Logo

Le pétrole stagne à New York, avant les stocks aux USA

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole évoluaient proches de l'équilibre mercredi peu après l'ouverture à New York, le marché se montrant prudent avant des chiffres hebdomadaires sur l'offre américaine dans un contexte plus général d'interrogations sur les perspectives mondiales.
Vers 13H05 GMT, le prix du baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, perdait un cent à 52,40 dollars sur le contrat pour livraison en mai au New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Ce que tout le monde attend, ce sont les chiffres du département de l'Energie (DoE), qui pourraient imprimer une direction plus franche au marché", a résumé Carl Larry, de Frost Sullivan.

Le DoE publiera ces chiffres à 14H30 GMT et les investisseurs surveilleront notamment le niveau des stocks de brut. La veille au soir, la fédération privée American Petroleum Institute (API) n'a guère bouleversé les esprits en tablant, dans ses propres estimations, sur une légère baisse.

Selon un consensus médian compilé par l'agence Bloomberg, les analystes s'attendent à un recul de 1,4 million de barils des réserves de brut, ainsi que des baisses respectives de deux millions et un million pour les stocks d'essence et de produits distillés (fioul de chauffage...).

Les investisseurs scruteront aussi l'évolution de la production américaine, qui ne cesse d'augmenter depuis le début de l'année alors même que d'autres pays, en premier lieu les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), réduisent la leur de façon concertée.

A ce sujet, l'actualité était plutôt engageante, puisque le secrétaire général de l'OPEP, Mohammad Sanusi Barkindo, a assuré que le cartel était optimiste sur une reprise des cours à la suite de ces plafonds de production.

Pourtant, le marché n'a guère profité de ces propos, pas plus qu'il n'avait semblé bénéficier en début de semaine de chiffres indépendants témoignant d'un recul des exportations de pétrole de l'Arabie saoudite, membre dominant de l'OPEP.

"Cela n'a pas pu ralentir la baisse des cours, de même qu'un affaiblissement du dollar, qui s'accompagne généralement d'une hausse des prix du pétrole, ou le risque de nouvelles sanctions contre l'Iran après que le gouvernement américain a demandé une révision de l'accord sur son programme nucléaire", ont énuméré dans une note les experts de Commerzbank.

"Est-ce que le sentiment tourne de nouveau à la négative sur le marché du pétrole ?", se sont-ils demandé.

(c) AFP

Commenter Le pétrole stagne à New York, avant les stocks aux USA


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.