressivement" sur le marché les quelque 2 millions de barils...

    jeudi 03 décembre 2020 à 22:51

    Le pétrole se redresse après une révision par l'Opep+ de ses…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont nettement redressés jeudi en deuxième partie de séance américaine après un accord trouvé...

    jeudi 03 décembre 2020 à 20:52

    L'Opep+ augmentera sa production de pétrole en janvier mais …

    Londres: Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés de l'Opep+ se sont mis d'accord jeudi sur...

    jeudi 03 décembre 2020 à 18:12

    Le pétrole se reprend, espoirs autour d'un accord de l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole se redressaient jeudi après le début de la réunion des pays de l'OPEP+ qui pourrait déboucher sur...

    jeudi 03 décembre 2020 à 15:13

    L'Opep+ se rapproche d'un compromis sur sa production pétrol…

    Londres: Les discussions entre l'Opep et la Russie, qui s'étaient interrompues lundi sur un constat d'échec, se sont rapprochées d'un compromis sur...

    jeudi 03 décembre 2020 à 12:10

    Le pétrole en petite baisse au début d'une journée décisive …

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse jeudi en première partie de séance européenne, le marché ayant les yeux rivés...

    mercredi 02 décembre 2020 à 22:03

    Le pétrole se redresse, espoirs sur une entente Opep+

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont repris mercredi, après deux séances de baisse, les investisseurs interprétant positivement les signaux...

    mercredi 02 décembre 2020 à 17:27

    USA: petite baisse des stocks de pétrole brut

    New York: Les réserves commerciales américaines de pétrole brut ont reculé un peu moins que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis, tandis...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 3 décembre 2020 Le prix du panier de référence de l’Opep (ORB), composé à partir des cours de référence de 13 pétroles bruts, s'établissait à 46.67 dollars le baril mercredi, contre 46.72 dollars la veille.

    Il est constitué des bruts suivants: Saharan Blend (Algérie), Girassol (Angola), Arab Light (Arabie saoudite), Djeno (Congo), Murban (Emirats arabe unis), Rabi Light (Gabon), Zafiro (Guinée), Basra Light (Irak), Iran Heavy (Iran), Kuwait Export (Koweït), Es Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria) et le Merey (Venezuela).

    En septembre 2020, le prix du pétrole est quasi stable

    Le mercredi 21 octobre 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2020, le prix du pétrole en euros se replie (−8,3 % après +0,3 %). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) augmentent de nouveau (+2,3 % après +2,1 %), du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent pour le cinquième mois consécutif (+1,9 % après +4,4 %) et des prix des matières premières alimentaires qui se redressent (+2,6 % après −0,4 %). Le prix du pétrole se replie En septembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) se replie (−8,3 % après +0,3 %)...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite