Menu
RSS
A+ A A-

Pétrole: l'Opep prolonge ses quotas, confiante dans un rééquilibrage

prix du petrole vienneVienne: L'Opep et ses partenaires, dont la Russie, ont décidé de maintenir jeudi leurs quotas de production de pétrole jusqu'en mars 2018 dans le but de réduire les stocks mondiaux et de peser sur les prix, une stratégie rendue compliquée par le dynamisme de l'offre américaine.
"Nous avons envisagé différents scénarios (de prolongation, ndlr) de six à neuf et 12 mois et nous avons même envisagé des options pour des réductions plus importantes", a déclaré le ministre saoudien de l'Énergie Khaled al-Faleh après une réunion de 24 pays producteurs, OPEP et non OPEP, au siège de l'organisation à Vienne.

"Toutes les signaux sont solides pour montrer qu'une extension de neuf mois est optimale et devrait nous rapprocher de la moyenne des stocks des cinq dernières années, d'ici la fin de l'année", a ajouté le représentant de l'Arabie Saoudite, chef de file de l'organisation et premier exportateur mondial.

M. al-Faleh avait, dés avant la réunion, écarté toute baisse de production supplémentaire, à la déception des marchés qui espéraient un objectif plus ambitieux et avaient déjà intégré le scénario d'une reconduction des quotas.

Dans une décision historique, les 13 membres du cartel avaient décidé en novembre 2016 de limiter leur production, entraînant dans ce mouvement 11 pays producteurs extérieurs à l'organisation, dont la Russie.

Ce pacte était valable jusqu'au 30 juin mais les pays producteurs souhaite prolonger cet effort, car l'accord de 2016 n'a pas véritablement rempli son objectif de soutenir durablement les prix du brut et d'éliminer l'excédent d'offre.

"De nombreux pays sont prêts à agir si c'était nécessaire, mais ce ne sera pas le cas. Les réserves mondiales commencent à reculer", avait expliqué dans la matinée le ministre saoudien, confiant dans un rééquilibrage progressif.

Seul changement à venir: la Guinée équatoriale, qui rejoint officiellement le cartel, va participer aux baisses de production.

Depuis l'accord de fin 2016, le cours du baril s'est redressé, évoluant dans une fourchette entre 45 et 55 dollars à New York, alors qu'il était tombé jusqu'à 26 dollars en février 2016, une tendance que l'OPEP cherche à conforter.

"Il y a eu un niveau de respect des quotas unique", s'est félicité le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak.

Alors que la Russie s'était déjà alliée à l'OPEP en de précédentes occasions, elle n'avait pas toujours respecté ses quotas. Cette fois, elle se targue d'avoir dépassé son objectif en abaissant sa production de 310.000 barils par jour sur les premiers jours de mai, contre un objectif de 300.000 barils.

Selon le comité de suivi de l'accord de réduction de production, les engagements de production des pays OPEP et non-OPEP ont été respectés à plus de 100% en avril.

Un accord russo-saoudien


La prolongation du pacte a été instiguée par l'Arabie Saoudite et la Russie, seuls pays avec les Etats-Unis à dépasser les 9 millions de barils par jour.

Les marchés ont accueilli sans enthousiasme jeudi les propos du ministre saoudien.

"Les marchés tablaient déjà sur une extension de neuf mois. En réalité, puisqu'il n'y a pas eu de bonne surprise, les prix ont reculé", a expliqué à l'AFP Deshpande Abhishek, analyste chez Natixis.

"Cet accord a permis aux prix de revenir au dessus de 50 dollars, et ceci va mener à une hausse de l'activité des producteurs de pétrole de schiste américain", a-t-il ajouté.

Le pétrole de schiste profite d'un cycle de production plus court et les entreprises américaines profitent des hausses de prix créées par les baisses de l'OPEP pour extraire à plein régime, risquant d'anéantir les efforts du cartel et de ses partenaires pour réduire les stocks mondiaux.

En 2014, l'OPEP avait opté pour une stratégie risquée consistant à inonder le marché d'or noir pour évincer ses concurrents, notamment américains. Mais cette politique avait provoqué une dégringolade spectaculaire des prix, sans durablement affaiblir les producteurs de pétrole de schiste.

Acculées en raison de la saignée budgétaire causée par la baisse des cours, les pétromonarchies et la Russie avaient décidé de fermer les vannes. L'accord de fin 2016, prolongé jeudi, porte sur une baisse globale de 1,8 million de barils par jour.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 19 octobre 2018 à 09:12

Norvège: la production de pétrole chute en septembre

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a fortement reculé en septembre en raison de travaux...

vendredi 19 octobre 2018 à 07:58

Le pétrole se reprend en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, après la chute des derniers jours, l'or noir étant...

jeudi 18 octobre 2018 à 22:10

Le pétrole, englué par Wall Street, finit au plus bas depuis…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini au plus bas depuis un mois jeudi dans le sillage d'une chute de...

jeudi 18 octobre 2018 à 16:12

Le pétrole au plus bas en un mois, les paris sur un manque d…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors qu'un bond hebdomadaire des stocks américains de brut a contredit...

jeudi 18 octobre 2018 à 13:49

Les automobilistes pris au piège du diesel

Paris: Face à la flambée des prix du gazole, les propriétaires de voitures diesel se sentent pris au piège, le revirement des...

jeudi 18 octobre 2018 à 05:32

Le pétrole poursuit sa chute en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer jeudi en Asie sous l'effet du bond accusé des stocks de brut américain dans...

mercredi 17 octobre 2018 à 22:03

Le pétrole chute avec le bond des stocks américains

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement baissé mercredi en réaction au bond des stocks de brut américains, dans un...

mercredi 17 octobre 2018 à 17:25

La hausse du prix des carburants, nouvelle épine dans le pie…

Paris: La montée plus rapide que prévu des prix du pétrole met en difficulté l'exécutif, qui a fait voter une forte hausse...

mercredi 17 octobre 2018 à 17:21

Les stocks de pétrole brut bondissent aux Etats-Unis

New York: Les stocks de pétrole brut aux États-Unis ont fortement augmenté la semaine dernière tandis que ceux d'essence ont nettement reculé...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

Le lundi 15 octobre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

Lire la suite

Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

Le mercredi 10 octobre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

Lire la suite

Est-ce que l'Opep fixe les prix du pétrole ?

Le mercredi 26 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Alors que les prix du pétrole ont grimpé à leur plus haut niveau en quatre ans, le président américain Donald Trump a accusé l'Opep d'"arnaquer le reste du monde". Quel est le rôle de cette organisation ?

Lire la suite