Menu
A+ A A-

Le pétrole finit sans vraie tendance à l'issue d'une séance hésitante

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole n'ont guère dégagé de tendance jeudi après avoir hésité toute la séance entre l'influence négative d'un fort renforcement du dollar et les spéculations persistantes sur une diminution conséquente de l'offre, à la suite des accords de l'Opep.
Le prix du baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 14 cents à 50,90 dollars sur le contrat pour livraison en janvier au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le cours du baril de la mer du Nord a pris 12 cents à 54,02 dollars sur le contrat pour livraison en février à l'Intercontinental Exchange (ICE).

Les cours sont proches de l'équilibre, mais c'est qu'ils se sont nettement repris pendant la journée, a résumé Bob Yawger, de Mizuho Securities.

Déjà déprimé la veille, le marché a encore perdu près d'un dollar le baril pendant la séance de jeudi, repassant même sous les 50 dollars à New York, avant se reprendre lors des dernières heures d'échanges.

Les marchés du pétrole se stabilisent après avoir de nouveau flanché à la fois à cause d'un dollar au plus haut (...) et d'inquiétudes sur la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a résumé dans une note Tim Evans, de Citi.

Sur le premier plan, le billet vert se renforce à des niveaux sans précédent depuis le début des années 2000 au lendemain de la décision par la Réserve fédérale (Fed), banque centrale américaine, de relever ses taux pour la première fois depuis un an.

Or, la force du dollar a tendance à peser sur les cours de l'or noir car les échanges pétroliers sont libellés en monnaie américaine et deviennent plus coûteux.


- Troubles au Nigeria

Sur le second plan, l'incertitude commence à s'installer sur les baisses de productions prévues par l'OPEP et des pays extérieurs, a avancé Matt Smith, de ClipperData.

Le cartel a considérablement contribué à relancer les cours en annonçant deux accords de baisse de l'offre, l'un interne fin novembre et le second avec une dizaine d'autres pays le week-end dernier, mais les investisseurs semblent désormais attendre de juger sur pièce, ces pactes devant prendre effet à partir de janvier.

Les opinions sont très diverses quant au temps que prendra le marché pétrolier mondial pour se rééquilibrer, a rapporté M. Evans. Le consensus correspond à peu près à ce qu'en a dit mercredi le ministre saoudien du Pétrole, Khalid al-Falih: il faudra +plusieurs mois+ pour que l'effet des baisses de production de l'OPEP soit sensible.

Parmi les actualités engageant à la méfiance au sein du cartel, il remarquait que la Libye, certes exemptée de réduire son offre à cause de sa guerre civile, avait annoncé la réouverture d'un gisement.

De son côté, M. Yawger préférait mettre l'accent sur des éléments plus engageants, comme la décision par le Koweït de réduire les exportations vers les Etats-Unis, même si cela apparaissait de toute manière logique face au niveau toujours élevé des réserves américaines.

De plus, le marché profite de la situation au Nigeria, où des manifestants ont forcé ExxonMobil à fermer son siège à Lagos, capitale économique du pays, a-t-il rapporté.

Comme la Libye, le Nigeria fait partie de l'OPEP mais a été exempté de réduire son offre à cause d'une vague de sabotages cette année contre des installations pétrolières, le pays étant le principal producteur africain d'or noir avec l'Angola.

Reste à voir si la situation s'étend à tout le pays et affecte la production, mais pour le moment, ça soutient le marché, a conclu M. Yawger.

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit sans vraie tendance à l'issue d'une séance hésitante


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 18 juin 2019 à 12:04

    Le pétrole affaibli par des craintes sur la demande mondiale

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse mardi en cours d'échanges européens, fragilisés par des craintes sur la demande mondiale...

    lundi 17 juin 2019 à 22:03

    Le pétrole baisse, confusion sur une prochaine réunion de l…

    New York: Les cours du pétrole ont baissé lundi dans un marché surveillant la difficile organisation d'une réunion de l'Organisation des pays...

    lundi 17 juin 2019 à 14:26

    Frets maritimes: les frets secs reculent, les pétroliers div…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont reculé la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers ont divergé.

    lundi 17 juin 2019 à 12:43

    Le pétrole baisse un peu sur fond de tensions commerciales

    Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu lundi en cours d'échanges européens dans un marché partagé entre les conflits commerciaux qui...

    lundi 17 juin 2019 à 12:41

    Les prix des carburants en forte baisse dans les stations-se…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont baissé dans leur globalité la semaine dernière, avec une baisse encore plus...

    lundi 17 juin 2019 à 07:29

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi en Asie en raison des tensions géopolitiques dans le Golfe mais...

    dimanche 16 juin 2019 à 17:11

    Ryad vise une prolongation de l'accord Opep début juillet

    KARUIZAWA (Japon): Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, a annoncé dimanche que l'Opep se réunirait probablement la première semaine de juillet...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:34

    Saudi Aramco: l'Arabie maintient sa volonté de vendre une pa…

    Ryad: L'Arabie saoudite reste engagée à vendre sur le marché jusqu'à 5% du géant pétrolier national Saudi Aramco lors de son introduction...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:09

    Pétroliers: Le Kokuta Courageous au mouillage au large des E…

    Dubai: Le Kokuta Courageous, un des deux pétroliers victimes d'une attaque jeudi dans le Golfe d'Oman, est au mouillage au large des...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 5 juin 2019 Le baril de WTI pour livraison en juillet, référence américaine, a perdu 1,80 dollar, à 51,68 dollars, à son plus bas depuis la mi-janvier.
    Le baril a perdu plus de 20% sur les six dernières semaines.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite