Menu
A+ A A-

Le pétrole baisse fortement, les doutes demeurant à la veille de l'Opep

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fortement baissé mardi à la veille d'une décision très attendue de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), les doutes reprenant le dessus sur la concrétisation d'un accord de baisse de l'offre.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 1,85 dollar à 45,23 dollars sur le contrat pour livraison en janvier au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord a cédé 1,86 cent à 46,38 dollars sur le contrat pour livraison en janvier à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Les pays de l'OPEP sont en train de pousser leur bluff au maximum en se menaçant les uns les autres de ne pas baisser leur production et de laisser les cours plonger", a résumé Mike Lynch, de Strategic Energy & Economic Research.

"Si cela devait vraiment se produire, cela plomberait encore plus les prix... Mais, pour le moment, cette simple éventualité les plombe déjà", a-t-il ajouté.

Le cartel s'apprête à tenir mercredi à Vienne son sommet semestriel et, si cette réunion est toujours scrutée attentivement, elle l'est particulièrement cette fois-ci puisque l'enjeu en est un éventuel accord de réduction de la production.

Annoncé fin septembre, ce projet d'accord a fait fluctuer pendant deux mois les cours en fonction des rumeurs plus ou moins favorables sur le sujet et, lundi encore, des déclarations jugées encourageantes de l'Irak avaient suffi à faire monter le marché d'un dollar le baril.

Désormais, cependant, "l'Iran, l'Irak et l'Arabie Saoudite semblent peiner à mettre de côté leurs différends et cela inquiète les investisseurs", a rapporté Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

L'Arabie saoudite domine le cartel et est le principal fer de lance d'un accord ambitieux, mais le flou demeure sur les concessions auxquelles elle est prête face à l'Iran, son grand rival régional, au moment où la République islamique fait son grand retour sur le marché mondial et n'est donc pas du tout encline à limiter son offre.

A son arrivée à Vienne, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, ne s'est pas prononcé sur la situation de son pays, préférant déclarer sans trop s'avancer que l'OPEP gardait en ligne de mire ce qui avait été décidé fin septembre.


- Stocks américains

"Est-ce que l'OPEP va être capable de sortir quelque chose de son chapeau à la dernière minute ?", s'est demandé Kyle Cooper, de IAF Advisors. "Tout se résume à cela".

Les enjeux dépassent même le cartel puisque les investisseurs espèrent voir la Russie, gros producteur extérieur à l'OPEP, rejoindre un pacte de limitation de la production.

Pour l'heure, le marché n'a cependant guère obtenu de soutien du côte de Moscou puisque la Russie dit n'envisager qu'un gel et non une baisse de sa production et s'est abstenue de participer au sommet de Vienne, sans exclure certes une réunion ultérieure.

"Enfin - enfin ! - le grand moment arrive demain... Et on aura un bonus avec les chiffres hebdomadaires sur l'offre" aux Etats-Unis, a enchaîné dans une note Matt Smith, de ClipperData.

Comme tous les mercredis, le département américain de l'Energie (DoE) publiera son rapport sur les stocks de pétrole brut et de produits raffinés, généralement surveillé avec attention par les investisseurs.

Reste que "le moteur du marché, ce sera si l'OPEP parvient à annoncer quoi que ce soit demain", a conclu M. Cooper, remarquant qu'en cet état des choses, les chiffres sur l'offre américaine seront probablement éclipsés.

(c) AFP

Commenter Le pétrole baisse fortement, les doutes demeurant à la veille de l'Opep


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 20 mai 2019 à 21:54

    Le pétrole hésite à la clôture, l'Arabie saoudite veut pours…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après un appel de l'Arabie saoudite à prolonger un...

    lundi 20 mai 2019 à 13:21

    Frets maritimes: les frets secs grimpent, les pétroliers sta…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont grimpé la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers sont restés...

    lundi 20 mai 2019 à 12:45

    Le pétrole grimpe, l'Arabie saoudite campe sur ses positions…

    Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens après un appel de l'Arabie saoudite à prolonger l'accord de limitation...

    lundi 20 mai 2019 à 11:41

    Les prix des carburants se maintiennent à un niveau élevé

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises se sont maintenus à un niveau élevé la semaine dernière, après 6 mois de...

    lundi 20 mai 2019 à 05:59

    Le pétrole grimpe en Asie, après la réunion de l'Opep

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, en raison des tensions au Moyen-Orient et de l'engagement...

    samedi 18 mai 2019 à 03:00

    L'Argentine attribue 18 zones maritimes à l'exploration de g…

    Buenos aires: Le gouvernement argentin a attribué 18 zones maritimes à de grandes entreprises pour qu'elles en explorent les éventuelles ressources pétrolières...

    vendredi 17 mai 2019 à 12:11

    Le pétrole dopé sur la semaine par les tensions géopolitique…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, en nette hausse sur la semaine alors que les tensions géopolitiques...

    vendredi 17 mai 2019 à 05:49

    Le pétrole continue de flamber en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de flamber, vendredi en Asie, en raison de l'escalade entre Washington et Téhéran, alors que l'Iran...

    jeudi 16 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte, la tension grimpe au Moyen-Orient

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont grimpé jeudi avant une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et de ses...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 1 mai 2019 Le secteur pétrolier a flanché du fait d'un net recul des cours du pétrole dans la foulée de la publication d'un bond des stocks américains. BP a perdu 1,25% et Royal Dutch Shell 1,44%.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite