Menu
A+ A A-

Le pétrole stagne, interrogations sur les accords de production

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont stagné vendredi à New York, en l'absence d'éléments nouveaux et tandis que l'Arabie saoudite semble souffler le chaud et le froid au sujet des réductions de la production.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a pris 3 cents à 48,78 dollars sur le contrat pour livraison en avril au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a avancé de 2 cents à 51,72 dollars sur le contrat pour livraison en mai à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Nous n'avons eu aucune nouvelle de nature à faire bouger le marché", a mis en avant James Williams, de WTRG.

Les investisseurs ont donc ruminé leurs interrogations concernant l'avenir des quotas de production mis en place le 1er janvier pour une période initiale de six mois par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires dont la Russie.

"Est-ce que l'OPEP va prolonger sa réduction de la production de l'offre ?", s'est interrogé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.


La Russie dans le viseur

L'Arabie saoudite, principal artisan de ces accords de baisse de l'offre, est de nouveau au centre du jeu après avoir déclaré jeudi par la voix de son ministre de l'Energie, Khakled al-Faleh être prête "à faire tout ce qu'il faudra pour ramener le secteur à une situation saine".

"Ils ne sont pas prêts à le faire tout seuls", a nuancé James Williams.

Dans le viseur du membre dominant de l'OPEP, figure la Russie qui n'a jusque là pas réduit autant que prévu sa production, selon M. Williams.

La question d'une éventuelle prolongation de la régulation de l'offre au delà de juin est d'autant plus cruciale que les efforts effectués jusqu'à présent tardent à se matérialiser par une baisse des stocks.

Au Etats-Unis, les réserves de brut ont certes subi un déclin hebdomadaire minime, d'après les chiffres publiés mercredi par le département américain de l'Energie (DoE), mais ils restent très proches de niveaux records.

Leur très forte progression depuis le début de l'année avait d'ailleurs déclenché un plongeon de 10% des cours plus tôt dans le mois.

Cette semaine, les cours ont réussi à enrayer cette chute en progressant légèrement, de 0,60% à New York.

Toujours aux Etats-Unis, la reprise de la production se confirme, dopée par les extractions de pétrole de schiste des compagnies pétrolières non tenues par les accords de limitation de l'offre.

Le nombre de puits de forage en activité, considéré comme un indicateur avancé de la production, a encore avancé cette semaine selon les chiffres hebdomadaires publiés vendredi par le groupe privé Baker Hughes.

Des mouvements techniques sur le marché du brut, liés à des "ajustements de portefeuille" des investisseurs avant l'expiration, mardi, du contrat actuel de référence à New York sont possibles, a également signalé Tim Evans de Citi dans une note.

(c) AFP

Commenter Le pétrole stagne, interrogations sur les accords de production


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 22 janvier 2019 à 22:11

    Le pétrole pénalisé par les craintes sur la croissance mondi…

    New york: Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse mardi, fragilisés par les inquiétudes sur la croissance mondiale et de...

    mardi 22 janvier 2019 à 12:14

    Le pétrole recule avec les inquiétudes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, effaçant leur bond de la veille alors que les inquiétudes sur...

    mardi 22 janvier 2019 à 05:03

    Le pétrole recule en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reculaient mardi en Asie, plombés par l'annonce d'un taux de croissance en Chine, la deuxième économie mondiale...

    lundi 21 janvier 2019 à 17:45

    Les prix des carburants poursuivent leur hausse en France

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont poursuivi leur hausse la semaine dernière, selon des chiffres officiels publiés...

    lundi 21 janvier 2019 à 12:46

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers brut recul…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches comme ceux des pétroliers chargés de brut ont baissé la semaine dernière, tandis...

    lundi 21 janvier 2019 à 12:13

    Le pétrole hésite, la croissance chinoise s'essouffle

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient lundi en cours d'échanges européens, le rebond enregistré depuis le début de l'année s'essoufflant avec...

    lundi 21 janvier 2019 à 04:56

    Le pétrole à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, profitant de l'embellie boursière, mais les gains demeuraient limités...

    vendredi 18 janvier 2019 à 21:55

    Le pétrole aidé par l'espoir d'avancées dans les négociation…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse vendredi, profitant de l'optimisme des marchés sur une possible résolution...

    vendredi 18 janvier 2019 à 12:07

    Le pétrole remonte, le marché optimiste sur les négociations…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, profitant de l'optimisme des marchés sur une possible résolution du conflit...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 22 janvier 2019 Chine Les raffineries chinoises ont traité en moyenne 12,07 millions de barils de pétrole brut par jour en 2018, en hausse de 6,8% par rapport à l’année précédente.

    En novembre 2018, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 20 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2018, le prix du pétrole en euros chute (−19,3 % après +4,3 % en octobre) tandis que les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) sont stables (+0,0% après +4,9%). Le prix du pétrole chute En novembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−19,3 % après +4,3 %), à 57 € en moyenne par baril. La baisse est presque de la même ampleur en dollars (−20,1 % après +2,7 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 64,7...

    Lire la suite

    Coup de poker sur l'essence

    Le mercredi 19 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Comment et pourquoi le cours du baril de brut s'est effondré entre 2014 et 2016, contre (presque) toute attente. Entre économie et géopolitique, une vertigineuse enquête dans le monde très fermé des rois du pétrole pour comprendre les fluctuations des prix du pétrole. Genre: Documentaire | Date: 12/2018 | Durée: 59 mn | Pays: France

    Lire la suite

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite