Logo

Le pétrole recule, doutes sur un nouvel accord à l'Opep

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole reculaient lundi en fin d'échanges européens, les marchés doutant de la possibilité que l'Opep limite à nouveau sa production au deuxième semestre au risque de perdre des parts de marché.
Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 53,19 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 34 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le mois de mai cédait 34 cents à 50,26 dollars.

L'enthousiasme des investisseurs la semaine dernière, en partie né des propos rassurants des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, ne semblait pas résister à la nouvelle semaine.

"Les cours de l'or noir ont connu leur plus forte hausse hebdomadaire de 2017 la semaine dernière, mais cela n'empêche pas les prix d'enregistrer des baisses marquées sur l'ensemble du mois de mars", ont noté les analystes de Commerzbank.

"Pour l'instant, la baisse marquée du mois dernier ne se reflète pas dans les données sur les puits de pétrole américains collectées par (le groupe privé) Baker Hughes", ont-ils ajouté.

Les pétroliers privés américains ont profité de la baisse de la production des entreprises nationales des membres de l'OPEP pour augmenter la cadence, réduisant l'effet de cette baisse qui visait à rééquilibrer le marché.

"Le nombre de puits actifs a augmenté de 10 la semaine dernière, pour atteindre 662 puits actifs. Avec la plus forte hausse sur un trimestre depuis six ans, la production américaine devrait encore augmenter, et si l'OPEP prolonge son accord, elle risque surtout de perdre des parts de marché", ont prévenu les analystes de Commerzbank.

"Il semblerait que les producteurs américains de pétrole de schiste aient été les principaux bénéficiaires de l'accord de l'OPEP. Cela signifie-t-il que l'accord ne sera pas renouvelé au deuxième semestre 2017 ? S'il l'est, est-ce que d'autres producteurs qui ne font pas partie de l'OPEP accepteront à nouveau de s'y joindre ? Les marchés vont se focaliser sur ces questions avant la prochaine réunion du cartel, qui aura lieu le 25 mai" à Vienne, ont commenté les analystes de PVM.

(c) AFP

Commenter Le pétrole recule, doutes sur un nouvel accord à l'Opep


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.