Menu
A+ A A-

Dans un marché pétrolier difficile, CGG veut alléger sa dette et recourir à un mandataire

prix du petrole ParisParis: Dans un environnement pétrolier qui devrait rester difficile en 2017, le parapétrolier français CGG a dit jeudi vouloir restructurer sa dette, avec l'aide possible d'un mandataire ad hoc, afin de la ramener à un niveau compatible avec un volume d'activité réduit.
Cette annonce a fait s'effondrer l'action CGG à la Bourse de Paris: le titre s'enfonçait de 12,50% à 12,53 euros à 11H32 (10H32 GMT) dans un marché en baisse de 0,21%.

CGG souffre de la pression des compagnies pétrolières et gazières, ses principaux clients, elles-mêmes obligées de tailler dans leurs dépenses face à l'effondrement des cours du brut: s'ils ont amorcé une remontée en septembre, les prix de l'or noir ont en effet été divisés par deux depuis l'été 2014.

Avec un environnement de marché qui devrait rester similaire en 2017 et continuer de peser sur son volume d'activités, la société considère que le niveau d'endettement du groupe est trop élevé, a expliqué le spécialiste des services et équipements géophysiques dans un communiqué, même si le quatrième trimestre devrait enregistrer le chiffre d'affaires trimestriel le plus élevé de l'exercice 2016.

Elle entend entamer des discussions avec l'ensemble des parties prenantes dans leurs différentes juridictions en vue de parvenir à une restructuration financière. L'objectif de cette restructuration serait de permettre de doter l'entreprise d'un niveau d'endettement et de charges financières substantiellement réduits et durablement adaptés au volume d'activités, a-t-il ajouté.

Fin 2016, la dette nette de CGG devrait s'établir à près de 2,315 milliards de dollars, le groupe s'étant fixé comme objectif de rester en dessous du seuil des 2,4 milliards de dollars pour l'année.

Selon un analyste parisien, CGG a besoin de réduire sa dette nette de plus de 900 millions de dollars avant la fin de l'exercice 2017.

- Liquidités suffisantes

Afin de faciliter les négociations avec les créanciers, le parapétrolier a dit se réserver la possibilité de demander la nomination d'un mandataire ad hoc, moyennant l'accord des prêteurs concernés.

Le mandat ad hoc est une procédure de règlement amiable des difficultés, dont le but est de rétablir la situation de l'entreprise avant qu'elle ne soit en cessation de paiement. L'entreprise doit en faire la demande auprès d'un tribunal de grande instance et c'est à son président, s'il accepte la demande, de désigner le mandataire ad hoc.

Parallèlement, nous restons pleinement mobilisés sur nos efforts commerciaux, la satisfaction de nos clients, l'excellence opérationnelle, la gestion rigoureuse de nos coûts et la préservation de notre niveau de liquidité, a expliqué le directeur général de CGG, Jean-Georges Malcor, cité dans le communiqué.

L'entreprise a les liquidités pour continuer à opérer, a précisé à l'AFP le directeur de la communication Christophe Barnini.

En novembre, le groupe avait déjà dit qu'il étudierait les options permettant d'améliorer sa structure financière, parmi lesquelles une nouvelle augmentation de capital après celle de 350 millions d'euros réalisée début 2016 ou un allongement de la maturité de la dette.

Des discussions engagées à titre conservatoire avec les différents prêteurs ont déjà permis d'obtenir leur accord, le 31 décembre, pour la non application à cette date des covenants (clauses) financiers, a indiqué CGG.

Pour faire face aux difficultés, le groupe a aussi déployé un plan de transformation prévoyant une baisse drastique des coûts - notamment via une réduction des effectifs -, des investissements et de l'exposition aux activités très cycliques de sa division marine, dans le cadre d'une stratégie visant à évoluer d'une société d'acquisition sismique vers un groupe intégré dans les géosciences.

(c) AFP

Commenter Dans un marché pétrolier difficile, CGG veut alléger sa dette et recourir à un mandataire


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 24 février 2020 à 20:44

    Le pétrole plombé par les inquiétudes liées au coronavirus

    Cours de clôture: Le prix du pétrole coté à New York a chuté lundi, rattrapé comme le reste des marchés financiers par...

    lundi 24 février 2020 à 13:41

    Les prix des carburants prolongent leur baisse, le diesel se…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service en France continuaient encore leur baisse la semaine dernière, sauf le gazole qui restait à...

    lundi 24 février 2020 à 13:13

    Le pétrole perd 4%, regain d'inquiétudes autour de l'épidémi…

    Londres: Les cours du pétrole s'enfonçaient lundi pendant les échanges européens en raison des risques que la propagation de l'épidémie de pneumonie...

    lundi 24 février 2020 à 12:01

    Le pétrole flanche face à la propagation du coronavirus

    Londres: Les prix du pétrole se repliaient fortement lundi, pénalisés par l'avancée de l'épidémie de pneumonie virale hors de Chine et ses...

    vendredi 21 février 2020 à 21:14

    Le pétrole en retrait sous l'effet de prises de bénéfices

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont baissé vendredi, les investisseurs empochant leurs gains après une dizaine de jours de convalescence...

    vendredi 21 février 2020 à 11:23

    Le pétrole en retrait sous l'effet de prises de bénéfices

    Londres: Les prix du pétrole étaient en baisse vendredi, les investisseurs empochant leurs gains après une dizaine de jours de convalescence pour...

    jeudi 20 février 2020 à 18:12

    Le pétrole poursuit sa reprise dans un marché plus optimiste

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont poursuivi jeudi leur remontée amorcée il y a une dizaine de jours, aidés par...

    jeudi 20 février 2020 à 17:52

    USA: les stocks de brut en hausse pour la quatrième semaine …

    New York: Les stocks de pétrole brut ont augmenté pour la quatrième semaine consécutive aux Etats-Unis, selon un rapport de l'Agence américaine...

    jeudi 20 février 2020 à 12:01

    Le pétrole stable, les investisseurs rassurés par la Chine e…

    Londres: Les prix du pétrole consolidaient jeudi leur remontée depuis leur plus bas atteints au début du mois, aidés par les mesures...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 20 février 2020 Les stocks de pétrole brut ont augmenté pour la quatrième semaine de suite aux États-Unis de + 400.000 barils, s'établissant à 442,9 millions de barils.

    Les prix du pétrole pourraient-ils chuter en dessous de 50 $ suite au Coronavirus ?

    Le jeudi 30 janvier 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: Une prévision plutôt logique en ce début d'année était que les prix du pétrole américains ne tomberaient probablement pas en dessous de 50 $ le baril. Mais depuis des paramètres ont changé.

    Lire la suite

    En décembre 2019, le prix du pétrole s’accroît

    Le jeudi 23 janvier 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2019, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,6 % après +5,9 %). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent (+2,5 % après +0,8 %) sous l’effet notamment des prix des matières premières industrielles qui se redressent (+3,0 % après −1,6 %). Les prix des matières premières alimentaires ralentissent (+2,1 % après +3,3 %). Le prix du pétrole poursuit sa progression En décembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente presque autant qu’en novembre (+5,6 % après +5,9 %)...

    Lire la suite

    En novembre 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le dimanche 22 décembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2019, le prix du pétrole en euros rebondit (+5,9 % après −5,4 % en octobre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,8 % après −1,0 %) sous l’effet notamment des prix des matières premières alimentaires qui accélèrent (+3,3 % après +1,1 %). Les prix des matières premières industrielles diminuent moins fortement qu’au mois d’octobre (−1,6 % après −2,8 %). Le prix du pétrole se redresse En novembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit (+5,9 % après −5,4 %), à...

    Lire la suite