Menu
A+ A A-

Aux USA, les producteurs de pétrole sont en embuscade après l'Opep

prix du petrole New YorkNew York: En annonçant une réduction marquée de son offre, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) risque d'ouvrir une brèche pour les producteurs américains au moment où la rhétorique du futur président Donald Trump leur donne déjà le vent en poupe.
1,2 million de barils par jour (bj): c'est ce que l'OPEP compte produire en moins à partir de janvier, selon une décision annoncée mercredi au grand soulagement d'un marché sur lequel les cours peinaient à se relancer depuis des mois.

Mais c'est aussi, à peu de choses près, la baisse de la production américaine depuis un an et demi, passée à un peu plus de 8,5 millions de bj en septembre dernier par rapport à un pic de plus de 9,6 millions en avril 2015.

Les compagnies américaines vont (...) sauter sur l'occasion, écrivent les analystes de Morgan Stanley dans une note publiée après la décision de l'OPEP, évoquant la perspective de cours plus élevés.

De fait, la reprise du marché, qui a déjà gagné plus de 10% et repassé 50 dollars dans la foulée de l'accord, est l'objectif principal du cartel. Mais si elle perdure, elle sera le gage d'une rentabilité qui donnerait aux producteurs américains la tentation de relancer leur activité, au risque d'inonder de nouveau le marché et de faire mécaniquement déprimer les cours.

Bizarrement, quand les ministres du pétrole (de l'OPEP) ont été interrogés sur cette éventualité, ils n'ont pas semblé s'inquiéter, se sont étonnés les experts de Morgan Stanley.

Estimant qu'il fallait entre six et neuf mois aux compagnies pour répercuter les fluctuations du marché, ils prévenaient que la production américaine risquait de bondir lors de la deuxième moitié de 2017, au moment même où l'OPEP pourrait être tentée de faire repartir la sienne après avoir appliqué son accord.

Plus que les producteurs traditionnels de pétrole américain, dont l'activité est restée plutôt stable ces dernières années, c'est l'exploitation des hydrocarbures de schiste qui est surveillée avec attention car elle est très réactive au marché et, à elle seule, a presque fait doubler la production américaine entre 2010 et 2015.

Avant même la décision de l'OPEP, le contexte politique intérieur semblait déjà engageant, car le futur président, le républicain Donald Trump, a multiplié pendant sa campagne électorale les promesses de mesures favorables au secteur, s'engageant à lever les restrictions sur l'énergie américaine.


- Dernier mot au marché

Ces mesures pourraient considérablement déprimer les cours du pétrole, puisque M. Trump a promis de promouvoir les investissements dans le secteur du pétrole de schiste, d'ouvrir à l'exploitation une plus grande partie du domaine fédéral, ainsi que d'encourager le développement énergétique en mer, note Patrick Dennis, d'Oxford Economics.

Quant à une politique de déréglementation, notamment par rapport aux effets controversés de la fracturation hydraulique dans le schiste, les atermoiements de l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA), qui a publié une étude aux conclusions apparemment rassurantes sur le sujet avant de rétracter son communiqué de presse, laissent la voie ouverte aux spéculations.

Reste que le flou règne sur les réelles intentions de M. Trump, qui a maintenu ces dernières semaines l'ambigüité sur sa position quant au changement climatique.

En tout état de cause, l'économie des Etats-Unis fonctionne de manière bien plus libérale que la majeure partie des pays producteurs, chez qui la politique énergétique reste imprimée par les gouvernements, et, comme l'avançait encore fin novembre le PDG du français Total, l'attitude des producteurs américains dépendra plus du marché que de M. Trump.

C'est donc bien l'OPEP et la mise en oeuvre réussie ou non de son accord qui semblent détenir la clé, au moment où des observateurs se montrent déjà prudents sur la capacité du cartel à faire respecter ce pacte, malgré la mise en place d'un comité de surveillance et l'imposition de quotas précis à chaque membre.

Les producteurs américains de schiste vont accélérer un peu leur activité, mais ils vont y aller lentement, avance Carl Larry, de Frost & Sullivan, soulignant que les compagnies gardent le souvenir d'un pétrole presque tombé à 25 dollars le baril début 2016 face à la surabondance générale.

Cette fois, ils vont être très prudents, a-t-il conclu.

(c) AFP

Commenter Aux USA, les producteurs de pétrole sont en embuscade après l'Opep


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    mardi 14 mai 2019

    La production de pétrole de l'Opep stable en avril malgré un…

    Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu sa production quasi inchangée le mois dernier, une baisse en Iran ayant...

    mardi 07 mai 2019

    L'EIA relève ses prévisions pour la production américaine de…

    New York: La production américaine de pétrole brut devrait augmenter de 1,49 million de barils par jour (bpj) en 2019 pour atteindre...

    mercredi 01 mai 2019

    Opep: Le but de la réunion de juin est de prolonger le pacte…

    Doha: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la Russie et d'autres pays producteurs auront pour objectif de prolonger l'accord d'encadrement de...

    samedi 27 avril 2019

    Sanctions contre l'Iran: Moscou n'augmentera pas sa producti…

    Pékin: La Russie n'augmentera pas sa production de pétrole dans l'immédiat, malgré le durcissement des sanctions américaines contre l'Iran, a déclaré samedi...

    vendredi 26 avril 2019

    Ryad 'et d'autres' sont prêts à augmenter leur production de…

    Washington: Le président américain, Donald Trump, a affirmé vendredi que "l'Arabie saoudite et d'autres" pays étaient d'accord pour augmenter leur production de...

    jeudi 25 avril 2019

    L'Irak deviendrait le 3e exportateur de pétrole du monde en …

    Bagdad: L'Irak devrait produire près de six millions de barils par jour (mbj) en 2030, a estimé jeudi l'Agence internationale de l'énergie...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 24 mai 2019 à 21:37

    Le pétrole se redresse après sa pire séance de l'année

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, se redressant après avoir subi la veille leur pire séance...

    vendredi 24 mai 2019 à 12:12

    Le pétrole rebondit sans effacer le plongeon de la veille

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, le marché reprenant son souffle après avoir subi les plus fortes...

    vendredi 24 mai 2019 à 05:59

    Le pétrole se reprend un peu en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, au lendemain de la pire séance de l'année, mais...

    jeudi 23 mai 2019 à 21:34

    Le baril de brut new-yorkais perd 5,7% au terme de sa pire s…

    Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole new-yorkais a clôturé jeudi sa pire séance de l'année sur un plongeon de...

    jeudi 23 mai 2019 à 17:39

    Plus forte baisse de 2019 pour le pétrole sur fond de tensio…

    Londres: Les prix du pétrole fondaient jeudi, le Brent, référence internationale, perdant 4% et le WTI américain sombrant de 5% alors que...

    jeudi 23 mai 2019 à 16:56

    Le pétrole perd plus de 4%, les tensions commerciales s'accr…

    Londres: Les prix du pétrole fondaient jeudi, le Brent, référence internationale, perdant 4% et le WTI américain sombrant de 5% alors que...

    jeudi 23 mai 2019 à 12:13

    Le pétrole souffre de la hausse des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les réserves américaines ont augmenté la semaine dernière et...

    mercredi 22 mai 2019 à 21:53

    Le pétrole chute avec le bond des stocks américains

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté mercredi dans le sillage d'un bond des stocks de brut et de produits...

    mercredi 22 mai 2019 à 17:26

    Hausse surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis

    New York: Les stocks de pétrole brut et ceux des produits raffinés ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 23 mai 2019 Le prix du pétrole WTI, référence américaine, baissait fortement et est passé sous les 60 dollars le baril jeudi, à son plus bas depuis plus d'un mois et demi, plombé par les tensions commerciales et la hausse des réserves des Etats-Unis.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite