Menu
A+ A A-

Pétrole: l'Opep veut prolonger ses quotas, confiante dans un rééquilibrage

prix du petrole vienneVienne: L'Opep et ses partenaires, dont la Russie, devraient maintenir jeudi leurs quotas de production de pétrole jusqu'en mars 2018 dans le but de réduire les stocks mondiaux et de peser sur les prix, uns stratégie rendue compliquée par le dynamisme de l'offre américaine.
Avant le début de la réunion du cartel à Vienne, l'Arabie Saoudite, chef de file de l'organisation et premier exportateur mondial, a écarté toute baisse de production supplémentaire, à la déception des marchés qui espéraient un objectif plus ambitieux et avaient déjà intégré le scénario d'une reconduction des quotas.

Dans une décision historique, les 13 membres du cartel avaient décidé en novembre 2016 de limiter leur production, entraînant dans ce mouvement 11 pays producteurs extérieurs à l'organisation, dont la Russie.

Ce pacte était valable jusqu'au 30 juin mais les pays producteurs ont entamé jeudi une journée de discussions dans le but de prolonger cet effort, car l'accord de 2016 n'a pas véritablement rempli son objectif de soutenir durablement les prix du brut et d'éliminer l'excédent d'offre.

Le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh, a indiqué, à l'ouverture de la réunion, qu'il y avait consensus pour estimer qu'une reconduction des quotas sur neuf mois "au même niveau de production" représente "l'option la plus sûre, presque certaine" pour permettre un rééquilibrage progressif.

"Les réserves mondiales seront ramenées à leur moyenne des cinq dernières années au premier trimestre 2018", a-t-il assuré, jugeant personnellement que le rééquilibrage aurait lieu plus tôt.

"De nombreux pays sont prêts à agir si c'était nécessaire, mais ce ne sera pas le cas. Les réserves mondiales commencent à reculer", a-t-il expliqué.

Seul changement à venir: la Guinée équatoriale, qui rejoint officiellement le cartel, va participer aux baisses de production, a annoncé le ministre saoudien.

Depuis l'accord de fin 2016, le cours du baril s'est redressé, évoluant dans une fourchette entre 45 et 55 dollars à New York, alors qu'il était tombé jusqu'à 26 dollars en février 2016, une tendance que l'OPEP souhaiterait conforter.

"Il y a eu un niveau de respect des quotas unique", s'est félicité le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak.

Alors que la Russie s'était déjà alliée à l'OPEP en de précédentes occasions, elle n'avait toujours pas respecté ses quotas. Cette fois, elle se targue d'avoir dépassé son objectif en abaissant sa production de 310.000 barils par jour sur les premiers jours de mai, contre un objectif de 300.000 barils.

Selon le comité de suivi de l'accord de réduction de production, les engagements de production des pays OPEP et non-OPEP ont été respectés à plus de 100% en avril.

Un accord russo-saoudien


La prolongation du pacte a été instiguée par l'Arabie Saoudite et la Russie, seuls pays avec les Etats-Unis à dépasser les 9 millions de barils par jour.

Les marchés ont accueilli sans enthousiasme jeudi les propos du ministre saoudien.

Les cours du brut, qui évoluaient en petite hausse auparavant, sont montés à de nouveaux plus hauts en un mois alors que les ministres s'exprimaient à leur arrivée (54,67 dollars le baril pour le Brent et 52,00 dollars le baril pour le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) avant de perdre près de 2 dollars en quelques minutes puis de remonter pour atteindre 53,52 dollars pour le Brent et 50,86 dollars pour le WTI à 14H40 GMT (16H40 à Paris).

"Les marchés tablaient déjà sur une extension de neuf mois. En réalité, puisqu'il n'y a pas eu de bonne surprise, les prix ont reculé", a expliqué à l'AFP Deshpande Abhishek, analyste chez Natixis.

"Cet accord a permis aux prix de revenir au dessus de 50 dollars, et ceci va mener à une hausse de l'activité des producteurs de pétrole de schiste américain", a-t-il ajouté.

Le pétrole de schiste profite d'un cycle de production plus court et les entreprises américaines profitent des hausses de prix créées par les baisses de l'OPEP pour extraire à plein régime.

En 2014, l'OPEP avait opté pour une stratégie risquée consistant à inonder le marché d'or noir pour évincer ses concurrents, notamment américains. Mais cette politique avait provoqué une dégringolade spectaculaire des prix, sans durablement affaiblir les producteurs de pétrole de schiste.

Acculées en raison de la saignée budgétaire causée par la baisse des cours, les pétromonarchies et la Russie avaient décidé de fermer les vannes. L'accord de fin 2016 porte sur une baisse globale de 1,8 million de barils par jour.

(c) AFP

Commenter Pétrole: l'Opep veut prolonger ses quotas, confiante dans un rééquilibrage


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    vendredi 12 juillet 2019

    L'AIE maintient sa perspective d'un marché pétrolier excéden…

    Paris: La récente décision de l'Opep de prolonger l'accord de production "ne change pas la perspective" d'un marché pétrolier excédentaire, estime l'Agence...

    lundi 01 juillet 2019

    L'Opep va prolonger sa baisse de production, poussée par le …

    Vienne: L'Opep et ses alliés, réunis à Vienne, ont fait bloc lundi derrière la proposition russo-saoudienne de prolonger de neuf mois les...

    lundi 01 juillet 2019

    L'Opep en passe de prolonger sa baisse de production

    Vienne: L'Opep et ses alliés, menés par la Russie, se retrouvent lundi à Vienne, où ils devraient maintenir le cap des limitations...

    dimanche 30 juin 2019

    Poutine et Ben Salman d'accord pour prolonger l'accord Opep+…

    Osaka (Japon): La Russie et l'Arabie saoudite se sont accordées sur une prolongation de six à neuf mois de l'accord de réduction de la production de...

    samedi 22 juin 2019

    En Angola, grand ménage dans le pétrole pour relancer la pro…

    Luanda: La production de pétrole en Angola a chuté en 2018 à son plus bas niveau en dix ans. Mais le président...

    jeudi 13 juin 2019

    La production iranienne de pétrole a chuté en mai (Opep)

    Paris: La production de pétrole de l'Iran, frappé par de nouvelles sanctions américaines, a fortement chuté en mai, selon un rapport de...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 20 juillet 2019 à 16:55

    L'Iran sourd aux appels à libérer un pétrolier battant pavil…

    Ajoute "extrême déception" de londres, réaction de l'ue, changement d'origine:Ajoute "extrême déception" de Londres, réaction de l'UE, changement d'origine

    samedi 20 juillet 2019 à 12:03

    Le pétrolier britannique impliqué dans un incident en mer av…

    Genève: Le pétrolier britannique Stena Impero a été impliqué dans un incident avec un bateau de pêche avant d'être confisqué par les...

    samedi 20 juillet 2019 à 11:52

    Le pétrole en hausse après l'arraisonnement d'un pétrolier b…

    New York: Les prix du pétrole ont terminé en légère hausse vendredi, après plusieurs jours de baisse, poussés en fin de séance par...

    vendredi 19 juillet 2019 à 11:40

    Le pétrole en hausse après que Washington a annoncé la destr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, aidés par l'accroissement des tensions entre les États-Unis et l'Iran dans...

    jeudi 18 juillet 2019 à 21:27

    Le pétrole baisse face au surplus d'offre et aux tensions co…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont reculé pour la sixième séance de suite jeudi, réagissant à la crainte d'une offre...

    jeudi 18 juillet 2019 à 12:09

    Le pétrole morose au lendemain des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole remontaient sans entrain jeudi en cours d'échanges européens, après avoir souffert la veille, notamment du fait d'un...

    mercredi 17 juillet 2019 à 21:37

    Le pétrole recule avec la baisse de la demande américaine d…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont baissé pour la troisième journée de suite mercredi, lestés par l'annonce d'une hausse surprise...

    mercredi 17 juillet 2019 à 17:14

    USA: les stocks de pétrole brut baissent pour la cinquième s…

    New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé conformément aux attentes la semaine dernière aux Etats-Unis, baissant pour la cinquième semaine...

    mercredi 17 juillet 2019 à 10:36

    Le pétrole remonte un peu après sa chute de mardi et avant l…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi au début des échanges européens après leur chute de mardi sur fond de signaux...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite