Très faible recul du pétrole, attentisme avant l'Opep

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en très légère baisse mercredi à l'issue d'une séance hésitante, les investisseurs choisissant finalement l'attentisme face au flou régnant sur une éventuelle réduction de l'offre par les principaux producteurs.
Le cours du baril de light sweet crude (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine de brut, a concédé 7 cents à 47,96 dollars sur le contrat pour livraison en janvier au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a baissé de 17 cents à 48,95 dollars sur le contrat pour livraison au même mois à l'Intercontinental Exchange (ICE).

Nous avons eu des informations contradictoires, avec l'Irak qui à l'air d'être prêt à participer à une réduction de la production mais la Russie qui semble plus incertaine, donc les investisseurs attendent la semaine prochaine pour savoir ce qui va vraiment sortir de cette réunion, a expliqué Michael Lynch de Strategic Energy Economic Research.

Lors du sommet du 30 novembre à Vienne, les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) doivent finaliser un accord de réduction de la production afin de rééquilibrer le marché et faire remonter les prix.

Le Premier ministre irakien, Haidar Al-Abadi, a déclaré mercredi que son pays allait limiter sa production, ce qu'il avait refusé de promettre pour l'instant, a rapporté l'agence Bloomberg.

Nous limiterons la production pour préserver les prix, a déclaré le Premier ministre du deuxième producteur du cartel.

Le pays avait à plusieurs reprises fait douter de sa volonté d'accepter un quota limitant sa production arguant du fait qu'il devait dégager des ressources financières pour lutter contre l'organisation Etat Islamique.

Quant à la Russie, important pays producteur non membre du cartel mais dont la participation est jugée cruciale pour rendre efficace un accord, les investisseurs ne sont pas sûrs de ce qu'ils offrent réellement en termes de réduction, a expliqué Mike Lynch.


- Baisse des stocks américains de brut

Dans ce contexte, les cours ont été ballotés au gré des rumeurs sur les positions de chacun.

Des inconnues subsistent également sur l'Iran qui voulait profiter de la levée des sanctions internationales pour augmenter sa production.

Dans l'ensemble, nous continuons a penser qu'un accord est probable même si les compromis nécessaires pour y parvenir peuvent en affaiblir les effets, a jugé Tim Evans de Citi dans une note.

La prudence des investisseurs a encore été renforcée par l'absence de certains opérateurs aux Etats-Unis en congés anticipés à la veille de la fête de Thanksgiving (Action de grâce). Les marchés américains seront fermés jeudi et la séance de vendredi sera raccourcie.

La publication des chiffres hebdomadaires sur les réserves américaines de pétrole n'a offert qu'une très brève distraction aux investisseurs.

Contrairement aux attentes, les stocks de brut aux Etats-Unis ont légèrement reculé de 1,3 million de barils au cours de la semaine achevée le 18 novembre selon les chiffres du département de l'Energie (DoE).

Les réserves d'essence ont en revanche avancé de 2,3 millions barils et celles de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, ...) ont monté de 300.000 barils.

La production américaine, qui avait marqué une pause la semaine précédente, est repartie à la hausse.

A ce sujet, le décompte hebdomadaires des puits de pétrole actifs aux Etats-Unis établi par le groupe privé Baker Hughes a augmenté, il est considéré comme un indicateur avancé de la production.

(c) AFP

Commenter Très faible recul du pétrole, attentisme avant l'Opep