Menu
A+ A A-

En nette baisse, le pétrole termine sous la barre des 50 dollars à New York

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont terminé en net recul mercredi, une hausse des réserves américaines de produits raffinés venant s'ajouter au scepticisme grandissant vis-à-vis de l'application de la réduction de l'offre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Le prix du baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 1,16 dollar à 49,77 dollars sur le contrat pour livraison en janvier au New York Mercantile Exchange (Nymex).

La baisse du pétrole s'est accélérée dans les tout derniers échanges, terminant à New York en dessous de la barre des 50 dollars, qu'il avait franchie peu après l'accord de l'OPEP.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a concédé 93 cents à 53,00 dollars sur le contrat pour livraison en février à l'Intercontinental Exchange (ICE).

De nombreux opérateurs de marchés craignent que l'OPEP ne réussisse pas à réduire sa production de 1,2 million de barils par jour comme elle l'a promis la semaine dernière, a expliqué Andy Lipow de Lipow Oil Associates, invoquant plusieurs études qui ont fait état d'une hausse de la production du cartel le mois dernier.

Les 14 membres du cartel pétroliers avaient réussi à s'entendre le 30 novembre sur une réduction de leur production ce qui avait nettement fait bondir les cours.

La grande inconnue de cette décision, c'est de combien les membres vont-ils tricher, a indiqué James Williams de WTRG dans une note.

L'OPEP s'attelle désormais à convaincre ses partenaires non membres du cartel de procéder à eux aussi à une réduction de leur production, de 600.000 barils.

L'humeur sur le marché du pétrole est passée de l'euphorie au scepticisme, a jugé Matt Smith de ClipperData dans une note.

Les investisseurs doutent des chances de succès d'une réunion samedi à Vienne entre pays producteurs membres et non-membres de l'OPEP.

- Cushing et produits raffinés en hausse

Parmi les pays conviés, la Russie, qui figure dans le trio de tête des principaux producteurs mondiaux, devrait supporter la moitié de l'effort soit 300.000 barils.

Des questions émergent cependant sur le calendrier de cette baisse et sur l'engagement des compagnies pétrolières russes, qui ont certes déclaré soutenir la baisse de la production, mais sans qu'aucune précision sur les modalités pratiques d'une telle mesure ne soit apportée.

Oman serait également prêt à réduire sa production mais, à ce stade, aucun autre des pays producteurs invités aux discussion à Vienne, a indiqué Matt Smith.

Sur le plan américain, l'augmentation plus forte qu'anticipée des réserves d'essence et de produits distillés (fioul de chauffage, kérosène, etc.), selon les chiffres hebdomadaires du département de l'Energie (DoE), a un peu renforcé le mouvement de baisse des cours.

Les stocks d'essence ont augmenté de 3,4 millions de barils et ceux de produits distillés de 2,5 millions de barils pour la semaine achevée le 2 décembre.

Les stocks de brut ont en revanche reculé de 2,4 millions de barils à 485,8 millions de barils soit un mouvement légèrement plus marqué que ce à quoi s'attendaient les analystes.

En revanche les réserves de brut du terminal de pétrolier de Cushing (Oklahoma, sud des Etats-Unis), qui fait figure de référence pour les cours à New York, ont bondi de 3,8 millions de barils.

(c) AFP

Commenter En nette baisse, le pétrole termine sous la barre des 50 dollars à New York


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite