Menu
A+ A A-

L'Opep dans la dernière ligne droite pour limiter sa production

prix du petrole ParisParis: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) va tenter mercredi à Vienne de sceller un accord pour limiter sa production et ainsi faire remonter les cours, mais de nombreuses incertitudes pèsent sur ces négociations extrêmement complexes, notamment les modalités pratiques d'une telle entente.
Ce serait la première fois depuis 8 ans que le cartel parviendrait à s'entendre pour diminuer sa production.

Depuis plusieurs semaines, les tractations entre les 14 membres pour mettre en place des quotas par pays vont bon train pour aboutir à cet accord, réclamé à cor et à cris par les pays les plus dépendants de la manne pétrolière (Nigeria, Venezuela...), mais compromis par les fortes rivalités entre l'Iran et l'Arabie saoudite, et la situation précaire de certains producteurs en guerre (Irak, Libye).

Les ministres de l'OPEP ont convenu il y a deux mois à Alger lors d'une réunion informelle de ramener leur production entre 32,5 et 33 millions de barils par jour (mbj) et de parvenir à un accord avec d'autres grands producteurs, à commencer par le premier d'entre eux, la Russie, qui s'y est dit favorable, pour relancer des cours déprimés par une surabondance d'offre depuis l'été 2014.

Tombés en début d'année à 26-27 dollars le baril, les prix du pétrole ont amorcé depuis une spectaculaire remontée, alimentée par des interruptions de production et les espoirs d'une entente internationale sur les niveaux de production. Ils oscillent depuis mi-août entre 42 et 53 dollars le baril en moyenne.

Un nombre croissant d'analystes pétroliers semble s'accorder avec les marchés sur le fait que l'OPEP sera en mesure de s'entendre sur une certaine forme d'accord avec la Russie pour résorber la production de brut, a commenté Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.

Le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak a fait savoir jeudi que le cartel avait proposé à Moscou de réduire sa production de 500.000 barils par jour.

Reste à savoir si une telle mesure peut encore être efficace, alors que l'OPEP a pompé plus de brut que jamais en octobre - 33,64 mbj -, que la production russe a beaucoup augmenté ces dernières années pour atteindre plus de 11 mbj, et que plusieurs membres de l'OPEP demandent à être exemptés de toute mesure contraignant leur offre.

Selon des informations ayant fuité cette semaine dans la presse, chaque pays se verrait proposer de réduire sa production de 4% à 4,5%, à l'exclusion de la Libye, qui a jugé dimanche impensable toute réduction de sa production, et du Nigeria.


- Revirement saoudien

L'impact de toute décision de l'OPEP sur les prix moyens de 2017 est considérablement surévalué dans la mesure où toute réduction potentielle de la production ne constituerait qu'une partie relativement faible du puzzle mondial de l'offre et de la demande, avec des facteurs de contrepoids tels que le pétrole de schiste américain, ont commenté les analystes de JBC Energy.

Si l'Arabie saoudite, leader du cartel, a estimé impératif un consensus, l'Irak, deuxième producteur du groupe, a envoyé des messages contradictoires et l'Iran semble moins enclin au compromis.

Les choses ont changé depuis la tentative de (mettre en place un) gel à Doha en avril. (...) C'était l'Arabie saoudite qui avait de grosses hésitations (...), aujourd'hui l'Arabie saoudite est la première à s'engager à réduire, souligne Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Un revirement qui s'explique, selon l'analyste, par le fait que la politique de guerre des prix menée jusqu'alors par Ryad n'a eu que peu d'effets sur son grand rival géopolitique, Téhéran, habitué de longue date à évoluer au sein d'un marché déprimé en raison des sanctions occidentales qui ont pesé sur le pays de 2012 à 2015.

Ce qui est le plus important concernant cet accord potentiel de l'OPEP, ce n'est pas son plein respect mais le fait qu'il pourrait autoriser l'Arabie saoudite à mettre un terme à sa politique (initiée en) novembre 2014 de production libéralisée, relève M. Jakob.

C'est sans doute pourquoi, selon M. Razaqzada, l'OPEP devrait autoriser l'Iran à simplement limiter plutôt que réduire sa production de pétrole, ce qui augmente les chances qu'un accord soit conclu alors que Téhéran se refuse catégoriquement à baisser son offre.

A l'unisson de ses homologues saoudien et russe, le ministre iranien du Pétrole Bijan Zanganeh a jugé dimanche que l'OPEP peut parvenir à un accord durable concernant sa production et la gestion du marché.

(c) AFP

Commenter L'Opep dans la dernière ligne droite pour limiter sa production


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    lundi 18 mars 2019

    Opep: Pas de réunion en avril, décision en juin sur la produ…

    Bakou: L'Opep est près de renoncer à tenir une réunion prévue en avril, attendant celle de juin pour décider s'il y a...

    vendredi 15 mars 2019

    La production de pétrole du Venezuela baisse régulièrement

    Washington: Le représentant spécial américain pour le Venezuela, Elliott Abrams, a déclaré vendredi que les exportations pétrolières vénézuéliennes diminuaient régulièrement, de l'ordre...

    jeudi 14 mars 2019

    L'Opep craint un engorgement et prépare le terrain à un pact…

    Londres: L'OPEP a réduit sa prévision de la demande pour ses bruts cette année en raison de la forte hausse de la...

    mardi 26 février 2019

    Les critiques de Trump ne feront pas bouger l'Opep

    Londres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés continueront d'appliquer leur accord de réduction de la production en dépit...

    jeudi 21 février 2019

    OPEP+ respecte des coupes de production pétrolière à 83% en …

    OPEP: Un Comité technique qui surveille la mise en œuvre des coupes de production OPEP/non-OPEP a constaté que les alliés ont obtenu...

    mercredi 13 février 2019

    La prochaine grande crise de l'OPEP

    OPEP: L'OPEP réussit dans une certaine mesure à sortir d'un autre ralentissement du marché pétrolier, mais à moyen terme, le cartel fait face...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 25 mars 2019 à 14:14

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers sans direc…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont évolué dans des directions différentes la semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 13:41

    Les prix des carburants montent encore à l'exception du gazo…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière à l'exception du gazole, alors que le prix du pétrole...

    lundi 25 mars 2019 à 12:30

    Le pétrole creuse un peu ses pertes

    Londres: Les prix du pétrole reculaient encore un peu lundi en cours d'échanges européens après une baisse marquée en fin de semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 05:48

    Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer lundi en Asie, les craintes de ralentissement de la croissance prenant les devants sur...

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 25 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 66,84 dollars à Londres, en baisse de 19 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance cédait 44 cents à 58,60 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite