Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole finit en hausse, la géopolitique revient en force

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont monté vendredi à New York en une fin de semaine marquée par une recrudescence générale d'interrogations géopolitiques, notamment après les frappes américaines contre les forces syriennes.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a gagné 54 cents à 52,24 dollars sur le contrat pour livraison en mai au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord a pris 35 cents à 55,24 dollars sur contrat pour livraison en juin à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Les événements en Syrie, les discussions avec la Chine... Il se passe beaucoup de choses et les investisseurs restent prudents en maintenant leurs positions orientées à la hausse", a expliqué Carl Larry, de Oil Outlooks and Opinions.

La Syrie s'est invitée au premier sommet entre Donald Trump et Xi Jinping, le président américain ayant ordonné des frappes contre les forces de Bachar al-Assad alors même qu'il recevait son homologue chinois en Floride.

"Pour ce qui est de la Syrie, on se demande ce qui va se passer avec la Russie et, en retour, avec l'Iran", a expliqué M. Larry, évoquant aussi les éventuelles conséquences en Irak, voisin du territoire syrien et également frappé par un conflit.

Si la Syrie n'est pas un gros producteur de pétrole, la Russie, qui a immédiatement accusé les Etats-Unis d'avoir violé la loi internationale, et l'Iran sont non seulement ses principaux alliés mais aussi des acteurs majeurs du marché de l'or noir.

"Le principal risque pour le marché pétrolier, c'est une escalade vers un plus large conflit qui ferait douter de l'offre russe, iranienne ou même irakienne", a écrit Tim Evans, de Citi.

"Les cours ont pour le moment réagi de façon limitée, ce qui laisse penser que le marché jugent qu'un tel scénario est peu probable", a-t-il nuancé.

Le Venezuela surveillé


Du côté de la Chine, premier importateur mondial de pétrole, les observateurs sont à la recherche de signes d'apaisement avec Washington, M. Trump ayant régulièrement tenu des propos agressifs envers Pékin, en particulier sur le plan commercial.

"Il se pourrait que les Etats-Unis exportent encore plus vers ce pays", a espéré M. Larry.

M. Trump a d'ores et déjà assuré avoir accompli des "progrès spectaculaires" dans ses relations avec la Chine, au deuxième jour de ce sommet.

"Et puis il y a le Venezuela", a enchaîné M. Larry. "S'il y a de quelconques bouleversements là-bas, cela risquera de perturber une production déjà au ralenti."

Un opposant au président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro a été tué à Caracas lors de heurts entre manifestants et forces de l'ordre, dans un climat de tension croissante.

Ces actualités ont permis aux analystes de détourner un peu leur attention des éléments dominants des dernières semaines, dont les interrogations sur les effets concrets des réductions de l'offre mises en oeuvre depuis janvier par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires.

De même, les cours n'ont guère marqué de réaction dans l'immédiat à l'annonce d'une nouvelle hausse hebdomadaire des puits actifs aux Etats-Unis, selon le décompte du groupe Baker Hughes, alors que la production ne cesse déjà d'y accélérer depuis des mois.

En revanche, "après avoir bondi dans la nuit, les cours sont revenus sur une bonne partie de leur hausse à la suite d'un rapport mensuel décevant sur l'emploi" aux Etats-Unis, a remarqué dans une note Matt Smith, de ClipperData.

Selon les chiffres sur l'emploi américain en mars, les créations de postes ont fortement ralenti, même si le taux de chômage a reculé au plus bas depuis dix ans.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 20 juin 2018 à 22:32

Le pétrole lesté à Londres par l'Opep, porté à New York par …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a reculé mercredi à Londres alors qu'abondent les spéculations à l'approche d'un important sommet entre l'Organisation des...

mercredi 20 juin 2018 à 18:42

"La raison l'emportera" à l'Opep, selon l'Arabie s…

vienne: Le ministre de l'Energie saoudien s'est montré mercredi optimiste sur ses chances de convaincre l'Opep de revoir à la hausse ses...

mercredi 20 juin 2018 à 16:52

USA: les stocks de brut chutent, ceux de produits raffinés m…

New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont baissé deux fois plus fortement que prévu la semaine dernière, tandis que...

mercredi 20 juin 2018 à 16:29

Corruption au Nigeria: Eni et Shell cités comme "respon…

milan: Le procès des compagnies pétrolières Eni et Shell, pour corruption lors de l'attribution d'un contrat pour un bloc offshore au Nigeria...

mercredi 20 juin 2018 à 16:08

Le pétrole en hausse, l'Iran et l'Arabie saoudite jouent leu…

Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que l'Iran et l'Arabie saoudite campent sur leurs positions...

mercredi 20 juin 2018 à 15:30

L'Iran et l'Arabie saoudite campent sur leurs positions avan…

Vienne: L'Arabie saoudite a plaidé mercredi en faveur d'une augmentation de la production de pétrole de l'Opep, avant une réunion du cartel...

mercredi 20 juin 2018 à 12:58

Pétrole: la Libye perd des milliards de dollars en raison de…

Tripoli: Le patron de la compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) Mustafa Sanallah déplore, dans un entretien à l'AFP, des milliards de...

mercredi 20 juin 2018 à 12:25

Le pétrole remonte après un commentaire de l'Iran

Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que l'Iran a indiqué ne pas croire à un...

mercredi 20 juin 2018 à 08:31

Le pétrole aux Féroé: un rendez-vous pour le moment manqué

Tórshavn (danemark): Toujours pas l'ombre d'une plateforme en vue... Après avoir nourri les attentes et galvanisé les rêves d'indépendance au tournant du...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite