Menu
A+ A A-

pétrole : Pemex réduit ses pertes en 2016, à 14,3 mds USD

prix du petrole mexicomexico: La compagnie pétrolière mexicaine Pemex (publique) a annoncé lundi une perte nette de 14,3 milliards de dollars en 2016, deux fois moins qu'en 2015, soulignant l'effet de sa politique d'"austérité" et d'"efficacité" pour contrôler ses coûts.
En devise mexicaine, sa perte annuelle représente 296 milliards de pesos, contre 712,6 milliards un an plus tôt dans un contexte de chute des cours du brut et de baisse de la production, selon les chiffres révisés de l'entreprise.

Dans un communiqué, Pemex, plus grosse entreprise du Mexique, a expliqué ce résultat par sa réduction de 26% des coûts opérationnels, mais aussi par une stabilisation des cours du pétrole ainsi que de sa production, qui a atteint 2,15 millions de barils par jour en 2016.

Après le doublement de ses pertes en 2015, le groupe avait décidé en février 2016 le report de 3,6 milliards de dollars d'investissements.

Puis, en avril, le gouvernement avait annoncé l'injection de 4,2 milliards de dollars pour renflouer Pemex, un apport conditionné à l'engagement de la compagnie d'Etat à réduire son passif d'un montant équivalent.

A cette occasion, il avait rappelé à quel point le géant pétrolier était "historiquement" essentiel à l'économie mexicaine et aux finances publiques.

"Cependant, les conditions économiques défavorables dans le secteur des hydrocarbures au niveau international et l'épuisement de certains puits ont affaibli les finances de Pemex", avait alors souligné le ministère des Finances.

Au cours des récentes années, le groupe a également été victime de milliers de vols perpétrés sur ses oléoducs par des organisations criminelles, un préjudice évalué à environ 2 milliards de dollars par an.

"Le Mexique a vu sa production diminuer. Nous avons été le 8e producteur mondial de pétrole, aujourd'hui nous sommes le 12e, nous avons perdu des capacités de production", a reconnu lundi le président Enrique Peña Nieto.

Les difficultés de l'entreprise coïncident avec la fin de son monopole au Mexique, en vigueur depuis 1938, après le lancement d'une réforme historique par le président Enrique Peña Nieto en 2014.

Pour faire face à ces difficultés, la société a réduit son budget de 11,5% l'an dernier et ses effectifs de 11.000 postes par des non-remplacements de postes vacants ou des départs en retraite.

Mais le gouvernement estime que cette réforme peut aider l'entreprise en lui permettant de s'associer à des partenaires, notamment étrangers, dans des projets autrement trop coûteux pour elle.

Le président a nommé en début d'année un nouveau directeur à la tête du géant pétrolier, José Antonio Gonzalez Anaya, un ancien ministre-adjoint des Finances jusqu'alors à la tête de l'organisme mexicain de Sécurité sociale, qui a été chargé de redresser les finances et la production de l'entreprise.

Le président mexicain a souligné le potentiel que représente les puits en eaux profondes que Pemex n'a jusqu'alors pas pu exploiter faute de moyens. En 2016, à travers des enchères publiques, Pemex s'est associée à la compagnie australienne BHP Billiton pour exploiter un gisement dans le Golfe du Mexique.

En décembre, huit autres gisements en eaux profondes ont été attribués, avec des réserves représentant un sixième de toute la production mexicaine depuis 1938.

Environ 40% des gisements ont été attribués à des entreprises asiatiques, 35,5% à des entreprises européennes et les 25% restants à des entreprises nord-américaines, dont deux entreprises mexicaines.

Devant la baisse de la production et des cours du brut, le gouvernement a cherché à diversifier ses sources de revenus. Le pétrole, qui représentait ainsi 40% des revenus de l'Etat en 2012, ne représente désormais plus que 20% en 2016, selon des chiffres officiels.

(c) AFP


Commenter pétrole : Pemex réduit ses pertes en 2016, à 14,3 mds USD



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 15 avril 2024 à 22:00

    Le pétrole baisse après une attaque iranienne sur Israël lar…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement baissé lundi après une attaque de l'Iran contre Israël largement déjouée avec l'aide...

    lundi 15 avril 2024 à 11:25

    Le pétrole en baisse, le marché croit à la désescalade malgr…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient lundi, malgré l'attaque de l'Iran contre Israël pendant le weekend, le marché tablant sur une désescalade...

    vendredi 12 avril 2024 à 21:40

    Le pétrole à un sommet de plus de cinq mois, le Moyen-Orient…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés vendredi à un sommet de plus de cinq mois, dopés par la perspective...

    vendredi 12 avril 2024 à 16:57

    Le pétrole au plus haut depuis octobre, le marché scrute les…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le...

    vendredi 12 avril 2024 à 12:47

    Le pétrole soutenu par le risque géopolitique, le marché scr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le conflit...

    vendredi 12 avril 2024 à 11:21

    La croissance de la demande de pétrole continue de "s'e…

    Paris: L'appétit du monde pour le pétrole "continue de s'essouffler" sous l'effet de l'électrification du parc automobile et de la fin du...

    jeudi 11 avril 2024 à 16:10

    L'Opep maintient ses prévisions de progression de la demande…

    Vienne: L'appétit pour les transports, notamment aériens, devrait continuer à soutenir la demande mondiale d'or noir en 2024, indique jeudi l'Opep dans...

    jeudi 11 avril 2024 à 15:00

    Le pétrole oscille, entre le risque géopolitique et les stoc…

    New York: Les prix du pétrole hésitaient jeudi, pris entre les feux croisés de facteurs baissiers, comme la hausse des stocks hebdomadaires...

    jeudi 11 avril 2024 à 12:05

    Le pétrole grimpe avec le risque géopolitique malgré les sto…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient jeudi, les investisseurs ayant les yeux rivés sur les possibles perturbations de l'approvisionnement en raison de...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📉 Le pétrole restera volatil en 2024, selon BofA

    Le vendredi 05 janvier 2024

    New York: Les compagnies pétrolières et les raffineurs américains devraient être confrontés à une nouvelle période difficile en 2024, ont écrit les analystes de Bank of America (BofA) dans une note vendredi, qui s'attendent à ce que le baril de Brent atteigne 80 dollars en moyenne cette année.

    Lire la suite

    📊 Les grandes hausses et baisses des prix du pétrole brut depuis 30 ans

    Le mardi 10 mars 2020

    Les prix du pétrole ont chuté de plus de 30% le 9 mars 2020 après l'échec d'un accord entre l'Arabie saoudite et la Russie visant à réduire la production pétrolière au sein de ce qu'on aura appelé l'alliance OPEP+. Voici les principaux mouvements du pétrole, au fil des événements internationaux depuis 30 ans.

    Lire la suite

    🛢️ Pour l'Opep, le pétrole a encore des décennies de croissance devant lui

    Le lundi 09 octobre 2023

    Paris: Pas de répit dans la demande d'or noir: l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s'attend à une hausse continue de la demande mondiale de pétrole d'ici à 2045, selon de nouvelles projections à rebours des efforts requis pour limiter le réchauffement planétaire.

    Lire la suite