Logo

Le pétrole new-yorkais, scrutant les raffineries du Golfe du Mexique, ouvre en baisse

prix du petrole New YorkNew York: Le pétrole coté à New York reculait à l'ouverture mercredi alors que les raffineries des côtes du Golfe du Mexique rencontraient de plus en plus de difficultés après le passage de la tempête Harvey, faisant chuter la demande en brut et grimper le prix de l'essence.
Vers 13H10 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en octobre, la référence américaine, perdait 44 cents par rapport à la clôture de la veille et évoluait à 46,00 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le gallon (3,8 litres) d'essence pour livraison en septembre bondissait de son côté de 6,26% à 1,89 dollar. Il a pris près de 14% depuis la clôture vendredi.

Les conséquences du passage de l'ouragan Harvey, qui a atteint le Texas vendredi, a été rétrogradé en tempête tropicale samedi, et est arrivé mercredi en Louisiane, continuent à dominer le marché.

"Les inondations se poursuivent et sont maintenant la plus grande menace pour les infrastructures énergétiques de la zone américaine du Golfe du Mexique où elles conduisent à de nouvelles fermetures de raffineries et de ports, alors même que la production de brut commence à revenir à la normale", ont relevé les analystes de Goldman Sachs.

Selon leurs estimations, les capacités de raffinage affectées s'élèvent désormais à 3,9 millions de barils par jour.

"La montée continue du niveau des eaux crée de grandes incertitudes sur l'ampleur des dégâts causés aux raffineries, sur le rythme auquel les activités suspendues pourront reprendre et sur l'ampleur des capacités qui resteront affectées pendant plusieurs mois", ont-ils commenté.

L'immobilisation des raffineries limite la production d'essence et de produits distillés, faisant grimper leurs prix, et fait chuter la demande de brut alors même que son extraction est moins perturbée.

Selon les analystes de Goldman Sachs, les puits affectés par la tempête ont commencé à reprendre la production, qui est perturbée à hauteur d'un peu moins de un million de barils par jour.

Les marchés garderont dans ce contexte un oeil sur les réserves américaines, dont le département américain de l'Energie (DoE) publiera ses données hebdomadaires en cours de séance.

Les chiffres de cette semaine sont rendus particulièrement imprévisibles par les perturbations causées par la tempête.

Selon la médiane d'un consensus d'analystes compilé par l'agence Bloomberg, les réserves de brut auraient reculé de 1,75 million de barils, celles d'essence seraient stables et celles de produits distillés auraient augmenté de 157.000 barils pour la semaine achevée le 25 août.

(c) AFP

Commenter Le pétrole new-yorkais, scrutant les raffineries du Golfe du Mexique, ouvre en baisse


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.