Menu
A+ A A-

Le pétrole enregistre une nouvelle séance attentiste

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini proches de l'équilibre mardi, poursuivant une période hésitante face aux incertitudes sur les perspectives d'offre au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) comme des Etats-Unis.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a cédé 6 cents à 53,14 dollars sur le contrat pour livraison en avril au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a perdu 9 cents à 55,92 dollars sur le contrat pour livraison en mai à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Beaucoup de choses ont donné à réfléchir aujourd'hui... Mais rien qui n'ait un effet sur les cours", a résumé Matt Smith, de ClipperData.

D'abord, le marché pétrolier, qui reste coincé à une grosse cinquantaine de dollars depuis la fin 2016, assimile le premier d'une série de trois rapports mensuels de grands organismes, celui du département américain de l'Energie (DoE).

Avant l'Agence internationale de l'Energie (AIE) et l'OPEP la semaine prochaine, le DoE a donné un tableau de l'état du marché et ses perspectives à moyen terme.

"Ce qui est intéressant, c'est qu'il a relevé ses prévisions de production pour cette année et la suivante", a priori une mauvaise nouvelle pour les cours, a commenté M. Smith. "Intéressant, certes... Mais pas de quoi faire bouger le marché aujourd'hui".

Les perspectives générales de production sont incertaines pour le marché car, d'un côté, l'OPEP et d'autres pays participent à des accords de baisses de l'offre mais, de l'autre, les compagnies américaines semblent en profiter pour faire repartir leur activité.

Au sujet de l'offre américaine, "les chiffres de demain sur les stocks devraient un peu animer le marché", a jugé M. Smith.

Selon la prévision médiane des analystes sondés par l'agence Bloomberg, le DoE devrait annoncer une hausse des réserves américaines de brut, de 1,4 million de barils lors de la semaine close le 3 mars, qui atteindrait ainsi un nouveau record.

Mais, parallèlement, "les marchés pétroliers (...) espèrent qu'un déclin des stocks de produits fasse plus que compenser la hausse attendue des réserves de brut", a écrit Tim Evans, de Citi.

De fait, selon les analystes interrogés par Bloomberg, les réserves d'essence devraient avoir baissé de 2 millions de barils et celles de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) d'un million de barils.


Contradictions


Autre sujet d'intérêt, "un forum continue à se dérouler à Houston (Texas), avec des déclarations du ministre saoudien du Pétrole", a rapporté M. Smith.

Reste que le ministre, Khalid al-Falih, n'a, là non plus, guère donné de direction au marché en s'abstenant de se prononcer en faveur d'une extension des accords de baisses de production, qui ne courent pour le moment que sur le premier semestre 2017.

Or les observateurs s'accordent à souligner que c'est avant tout grâce aux efforts de l'Arabie saoudite, membre dominant de l'OPEP, que le cartel réussit actuellement à quasiment respecter ses quotas de production.

Par contraste avec son homologue saoudien, le ministre irakien du Pétrole s'est lui prononcé pour une prolongation des accords, à l'occasion du même forum... Mais l'Irak est, lui, bien loin de respecter pleinement ces pactes.

"L'Irak n'a pour le moment appliqué que la moitié des réductions auxquelles il s'est engagé", ont écrit les experts de Commerzbank, citant des chiffres d'agences indépendantes et y voyant une "contradiction manifeste" entre les propos et les actes de Bagdad.

Parmi les autres freins au marché, certains observateurs citent enfin le renforcement persistant du dollar, mauvais pour les cours puisque les échanges pétroliers sont libellés en monnaie américaine et deviennent donc plus coûteux.

En fin de compte, "on attend toujours un moteur qui sortirait le marché de sa fourchette actuelle", a conclu Gene McGillian, de Tradition Energy.

(c) AFP

Commenter Le pétrole enregistre une nouvelle séance attentiste


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 novembre 2019 à 11:43

    Le pétrole, en légère baisse, digère ses gains de la veille

    Londres: Les prix du pétrole perdaient un peu de terrain jeudi en cours d'échanges européens, au lendemain d'une séance de nette hausse...

    mercredi 20 novembre 2019 à 21:50

    Le pétrole monte nettement après des stocks américains moins…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en nette hausse mercredi, reprenant du terrain après un début de semaine difficile...

    mercredi 20 novembre 2019 à 17:38

    Le pétrole reprend son souffle après un début de semaine dan…

    Londres: Les prix du pétrole reprenaient du terrain mercredi en cours d'échanges européens, après deux séances consécutives de baisse, portés notamment par...

    mercredi 20 novembre 2019 à 17:18

    USA: les stocks de brut augmentent pour la 4e semaine conséc…

    New York: Les stocks de pétrole brut ont légèrement augmenté la semaine dernière aux Etats-Unis, gonflés notamment par la vente d'une partie...

    mercredi 20 novembre 2019 à 16:22

    L'IPO d'Aramco attirera des investissements, créera des empl…

    Ryad: L'entrée en Bourse (IPO) prochaine du géant pétrolier saoudien Aramco va "créer des milliers d'emplois" et "attirer les investissements", a déclaré...

    mercredi 20 novembre 2019 à 12:10

    Le pétrole stable après un début de semaine dans le rouge

    Londres: Les prix du pétrole étaient proches de leur niveau de clôture de la veille mercredi en cours d'échanges européens, après deux...

    mercredi 20 novembre 2019 à 06:31

    Charbon, gaz, pétrole: production en trop en 2030 pour tenir…

    Paris: Les prévisions de production d'énergies fossiles en 2030 sont incompatibles avec les objectifs de l'accord de Paris sur le climat: 50%...

    mardi 19 novembre 2019 à 21:30

    Le pétrole plombé par la guerre commerciale et l'abondance d…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en nette baisse mardi, entre la guerre commerciale sino-américaine qui semblait s'éloigner d'une...

    mardi 19 novembre 2019 à 17:48

    Le pétrole accentue ses pertes, plombé par la guerre commerc…

    Londres: Les prix du pétrole perdaient du terrain mardi en cours d'échanges européens, dans le sillage de la veille, lestés par un...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 20 novembre 2019 Depuis le début de la semaine, le Brent et le WTI ont perdu respectivement 3,57% et 4,21%.

    En septembre 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le mardi 22 octobre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 % en août). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,4 % après −6,4 %) à l’instar des matières premières industrielles (+1,8 % après −10,8 %). Le prix du pétrole se redresse En septembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 %), à 57,1 € en moyenne par baril, après les attaques visant deux sites pétroliers saoudiens.La hausse est moins marquée...

    Lire la suite

    Un nouveau choc pétrolier est-il envisageable ?

    Le samedi 21 septembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    New York: La soudaine flambée des prix du baril de pétrole cette semaine a fait vaguement resurgir le spectre de la pénurie d'or noir. La probabilité d'un nouveau choc pétrolier forçant les automobilistes à faire la queue aux stations-essence reste toutefois ténue, selon plusieurs analystes.

    Lire la suite

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite