Menu
A+ A A-

Le pétrole fait une petite pause après une série de hausses

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont légèrement baissé mercredi, malgré une actualité relativement encourageante sur une réduction de l'offre, reprenant leur souffle après avoir très bien commencé le mois.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a cédé 29 cents à 53,11 dollars sur le contrat pour livraison en mai au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a perdu 37 cents à 55,86 dollars sur le contrat pour livraison en juin à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Le marché est maintenant revenu à quelques dollars de ses plus hauts niveaux de l'année mais, pour continuer à monter, il va lui en falloir plus", a résumé Gene McGillian, de Tradition Energy.

Les cours, qui avaient chuté voici un mois sur un accès de pessimisme face à une offre toujours élevée, ont enchaîné de nombreuses séances de hausses depuis la fin mars, quand bien même les données concrètes ont peu changé.

Le marché "risque d'arriver à court d'élan", a reconnu Bob Yawger, de Mizuho Securities.

Les investisseurs ont pourtant pris connaissance mercredi de chiffres apparemment favorables du département de l'Energie (DoE) sur l'état hebdomadaire de l'offre américaine.

"Les chiffres du DoE (...) étaient dans l'ensemble encourageants avec des baisses modérées dans toutes les principales catégories", a écrit Tim Evans, de Citi.

Ce sont notamment les stocks de brut qui ont décliné, même s'ils restent proches de niveaux jamais vu aux Etats-Unis.

Rapports mensuels


"Le marché a peut-être été un peu encouragé à baisser par le fait que la production américaine a dépassé 9,2 millions de barils par jour (bj) pour la première fois depuis plus d'un an", a nuancé M. McGillian.

Plus largement, il estimait que les investisseurs avaient besoin de voir des signes plus marqués "d'une résorption des réserves mondiales à la suite des baisses de productions" hors des Etats-Unis.

En effet, si la production américaine ne cesse d'accélérer cette année, ce n'est pas le cas chez de nombreux autres pays producteurs, en premier lieu les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui s'imposent des plafonds depuis janvier.

Sur ce terrain, le marché a salué cette semaine des rumeurs selon lesquelles l'Arabie saoudite comptait proposer une extension de ces plafonds, qui ne sont actuellement prévus que jusqu'à la mi-2017.

En attendant, l'OPEP a apporté elle-même une pierre au débat mercredi avec son rapport mensuel sur l'état du marché, mais il n'a pas semblé donner de franche direction aux investisseurs.

Le rapport a confirmé les tendances déjà largement décrites par les analystes: la production pétrolière mondiale a continué de décroître en mars grâce à la mise en oeuvre des plafonds de production, mais les Etats-Unis devraient produire en 2017 plus qu'anticipé.

"Dans l'ensemble, cela renforce les arguments pour que l'OPEP restreigne plus avant sa production, ce qui rend plus probable une extension des plafonds actuels", a commenté M. Evans.

Les investisseurs, qui avaient déjà assimilé sans grande réaction mardi un rapport semblable du DoE, attendent encore pour jeudi la publication mensuelle de l'Agence internationale de l'Energie (AIE), bras énergétique de l'OCDE.

Ces rapports mensuels se distinguent pour l'heure par des "signaux contradictoires (qui) rendent la vie dure aux investisseurs", a reconnu Joshua Mahony, analyste chez IG. "Les cours montent depuis trois semaines, mais l'instabilité et la volatilité pourraient nous attendre au tournant."

(c) AFP

Commenter Le pétrole fait une petite pause après une série de hausses


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 26 avril 2019 à 06:01

    Le pétrole recule en Asie sur des prises de bénéfice

    Singapour: Les cours du pétrole observaient une pause, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfices après avoir touché leurs plus...

    jeudi 25 avril 2019 à 22:07

    Le pétrole londonien échoue à clore au-dessus de 75 dollars

    Londres: Le pétrole a dépassé les 75 dollars le baril en séance en Europe jeudi pour la première fois en six mois...

    jeudi 25 avril 2019 à 15:48

    L'Irak deviendrait le 3e exportateur de pétrole du monde en …

    Bagdad: L'Irak devrait produire près de six millions de barils par jour (mbj) en 2030, a estimé jeudi l'Agence internationale de l'énergie...

    jeudi 25 avril 2019 à 10:47

    Le pétrole brent dépasse 75 dollars pour la première fois de…

    Londres: Le baril de Brent a dépassé jeudi les 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre, dopé par le durcissement...

    jeudi 25 avril 2019 à 06:34

    Le pétrole recule en Asie après la hausse des réserves améri…

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer, jeudi en Asie, les investisseurs réagissant toujours à la hausse de la production et...

    mercredi 24 avril 2019 à 22:09

    Le pétrole hésite à la clôture, entre stocks américains et s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé mercredi, hésitant entre une hausse des stocks américains de brut...

    mercredi 24 avril 2019 à 18:40

    Les stocks de pétrole brut montent plus que prévu aux USA (E…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une hausse plus forte que prévu la semaine dernière tandis que...

    mercredi 24 avril 2019 à 12:21

    Le pétrole recule un peu avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens avant la publication des données officielles sur les stocks américains...

    mercredi 24 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole se replie en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, les investisseurs attendant de savoir si l'Organisation des pays...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite