Menu
A+ A A-

Le pétrole reste plombé par l'offre malgré la baisse des stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole ne parvenaient pas à se reprendre mercredi en fin d'échanges européens, malgré la baisse des réserves américaines de brut et d'essence, restant proches de plus bas en sept mois, plombés par l'offre surabondante.
Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 45,75 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 27 cents par rapport à la clôture de mardi. Le cours du Brent était tombé mardi vers 14H35 GMT à 45,42 dollars, son niveau le plus faible en sept mois.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 18 cents à 43,33 dollars. Le cours du WTI était tombé mardi vers 14H50 GMT à 42,75 dollars, au plus bas depuis mi-novembre.

Les cours ont brièvement tenté de se reprendre mercredi suite à l'annonce d'une baisse plus marquée qu'attendu des réserves de brut aux États-Unis lors de la semaine achevée le 16 juin, avec 2,5 millions de barils en mois selon les données du département américain de l'Énergie (DoE) contre un recul de 1,2 million prévu par les analystes interrogés par l'agence Bloomberg.

"L'impression d'ensemble des statistiques du pétrole aux États-Unis publiées cette semaine est plutôt" haussière pour les cours, a estimé Torbjorn Kjus, analyste chez DNB.

Et surtout comme le marché craignait une nouvelle hausse des stocks d'essence, alors "la nouvelle la plus positive était l'annonce d'une baisse" de ces réserves avec une demande "très forte", a relevé M. Kjus.

Ainsi, alors que les analystes tablaient sur une hausse de 500.000 barils de ces réserves, elles ont baissé de 600.000 barils.

Mais rapidement le pétrole a effacé son rebond.

"Les inquiétudes liées à la surabondance de l'offre continuent de planer sur le marché du pétrole et la demande asiatique en baisse plombe le sentiment", a observé David Madden, analyste chez CMC Markets.

Dans l'ensemble, "l'expansion de la production de pétrole de schiste aux États-Unis continue d'atténuer l'impact des efforts de l'OPEP et de la Russie pour tenter de stabiliser les cours", a relevé Mihir Kapadia, directeur de Sun Global Investments.

Et même au sein de l'OPEP, la Libye et le Nigeria, exempts des quotas, voient leur production augmenter.

Mais comme l'ont fait remarquer les analystes de Commerzbank, "ce ne sont pas tant les événements qui pèsent sur les prix, mais surtout le changement de point de vue, l'optimisme prédominant (après l'accord de l'OPEP et ses partenaires pour limiter l'offre, NDLR) s'est globalement évaporé".

"La surabondance de l'offre n'a pas été éradiquée et l'OPEP n'est pas parvenue à atteindre son objectif malgré une discipline de fer" dans le respect des quotas, a-t-on poursuivi chez Commerzbank.

(c) AFP


Commenter Le pétrole reste plombé par l'offre malgré la baisse des stocks américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 23 avril 2019 à 06:54

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, portés par la perspective d'une contraction de l'offre du...

    mardi 23 avril 2019 à 06:43

    Les USA veulent réduire à néant les ventes de pétrole iranie…

    Téhéran a aussitôt rétorqué que washington ne parviendrait pas à ses fins et menacé une nouvelle fois de bloquer le détroit d'ormuz...

    mardi 23 avril 2019 à 02:05

    Wall Street : debut de semaine positif, le pétrole au zénith

    (cerclefinance.com): Après un weekend de 3 jours, les marchés US ont rouvert à petite allure (de nombreuses places européennes restant fermées).

    lundi 22 avril 2019 à 21:51

    Le pétrole bondit après la fin des exemptions aux sanctions …

    New York: Les cours du pétrole ont fini à leur plus haut depuis près de six mois lundi, dans le sillage de...

    lundi 22 avril 2019 à 16:46

    Pétrole: Arabie saoudite et d'autres compenseront la baisse …

    Washington: Le président américain Donald Trump, qui a mis fin aux exemptions permettant à huit pays l'achat de pétrole iranien, a assuré...

    lundi 22 avril 2019 à 16:26

    Le pétrole bondit après la fin des exemptions sur le pétrole…

    New York: Les cours du pétrole évoluaient à leurs plus hauts depuis près de six mois lundi après l'officialisation par la Maison...

    lundi 22 avril 2019 à 16:01

    Pétrole iranien: l'Arabie saoudite prête à 'stabiliser' le m…

    Ryad: L'Arabie saoudite est prête à "stabiliser" le marché après la décision américaine de mettre fin aux exemptions permettant à huit pays...

    lundi 22 avril 2019 à 15:03

    Le pétrole bondit à la fin des exemptions sur le pétrole ira…

    New York: Les cours du pétrole se maintenaient en forte hausse lundi après l'officialisation par la Maison Blanche de la fin des...

    lundi 22 avril 2019 à 12:41

    Les USA ne feront pas cesser les exportations de brut iranie…

    Dubai: Les Etats-Unis ne parviendront pas à faire cesser totalement les exportations de pétrole de l'Iran malgré les menaces que l'administration américaine...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite