Menu
A+ A A-

Pétrole: déficit et Aramco poussent l'Arabie à réduire sa production

prix du petrole dubaïDubaï: Confrontée à des difficultés économiques en raison de la baisse des cours du brut, l'Arabie saoudite se prépare à de nouvelles réductions de sa production avant la vente de parts du géant pétrolier Aramco, selon des analystes.
Ces réductions visent, selon des analystes, à rééquilibrer le marché après la perte de centaines de milliards de dollars de revenus par ce poids lourd de l'OPEP, qui affiche d'énormes déficits budgétaires depuis l'effondrement des cours du pétrole en 2014.

L'un des facteurs qui influencent la nouvelle politique du royaume saoudien, premier exportateur mondial de brut, est la vente prévue de 5% des parts d'Aramco via une introduction en Bourse en 2018.

Cette introduction, présentée comme la plus importante de l'histoire, fait partie d'un vaste programme de réformes visant à réduire la dépendance du royaume à l'égard du pétrole.

Une hausse potentielle des prix du pétrole d'ici là devrait valoriser les actions d'Aramco, même si le niveau de cette valorisation divise les analystes.

"La politique saoudienne (de réduction de la production) est directement liée à la privatisation partielle envisagée pour Aramco", explique à l'AFP Kamel al-Harami, un analyste koweïtien.

Aramco, la plus grosse compagnie du monde, est évaluée à entre 1.000 et 2.000 milliards de dollars et la vente de 5% pourrait générer jusqu'à 100 milliards de dollars.

Ryad a démenti ce week-end des informations de la presse anglo-saxonne sur un possible report de l'introduction en Bourse et affirmé qu'elle restait programmée pour 2018.

Pour Jean-François Seznec, expert associé à l'Atlantic Council's Global Energy Center, la hausse des prix sera probablement marginale mais pourrait faire grimper la valeur d'Aramco.

"Le marché ne fixera pas le prix des actions sur la base de fluctuations à court terme, mais plutôt sur la base d'anticipations à long terme", souligne-t-il.

La semaine dernière, l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle réduirait sa production de 560.000 barils par jour à partir de novembre, la plus forte baisse depuis l'accord historique entre pays membres et non-membres de l'OPEP pour réduire la production de 1,8 million de barils par jour.

L'accord, conclu en novembre 2016, est intervenu deux ans après que l'Arabie saoudite a défendu sa stratégie initiale de conserver ses parts de marché coûte que coûte.

"Sans cette réduction (décidée en 2016), les prix auraient pu être aujourd'hui inférieurs à 30 dollars par baril", a affirmé Ibrahim Muhanna, conseiller de l'ex-ministre saoudien du Pétrole Ali al-Naïmi.

"L'OPEP, grâce à son alliance avec des producteurs clés non-membres de l'OPEP, a récemment créé un nouveau paradigme pour la gestion des marchés", a-t-il déclaré lors d'une conférence de l'Arab Gulf States Institute à Washington le mois dernier.

L'Arabie saoudite, membre du G20, est la première économie du monde arabe. Elle est soumise à une pression budgétaire extrême depuis l'effondrement du marché pétrolier, avec des déficits de 200 milliards de dollars ces trois dernières années, des prélèvements de 245 milliards de dollars dans ses réserves et un recours à des emprunts internationaux.

Le royaume a également annoncé des hausses de prix, imposé des taxes aux expatriés et il se prépare à introduire la TVA en 2018.

"morte et enterrée"


Les prix du pétrole, et par ricochet les revenus, ont augmenté après l'accord OPEP/non-OPEP qui a duré six mois et a été prolongé de neuf mois jusqu'en mars.

L'Arabie et ses partenaires espèrent maintenant le prolonger encore et sont prêts à des réductions encore plus importantes, oubliant la politique de défense des parts de marché.

"La protection des parts de marché ne fonctionne pas vraiment", estime M. Seznec. "Les Saoudiens cherchent maintenant (...) un arrangement avec la Russie pour avoir un certain contrôle sur les prix", dit-il à l'AFP.

Les exportations saoudiennes envisagées de 7,2 millions de barils par jour en novembre seraient les plus basses en cinq ans et la preuve d'une renonciation à la politique des parts de marché.

"Cette politique est morte et enterrée", affirme M. Harami. "Nous assistons aujourd'hui à une nouvelle ère basée sur une nouvelle relation entre l'OPEP et les non-membres de l'OPEP articulée autour d'une entente saoudo-russe".

Selon des analystes, Ryad table sur un prix d'environ 60 dollars le baril. "Nous pourrions atteindre 60 dollars le baril avant la fin de cette année ou le début de l'année prochaine", a déclaré M. Muhanna.

Les prix ont enregistré des hausses ces dernières semaines, dépassant les 56 dollars le baril, largement au-dessus du niveau de début 2017.


(c) AFP

Commenter Pétrole: déficit et Aramco poussent l'Arabie à réduire sa production


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    lundi 12 août 2019

    Le bénéfice semestriel d'Aramco recule à 46,9 milliards de d…

    Ryad: Le géant pétrolier public saoudien Saudi Aramco a dévoilé lundi un bénéfice semestriel en baisse de 12% par rapport à l'an...

    dimanche 30 juin 2019

    Poutine et Ben Salman d'accord pour prolonger l'accord Opep+…

    Osaka (Japon): La Russie et l'Arabie saoudite se sont accordées sur une prolongation de six à neuf mois de l'accord de réduction de la production de...

    dimanche 16 juin 2019

    Saudi Aramco: l'Arabie maintient sa volonté de vendre une pa…

    Ryad: L'Arabie saoudite reste engagée à vendre sur le marché jusqu'à 5% du géant pétrolier national Saudi Aramco lors de son introduction...

    La Compagnie pétrolière Saudi Aramco

    L'indien Reliance vend 20% de sa division raffinerie au saoudien Aramco

    lundi 12 août 2019

    Bombay: Le patron du conglomérat indien Reliance a annoncé lundi qu'il avait accepté de vendre 20% de ses opérations de raffinage et de chimie au géant pétrolier saoudien Aramco pour une somme de 15 milliards de dollars.

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 18 août 2019 à 15:40

    Gibraltar rejette la demande US de saisie du pétrolier irani…

    Gibraltar: Les autorités de Gibraltar ont rejeté dimanche la demande américaine de saisie visant le pétrolier iranien Grace 1, arraisonné le 4...

    vendredi 16 août 2019 à 21:39

    Le pétrole en légère hausse, mais le marché inquiet d'une fa…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement progressé vendredi mais les investisseurs restaient prudents, dans un marché toujours préoccupé par...

    vendredi 16 août 2019 à 16:11

    Le pétrole efface une partie de ses gains après le rapport m…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi dans les échanges européens, mais effaçaient une partie de leurs gains après la publication par...

    vendredi 16 août 2019 à 14:51

    Norvège: la production de pétrole rebondit en juillet par ra…

    Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a nettement augmenté (+37%) en juillet par rapport à...

    vendredi 16 août 2019 à 14:08

    Nouvelle baisse de la production de pétrole en juillet (Opep…

    Paris: La production de pétrole des pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a de nouveau baissé en juillet, en...

    vendredi 16 août 2019 à 11:10

    Le pétrole monte dans un climat d'incertitude

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi dans les échanges européens, alors qu'un climat d'incertitude a vu les cours faire le yo-yo...

    jeudi 15 août 2019 à 21:04

    Le pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont reculé jeudi, toujours plombés par les inquiétudes sur l'économie mondiale et la hausse des...

    jeudi 15 août 2019 à 13:36

    Le pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

    Londres: Les prix du pétrole baissaient jeudi en cours d'échanges européens, toujours sous l'effet des craintes sur l'économie mondiale, renforcées par les...

    mercredi 14 août 2019 à 22:04

    Le pétrole dégringole, miné par les stocks américains et les…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement reculé mercredi, lestés par la hausse des stocks de brut aux États-Unis et...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 30 juillet 2019 La chute des exportations de pétrole de l'Iran sont tombées en juillet à un plus bas de 100.000 barils par jour.
    L'Iran, l'un des membres fondateurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a accentué la baisse de l'offre du cartel mais les cours du brut n'en ont pas moins reculé à environ 64 dollars actuellement contre un plus haut de 2019 à 75 dollars, sur fond d'inquiétudes sur la croissance mondiale et la demande.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite