Menu
A+ A A-

pétrole : Pemex réduit ses pertes en 2016, à 14,3 mds USD

prix du petrole mexicomexico: La compagnie pétrolière mexicaine Pemex (publique) a annoncé lundi une perte nette de 14,3 milliards de dollars en 2016, deux fois moins qu'en 2015, soulignant l'effet de sa politique d'"austérité" et d'"efficacité" pour contrôler ses coûts.
En devise mexicaine, sa perte annuelle représente 296 milliards de pesos, contre 712,6 milliards un an plus tôt dans un contexte de chute des cours du brut et de baisse de la production, selon les chiffres révisés de l'entreprise.

Dans un communiqué, Pemex, plus grosse entreprise du Mexique, a expliqué ce résultat par sa réduction de 26% des coûts opérationnels, mais aussi par une stabilisation des cours du pétrole ainsi que de sa production, qui a atteint 2,15 millions de barils par jour en 2016.

Après le doublement de ses pertes en 2015, le groupe avait décidé en février 2016 le report de 3,6 milliards de dollars d'investissements.

Puis, en avril, le gouvernement avait annoncé l'injection de 4,2 milliards de dollars pour renflouer Pemex, un apport conditionné à l'engagement de la compagnie d'Etat à réduire son passif d'un montant équivalent.

A cette occasion, il avait rappelé à quel point le géant pétrolier était "historiquement" essentiel à l'économie mexicaine et aux finances publiques.

"Cependant, les conditions économiques défavorables dans le secteur des hydrocarbures au niveau international et l'épuisement de certains puits ont affaibli les finances de Pemex", avait alors souligné le ministère des Finances.

Au cours des récentes années, le groupe a également été victime de milliers de vols perpétrés sur ses oléoducs par des organisations criminelles, un préjudice évalué à environ 2 milliards de dollars par an.

"Le Mexique a vu sa production diminuer. Nous avons été le 8e producteur mondial de pétrole, aujourd'hui nous sommes le 12e, nous avons perdu des capacités de production", a reconnu lundi le président Enrique Peña Nieto.

Les difficultés de l'entreprise coïncident avec la fin de son monopole au Mexique, en vigueur depuis 1938, après le lancement d'une réforme historique par le président Enrique Peña Nieto en 2014.

Pour faire face à ces difficultés, la société a réduit son budget de 11,5% l'an dernier et ses effectifs de 11.000 postes par des non-remplacements de postes vacants ou des départs en retraite.

Mais le gouvernement estime que cette réforme peut aider l'entreprise en lui permettant de s'associer à des partenaires, notamment étrangers, dans des projets autrement trop coûteux pour elle.

Le président a nommé en début d'année un nouveau directeur à la tête du géant pétrolier, José Antonio Gonzalez Anaya, un ancien ministre-adjoint des Finances jusqu'alors à la tête de l'organisme mexicain de Sécurité sociale, qui a été chargé de redresser les finances et la production de l'entreprise.

Le président mexicain a souligné le potentiel que représente les puits en eaux profondes que Pemex n'a jusqu'alors pas pu exploiter faute de moyens. En 2016, à travers des enchères publiques, Pemex s'est associée à la compagnie australienne BHP Billiton pour exploiter un gisement dans le Golfe du Mexique.

En décembre, huit autres gisements en eaux profondes ont été attribués, avec des réserves représentant un sixième de toute la production mexicaine depuis 1938.

Environ 40% des gisements ont été attribués à des entreprises asiatiques, 35,5% à des entreprises européennes et les 25% restants à des entreprises nord-américaines, dont deux entreprises mexicaines.

Devant la baisse de la production et des cours du brut, le gouvernement a cherché à diversifier ses sources de revenus. Le pétrole, qui représentait ainsi 40% des revenus de l'Etat en 2012, ne représente désormais plus que 20% en 2016, selon des chiffres officiels.

(c) AFP


Commenter pétrole : Pemex réduit ses pertes en 2016, à 14,3 mds USD


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 20 juillet 2019 à 16:55

    L'Iran sourd aux appels à libérer un pétrolier battant pavil…

    Ajoute "extrême déception" de londres, réaction de l'ue, changement d'origine:Ajoute "extrême déception" de Londres, réaction de l'UE, changement d'origine

    samedi 20 juillet 2019 à 12:03

    Le pétrolier britannique impliqué dans un incident en mer av…

    Genève: Le pétrolier britannique Stena Impero a été impliqué dans un incident avec un bateau de pêche avant d'être confisqué par les...

    samedi 20 juillet 2019 à 11:52

    Le pétrole en hausse après l'arraisonnement d'un pétrolier b…

    New York: Les prix du pétrole ont terminé en légère hausse vendredi, après plusieurs jours de baisse, poussés en fin de séance par...

    vendredi 19 juillet 2019 à 11:40

    Le pétrole en hausse après que Washington a annoncé la destr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, aidés par l'accroissement des tensions entre les États-Unis et l'Iran dans...

    jeudi 18 juillet 2019 à 21:27

    Le pétrole baisse face au surplus d'offre et aux tensions co…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont reculé pour la sixième séance de suite jeudi, réagissant à la crainte d'une offre...

    jeudi 18 juillet 2019 à 12:09

    Le pétrole morose au lendemain des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole remontaient sans entrain jeudi en cours d'échanges européens, après avoir souffert la veille, notamment du fait d'un...

    mercredi 17 juillet 2019 à 21:37

    Le pétrole recule avec la baisse de la demande américaine d…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont baissé pour la troisième journée de suite mercredi, lestés par l'annonce d'une hausse surprise...

    mercredi 17 juillet 2019 à 17:14

    USA: les stocks de pétrole brut baissent pour la cinquième s…

    New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé conformément aux attentes la semaine dernière aux Etats-Unis, baissant pour la cinquième semaine...

    mercredi 17 juillet 2019 à 10:36

    Le pétrole remonte un peu après sa chute de mardi et avant l…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi au début des échanges européens après leur chute de mardi sur fond de signaux...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite