Menu
RSS
A+ A A-

En légère hausse, le pétrole hésite toujours entre Opep et dollar

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Le pétrole a légèrement monté vendredi, continuant à fluctuer de manière erratique entre l'influence positive des espoirs concernant l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et celle négative de la force persistante du dollar.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine de brut, a gagné 27 cents à 45,69 dollars au New York Mercantile Exchange (Nymex) sur le contrat pour livraison en décembre, dont c'était le dernier jour comme cours de référence.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a gagné 37 cents à 46,86 dollars sur le contrat pour livraison en janvier à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"En fin de compte, l'optimisme relatif à l'OPEP a eu du mal à compenser la force du dollar", a résumé Phil Flynn, de Price Futures Group.

Ces deux influences contrastées agitent depuis le début de la semaine le marché du pétrole et ont contribué vendredi, comme lors des deux précédentes séances, à des mouvements très hésitants, les cours passant successivement dans le rouge et le vert.

Sur le plan de l'OPEP, dont plusieurs membres étaient réunis au Qatar, les investisseurs ont continué à essayer de déterminer les chances de voir se concrétiser un projet d'accord de baisse de l'offre, qui a été annoncé fin septembre et doit être mis en oeuvre lors du sommet du 30 novembre.

"On dirait que ses membres sont en train de trouver un terrain d'entente sur l'estimation de leurs niveaux de production", à partir desquels s'entendra toute baisse de l'offre, a rapporté M. Flynn, citant à cet appui des propos du ministre irakien du Pétrole.

Pour le moment, l'Irak n'a toutefois pas envoyé de représentant à Doha et cette absence a été aussi remarquée que celle de l'Iran, ces deux membres ayant particulièrement accru leur production en octobre, donc depuis l'annonce du projet d'accord.


- Les forages reprennent

Certes, la Russie était, elle, présente, alors qu'elle n'appartient pas au cartel, mais laisse ouverte la porte à une participation à l'accord, et son ministre de l'Energie, Alexander Novak, s'est dit "optimiste" quant à la capacité de l'OPEP à s'entendre.

"Les investisseurs n'ont manifestement pas été très impressionnés par les progrès dont l'OPEP et la Russie ont fait état", a relativisé dans une note Tim Evans, de Citi, notant au passage que les fluctuations des cours avaient pu être accentuées par des effets techniques liés à l'expiration du contrat pour décembre sur le WTI.

Il se faisait l'écho de rumeurs selon lesquelles ces progrès concernerait un quota de production fixé pour l'Iran à un niveau supérieur à son offre actuelle, ce qui ne ferait que déporter sur d'autres membres la responsabilité de baisser la leur.

En tout état de cause, ces rumeurs et spéculations variées n'ont pas totalement suffi à éliminer l'influence négative sur les cours du renforcement persistant du dollar, qui continue à évoluer au plus haut depuis le début des années 2000.

"Le dollar monte, monte et monte", a écrit Matt Smith, de ClipperData, "et le marché du pétrole est plombé par ce poids écrasant."

La force du billet vert, qui profite de la perspective apparemment de plus en plus acquise de hausse des taux par la Réserve fédérale (Fed) en décembre, nuit aux cours de l'or noir car ils sont libellés en dollars et en deviennent donc plus coûteux.

Enfin, dernier élément encourageant à la prudence vendredi, "le décompte des puits actifs aux Etats-Unis a fait état d'une hausse bien plus marquée que prévu", a rapporté M. Flynn.

Etabli par le groupe Baker Hughes, ce décompte, qui est considéré comme un indicateur avancé de la production américaine et témoigne d'un rebondissement depuis le début de l'été, a encore augmenté de 19 unités cette semaine.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 20 juin 2018 à 22:32

Le pétrole lesté à Londres par l'Opep, porté à New York par …

NYC/Cours de clôture: Le pétrole a reculé mercredi à Londres alors qu'abondent les spéculations à l'approche d'un important sommet entre l'Organisation des...

mercredi 20 juin 2018 à 18:42

"La raison l'emportera" à l'Opep, selon l'Arabie s…

vienne: Le ministre de l'Energie saoudien s'est montré mercredi optimiste sur ses chances de convaincre l'Opep de revoir à la hausse ses...

mercredi 20 juin 2018 à 16:52

USA: les stocks de brut chutent, ceux de produits raffinés m…

New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont baissé deux fois plus fortement que prévu la semaine dernière, tandis que...

mercredi 20 juin 2018 à 16:29

Corruption au Nigeria: Eni et Shell cités comme "respon…

milan: Le procès des compagnies pétrolières Eni et Shell, pour corruption lors de l'attribution d'un contrat pour un bloc offshore au Nigeria...

mercredi 20 juin 2018 à 16:08

Le pétrole en hausse, l'Iran et l'Arabie saoudite jouent leu…

Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que l'Iran et l'Arabie saoudite campent sur leurs positions...

mercredi 20 juin 2018 à 15:30

L'Iran et l'Arabie saoudite campent sur leurs positions avan…

Vienne: L'Arabie saoudite a plaidé mercredi en faveur d'une augmentation de la production de pétrole de l'Opep, avant une réunion du cartel...

mercredi 20 juin 2018 à 12:58

Pétrole: la Libye perd des milliards de dollars en raison de…

Tripoli: Le patron de la compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) Mustafa Sanallah déplore, dans un entretien à l'AFP, des milliards de...

mercredi 20 juin 2018 à 12:25

Le pétrole remonte après un commentaire de l'Iran

Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que l'Iran a indiqué ne pas croire à un...

mercredi 20 juin 2018 à 08:31

Le pétrole aux Féroé: un rendez-vous pour le moment manqué

Tórshavn (danemark): Toujours pas l'ombre d'une plateforme en vue... Après avoir nourri les attentes et galvanisé les rêves d'indépendance au tournant du...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite