Menu
A+ A A-

La crise entre Bagdad et les Kurdes rend le marché du pétrole nerveux

prix du petrole LondresLondres: Les tensions entre le gouvernement irakien et les indépendantistes kurdes d'Irak menacent la production d'or noir, et pourraient mener à une hausse des prix du pétrole si le conflit s'envenime, craignaient plusieurs analystes mardi.
Les investisseurs estiment en effet possible que les exportations du Kurdistan irakien soient affectées par de possibles affrontements.

Selon les analystes de Goldman Sachs, la production kurde, en incluant les champs de la région de Kirkouk que se disputent les deux camps, a été d'environ 750.000 barils par jour en 2017, et les exportations qui passent par un oléoduc jusqu'en Turquie ont atteint 570.000 barils par jour cette année.

Marché inquiet


Les prix ont légèrement monté depuis le début de la semaine. Le Brent de la mer du Nord, qui fait référence en Europe, a ponctuellement dépassé les 58 dollars pour le baril pour livraison en décembre. Ses prix avaient déjà atteint leur plus haut de l'année le 26 septembre, à 59,49 dollars, au lendemain du référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien.

Après plusieurs années de vaches maigres causées par une surabondance de l'offre d'or noir, les cours du pétrole se sont ressaisis en 2016 et se sont stabilisés en 2017, alors que les efforts engagés par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie pour réduire leur production ont entamé les abondantes réserves des pays de l'OCDE.

Résultat, les marchés réagissent à nouveau aux évènements géopolitiques, puisqu'une perturbation même temporaire de l'offre peut plus difficilement être comblée par les réserves mondiales.

Repli kurde


Dernière information décortiquée par les marchés, deux champs contrôlés depuis 2014 par les autorités kurdes ont été repris par les autorités irakiennes, alors que les combattants kurdes, les peshmergas, semblent se retirer sans violence.

"il n'y a pas vraiment eu de combats entre les forces gouvernementales et les Kurdes, qui sont partis en laissant les clés des infrastructures pétrolières en raison apparemment de dissensions au sein même du camp kurde", a résumé John Kilduff, analyste chez Again Capital.

L'arrêt du pompage de ces deux champs lundi par des techniciens kurdes avait fait grimper les prix.

"Vu que le gouvernement irakien a repris le contrôle qu'il avait perdu en 2014, la production devrait reprendre, et la perturbation de l'offre ne devrait pas durer", a toutefois estimé Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Les deux champs étaient tombés sous le contrôle de la région autonome du Kurdistan en 2014 alors que l'Irak était déstabilisé par l'offensive du groupe jihadiste Etat islamique (EI).

"Selon nos calculs, les deux parties ont intérêt à maintenir le flux du pétrole, car avec des coûts de production bas, le revenu par baril est élevé", ont estimé les analystes de Goldman Sachs.

"Les prix avaient déjà reculé quand le gouvernement régional du Kurdistan a annoncé qu'il ne perturberait pas les exportations de pétrole", a noté James Williams, de WTRG Economics. Cet analyste fait référence à une certaine baisse des cours observée dans le courant de la journée de lundi, après la montée intiale consécutive aux informations sur l'initiative militaire de Bagdad.

L'oléoduc turc menacé


Pourtant, les prix se maintenaient à un niveau relativement élevé, prouvant la prudence des marchés.

"Si les tensions s'intensifient encore entre autorités kurdes et gouvernement central, cela pourrait mener à la fermeture de l'oléoduc kurde qui conduit plus de 500.000 barils de brut sur le marché international à travers la Turquie", a prévenu Tamas Varga, analyste chez PVM, qui juge qu'il y a "un risque réel de déficit de l'offre".

"Le vote n'a pas énervé que le gouvernement irakien, mais également la Turquie, qui compte une large population kurde et qui oeuvre activement à étouffer leurs ambitions indépendantistes et leur langage", a rappelé Phil Flynn, analyste chez Price Futures Group.

La Turquie a fermé lundi son espace aérien à tous les vols à destination et en provenance du Kurdistan irakien.


(c) AFP

Commenter La crise entre Bagdad et les Kurdes rend le marché du pétrole nerveux


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 18 septembre 2020 à 21:30

    Le pétrole trébuche un peu mais finit la semaine sur une bon…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont partiellement trébuché vendredi, mais restent à leur meilleur niveau depuis début septembre, au lendemain...

    vendredi 18 septembre 2020 à 11:58

    Le pétrole poursuit sur la lancée après l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole continuaient leur progression vendredi, après trois séances consécutives de hausse et au lendemain de la réunion mensuelle...

    jeudi 17 septembre 2020 à 21:58

    Le pétrole hésite puis grimpe après la réunion mensuelle de …

    New York: Les prix du pétrole ont terminé en hausse jeudi, au lendemain d'une poussée déjà notable, les investisseurs se montrant plutôt...

    jeudi 17 septembre 2020 à 20:28

    L'Opep+ sermonne ses mauvais élèves et envisage une réponse …

    Londres: Le ministre saoudien de l'Énergie Abdel Aziz ben Salmane, chef de file de l'Opep+, a haussé le ton jeudi face aux...

    jeudi 17 septembre 2020 à 17:50

    Le pétrole hésite puis grimpe après le début de la réunion m…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en hausse jeudi en fin de séance européenne, après une poussée déjà notable la veille, les...

    jeudi 17 septembre 2020 à 16:11

    Opep+: le ministre saoudien hausse le ton sur le non-respect…

    Londres: Le ministre saoudien de l'Energie Abdel Aziz ben Salmane a haussé le ton jeudi face aux membres de l'Opep+ qui ne...

    jeudi 17 septembre 2020 à 13:43

    Réunion de l'Opep+ face à la baisse des prix du pétrole

    Vienne: L'Opep et ses alliés, réunis sous l'acronyme Opep+, tiendront une réunion en ligne jeudi pour discuter du respect de leur accord...

    jeudi 17 septembre 2020 à 11:55

    Le pétrole temporise avant la réunion mensuelle de l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse jeudi, après une hausse notable la veille, les investisseurs se tournant désormais vers...

    mercredi 16 septembre 2020 à 21:53

    Le pétrole progresse après la baisse des stocks américains d…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole sont montés mercredi, confirmant la tendance de la veille, aidés par une baisse inattendue des...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 14 septembre 2020 L'OPEP table désormais sur une chute de 9,46 millions de barils par jour (bpj) cette année soit 400.000 bpj de moins que prévu le mois dernier, montre son nouveau rapport mensuel.

    En juillet 2020, le prix du pétrole augmente moins qu’en juin

    Le dimanche 16 août 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En juillet 2020, le prix du pétrole en euros  ralentit (+5,6 % après +30,2 % en juin).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent légèrement (+0,4 % après −2,5 %), notamment du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent de nouveau (+2,8 % après +3,5 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires diminuent encore (−2,0 % après −7,9 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En juillet 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente moins qu’en juin (+5,6 % après +30,2...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite