Menu
A+ A A-

Pétrole: l'Opep prévoit une production américaine vigoureuse

prix du petrole ParisParis: La production de pétrole aux Etats-Unis va fortement progresser ces prochaines années, prévoit l'Opep, qui doit prochainement décider si elle va prolonger avec d'autres pays un accord de limitation de sa production afin de soutenir les cours.
L'offre mondiale d'hydrocarbures liquides (pétrole, gaz naturel liquéfié...) devrait grimper de 96,5 millions de barils par jour (mbj) cette année à 101,1 en 2020 puis atteindre 111,3 mbj en 2040, prévoit l'organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport prospectif annuel publié mardi.

L'offre des pays n'appartenant pas à l'OPEP a été revue à la hausse ces prochaines années: elle devrait croître de 57 mbj en 2016 à 62 mbj en 2022.

Les trois quarts de cette augmentation proviennent des Etats-Unis seuls, où le secteur du pétrole de schiste va continuer de croître après sa chute de 2016. Le Brésil et le Canada sont les autres pays qui devraient fortement contribuer à la progression de l'offre.

La prévision à plus long terme n'a toutefois pas été significativement modifiée par rapport à celle de l'an dernier. L'offre totale des pays hors du cartel devrait en effet décliner sur la période 2020-2040, la production de pétroles non conventionnels aux Etats-Unis devant atteindre un pic dans la deuxième partie des années 2020.

"La demande pour le brut en provenance de l'OPEP reste relativement stable, juste au-dessus de 33 mbj jusqu'à 2025, date à laquelle le pétrole de schiste américain devrait atteindre un pic", estime le rapport.

L'offre de brut provenant du cartel doit ensuite progresser pour atteindre 41,4 mbj en 2040. La part de l'OPEP dans la production de liquides devrait ainsi au final augmenter, de 40% en 2016 à 46% en 2040.

Investissements


Le cartel s'est engagé avec d'autres producteurs - dont la Russie - à restreindre sa production pour limiter l'offre d'or noir et soutenir les prix.

L'accord court actuellement jusque mars 2018 mais une réunion sur l'avenir de l'accord, qui devrait probablement être reconduit, aura lieu fin novembre à Vienne.

Depuis l'an dernier, "le rééquilibrage du marché mondial du pétrole s'est accéléré", souligne le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Barkindo. Les cours se sont en effet quelque peu repris depuis la chute entamée il y a un peu plus de trois ans.

Cette chute s'était traduite par des coupes dans les dépenses des acteurs du secteur et l'OPEP a une nouvelle fois appelé l'industrie pétrolière à reprendre ses investissements.

Alors que le secteur aurait besoin de 10.500 milliards d'investissements d'ici 2040, l'OPEP les voit se reprendre quelque peu cette année et en 2018, mais sur des projets de court terme plutôt que de long terme.

"Il est vital que cela soit corrigé afin que le manque d'investissements aujourd'hui ne conduise pas à une pénurie de l'offre à l'avenir", met en garde le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Barkindo.

Demande en hausse


La demande mondiale devrait pour sa part progresser pour atteindre 102,3 millions de barils par jour en 2022, soit une hausse moyenne de presque 1,2 mbj par an, prévoit l'OPEP. C'est plus que ce qu'envisageait l'organisation dans son précédent rapport, la demande provenant des pays développés de l'OCDE ayant en particulier été révisée à la hausse.

A plus long terme, les perspectives sont aussi un peu plus optimistes que dans le dernier rapport, avec une demande estimée à 111,1 mbj d'ici 2040. La croissance de la demande sera toutefois ralentie à l'approche de cette échéance en raison notamment de l'amélioration de l'efficacité énergétique et du développement de nouvelles technologies comme les véhicules électriques.

Malgré l'émergence de ces derniers et le déclin du diesel, les transports vont continuer à représenter le principal débouché du pétrole et connaître la plus forte croissance.

Si les besoins en pétrole devraient progresser, ce sont surtout les énergies renouvelables et le gaz qui devraient connaître les plus fortes croissances, estime l'OPEP. Parmi toutes les énergies, le charbon devrait pour sa part connaître la plus faible croissance, victime de la mise en oeuvre des mesures destinées à lutter contre le changement climatique.

Au final, même si la part du pétrole diminuera à l'horizon 2040, il restera encore la première énergie dans le monde, souligne l'OPEP.


(c) AFP

Commenter Pétrole: l'Opep prévoit une production américaine vigoureuse


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    mardi 14 mai 2019

    La production de pétrole de l'Opep stable en avril malgré un…

    Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu sa production quasi inchangée le mois dernier, une baisse en Iran ayant...

    mardi 07 mai 2019

    L'EIA relève ses prévisions pour la production américaine de…

    New York: La production américaine de pétrole brut devrait augmenter de 1,49 million de barils par jour (bpj) en 2019 pour atteindre...

    mercredi 01 mai 2019

    Opep: Le but de la réunion de juin est de prolonger le pacte…

    Doha: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la Russie et d'autres pays producteurs auront pour objectif de prolonger l'accord d'encadrement de...

    samedi 27 avril 2019

    Sanctions contre l'Iran: Moscou n'augmentera pas sa producti…

    Pékin: La Russie n'augmentera pas sa production de pétrole dans l'immédiat, malgré le durcissement des sanctions américaines contre l'Iran, a déclaré samedi...

    vendredi 26 avril 2019

    Ryad 'et d'autres' sont prêts à augmenter leur production de…

    Washington: Le président américain, Donald Trump, a affirmé vendredi que "l'Arabie saoudite et d'autres" pays étaient d'accord pour augmenter leur production de...

    jeudi 25 avril 2019

    L'Irak deviendrait le 3e exportateur de pétrole du monde en …

    Bagdad: L'Irak devrait produire près de six millions de barils par jour (mbj) en 2030, a estimé jeudi l'Agence internationale de l'énergie...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 24 mai 2019 à 21:37

    Le pétrole se redresse après sa pire séance de l'année

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, se redressant après avoir subi la veille leur pire séance...

    vendredi 24 mai 2019 à 12:12

    Le pétrole rebondit sans effacer le plongeon de la veille

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, le marché reprenant son souffle après avoir subi les plus fortes...

    vendredi 24 mai 2019 à 05:59

    Le pétrole se reprend un peu en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, au lendemain de la pire séance de l'année, mais...

    jeudi 23 mai 2019 à 21:34

    Le baril de brut new-yorkais perd 5,7% au terme de sa pire s…

    Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole new-yorkais a clôturé jeudi sa pire séance de l'année sur un plongeon de...

    jeudi 23 mai 2019 à 17:39

    Plus forte baisse de 2019 pour le pétrole sur fond de tensio…

    Londres: Les prix du pétrole fondaient jeudi, le Brent, référence internationale, perdant 4% et le WTI américain sombrant de 5% alors que...

    jeudi 23 mai 2019 à 16:56

    Le pétrole perd plus de 4%, les tensions commerciales s'accr…

    Londres: Les prix du pétrole fondaient jeudi, le Brent, référence internationale, perdant 4% et le WTI américain sombrant de 5% alors que...

    jeudi 23 mai 2019 à 12:13

    Le pétrole souffre de la hausse des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les réserves américaines ont augmenté la semaine dernière et...

    mercredi 22 mai 2019 à 21:53

    Le pétrole chute avec le bond des stocks américains

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté mercredi dans le sillage d'un bond des stocks de brut et de produits...

    mercredi 22 mai 2019 à 17:26

    Hausse surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis

    New York: Les stocks de pétrole brut et ceux des produits raffinés ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 23 mai 2019 Le prix du pétrole WTI, référence américaine, baissait fortement et est passé sous les 60 dollars le baril jeudi, à son plus bas depuis plus d'un mois et demi, plombé par les tensions commerciales et la hausse des réserves des Etats-Unis.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite