Menu
A+ A A-

Au plus bas de l'année, le pétrole achève une nouvelle journée difficile

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement baissé jeudi pour finir au plus bas depuis la fin 2016, poursuivant une chute engagée la veille dans un contexte d'inquiétudes renouvelées sur une offre élevée.
Le prix du baril de "light sweet crude", (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 1,00 dollar à 49,28 dollars sur le contrat pour livraison en avril au New York Mercantile Exchange (Nymex), soit la première fois depuis décembre qu'un cours de référence finit à moins de 50 dollars.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 92 cents à 52,19 dollars sur le contrat pour livraison en mai à l'Intercontinental Exchange (ICE), au plus bas depuis novembre.

"Le plongeon continue", a résumé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Après trois mois de stagnation, le marché pétrolier s'est brusquement réveillé mercredi avec une chute de près de trois dollars le baril, soit plus de 5%, et, loin de se reprendre jeudi, il a amplifié le mouvement.

Principale explication avancée par les analystes, "la hausse conséquente des réserves" américaines, comme l'a évoquée M. Lipow.

Le département de l'Energie (DoE), qui faisait état depuis plusieurs semaines de stocks de brut à des records, a enfoncé le clou mercredi en annonçant un bond de quelque huit millions de barils.


Volatilité


Le DoE a aussi annoncé une nouvelle hausse de la production américaine et, à ce sujet, le marché a aussi souffert "des commentaires de Harold Hamm, un des pionniers du pétrole de schiste et directeur du (groupe pétrolier) Continental Resources", ont avancé dans une note les experts de Commerzbank.

M. Hamm, qui s'exprimait lors d'un forum du secteur à Houston, "a prévenu que le pétrole de schiste américain pourrait +tuer le marché du pétrole+ si la production devait augmenter trop rapidement", ont-ils rapporté.

Même si le marché n'a donc pas manqué de facteurs de baisse, les observateurs s'accordaient à reconnaître que ces mouvements avaient été accentués par une situation particulièrement spéculative.

"Il y avait eu tant de paris à la hausse sur le marché pétrolier qu'à force de le voir échouer à vraiment progresser, certains investisseurs en ont eu assez et ont commencé à liquider leurs positions", a résumé Kyle Cooper, de IAF Advisors.

Il jugeait que le mouvement était accentué par le passage de seuils perçus comme symboliques par certains investisseurs.

De fait, la chute des cours a pu avoir un effet autoréalisateur, notamment auprès "d'investisseurs spéculatifs qui attendaient de voir si les baisses de production par l'OPEP et d'autres pays seraient suivies d'effets", selon les termes de M. Lipow.

Les membres du cartel appliquent depuis le début de l'année des accords de baisses de l'offre, aux côtés de producteurs extérieurs comme la Russie, mais les chances d'une bonne mise en oeuvre et d'une application durable est encore l'objet de débats chez les analystes.

"La volatilité pourrait rester de mise tant que les réserves américaines ne sont pas entamées, mais nous nous attendons à ce que les stocks des pays de l'OCDE commencent à reculer de façon significative en 2017, grâce aux baisses de production de l'OPEP et à la demande mondiale en hausse", ont tout de même assuré les analystes de Société Générale.

(c) AFP

Commenter Au plus bas de l'année, le pétrole achève une nouvelle journée difficile


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 27 novembre 2020 à 20:07

    Le pétrole quasiment stable en attendant l'Opep+

    Cours de clôture: Les deux contrats de référence du pétrole brut ont fini proches de l'équilibre vendredi, dans un marché calme qui...

    vendredi 27 novembre 2020 à 11:59

    Le pétrole en ordre dispersé attend l'Opep+

    Londres: Les deux cours de référence du pétrole brut étaient partagés en première partie de séance européenne vendredi, dans un marché calme...

    vendredi 27 novembre 2020 à 10:57

    La soif de biocarburants cale pour la première fois en 20 an…

    Londres: La demande pour les biocarburants recule pour la première fois en deux décennies cette année, dans la foulée de la pandémie...

    jeudi 26 novembre 2020 à 13:40

    Repsol investira 18,3 milliards d'euros d'ici à 2025 pour se…

    Madrid: Le groupe pétrolier espagnol Repsol a annoncé jeudi un plan d'investissement de 18,3 milliards d'euros (19,8 milliards de francs) d'ici 2025...

    jeudi 26 novembre 2020 à 12:12

    Le pétrole marque une pause en attendant le sommet de l'Opep…

    Londres: Les prix du pétrole cédaient un peu de terrain jeudi, après avoir atteint la veille de nouveaux plus hauts en huit...

    mercredi 25 novembre 2020 à 21:40

    Le pétrole au plus haut depuis mars après les stocks américa…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini au plus haut en huit mois mercredi, portés par une baisse inattendue des...

    mercredi 25 novembre 2020 à 17:49

    🛢️ USA: les stocks commerciaux de pétrole brut en baisse

    New York: Les stocks commerciaux de pétrole brut ont un peu reculé aux Etats-Unis la semaine dernière, déjouant les attentes des analystes...

    mercredi 25 novembre 2020 à 13:07

    Le pétrole grimpe, les investisseurs misent sur les vaccins …

    Londres: Les cours du pétrole continuaient de grimper mercredi, le Brent s'approchant des 50 dollars le baril, portés par les avancées des vaccins...

    mardi 24 novembre 2020 à 22:18

    Le pétrole au plus haut depuis mars, espoirs sur des vaccins

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en forte hausse mardi, le Brent et le WTI retrouvant même leur niveau...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 24 novembre 2020 Stimulés par les espoirs suscités par le vaccin, les cours du pétrole ont atteint des niveaux inégalés depuis que la COVID-19 a commencé à se propager en mars et a fait dégringolé la demande de pétrole. Vers 16h00 à Paris, les prix évoluaient à la hausse de plus de 3%.

    En septembre 2020, le prix du pétrole est quasi stable

    Le mercredi 21 octobre 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2020, le prix du pétrole en euros se replie (−8,3 % après +0,3 %). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) augmentent de nouveau (+2,3 % après +2,1 %), du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent pour le cinquième mois consécutif (+1,9 % après +4,4 %) et des prix des matières premières alimentaires qui se redressent (+2,6 % après −0,4 %). Le prix du pétrole se replie En septembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) se replie (−8,3 % après +0,3 %)...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite