Menu
A+ A A-

En légère hausse, le pétrole hésite toujours entre Opep et dollar

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Le pétrole a légèrement monté vendredi, continuant à fluctuer de manière erratique entre l'influence positive des espoirs concernant l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et celle négative de la force persistante du dollar.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine de brut, a gagné 27 cents à 45,69 dollars au New York Mercantile Exchange (Nymex) sur le contrat pour livraison en décembre, dont c'était le dernier jour comme cours de référence.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a gagné 37 cents à 46,86 dollars sur le contrat pour livraison en janvier à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"En fin de compte, l'optimisme relatif à l'OPEP a eu du mal à compenser la force du dollar", a résumé Phil Flynn, de Price Futures Group.

Ces deux influences contrastées agitent depuis le début de la semaine le marché du pétrole et ont contribué vendredi, comme lors des deux précédentes séances, à des mouvements très hésitants, les cours passant successivement dans le rouge et le vert.

Sur le plan de l'OPEP, dont plusieurs membres étaient réunis au Qatar, les investisseurs ont continué à essayer de déterminer les chances de voir se concrétiser un projet d'accord de baisse de l'offre, qui a été annoncé fin septembre et doit être mis en oeuvre lors du sommet du 30 novembre.

"On dirait que ses membres sont en train de trouver un terrain d'entente sur l'estimation de leurs niveaux de production", à partir desquels s'entendra toute baisse de l'offre, a rapporté M. Flynn, citant à cet appui des propos du ministre irakien du Pétrole.

Pour le moment, l'Irak n'a toutefois pas envoyé de représentant à Doha et cette absence a été aussi remarquée que celle de l'Iran, ces deux membres ayant particulièrement accru leur production en octobre, donc depuis l'annonce du projet d'accord.


- Les forages reprennent

Certes, la Russie était, elle, présente, alors qu'elle n'appartient pas au cartel, mais laisse ouverte la porte à une participation à l'accord, et son ministre de l'Energie, Alexander Novak, s'est dit "optimiste" quant à la capacité de l'OPEP à s'entendre.

"Les investisseurs n'ont manifestement pas été très impressionnés par les progrès dont l'OPEP et la Russie ont fait état", a relativisé dans une note Tim Evans, de Citi, notant au passage que les fluctuations des cours avaient pu être accentuées par des effets techniques liés à l'expiration du contrat pour décembre sur le WTI.

Il se faisait l'écho de rumeurs selon lesquelles ces progrès concernerait un quota de production fixé pour l'Iran à un niveau supérieur à son offre actuelle, ce qui ne ferait que déporter sur d'autres membres la responsabilité de baisser la leur.

En tout état de cause, ces rumeurs et spéculations variées n'ont pas totalement suffi à éliminer l'influence négative sur les cours du renforcement persistant du dollar, qui continue à évoluer au plus haut depuis le début des années 2000.

"Le dollar monte, monte et monte", a écrit Matt Smith, de ClipperData, "et le marché du pétrole est plombé par ce poids écrasant."

La force du billet vert, qui profite de la perspective apparemment de plus en plus acquise de hausse des taux par la Réserve fédérale (Fed) en décembre, nuit aux cours de l'or noir car ils sont libellés en dollars et en deviennent donc plus coûteux.

Enfin, dernier élément encourageant à la prudence vendredi, "le décompte des puits actifs aux Etats-Unis a fait état d'une hausse bien plus marquée que prévu", a rapporté M. Flynn.

Etabli par le groupe Baker Hughes, ce décompte, qui est considéré comme un indicateur avancé de la production américaine et témoigne d'un rebondissement depuis le début de l'été, a encore augmenté de 19 unités cette semaine.

(c) AFP

Commenter En légère hausse, le pétrole hésite toujours entre Opep et dollar



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 19 avril 2024 à 11:05

    Le pétrole se stabilise, espoirs de désescalade malgré les e…

    Londres: Les cours du pétrole montaient à peine vendredi en fin de matinée, après avoir pourtant bondi temporairment de plus de 4%...

    jeudi 18 avril 2024 à 22:00

    Quatrième séance de baisse d'affilée pour le pétrole Brent

    Cours de clôture: Le prix du baril de Brent de la mer du Nord a enchaîné jeudi une quatrième séance de baisse...

    jeudi 18 avril 2024 à 11:55

    Le pétrole en baisse, l'économie l'emporte sur la géopolitiq…

    Londres: Les prix du pétrole restaient dans le rouge jeudi, les investisseurs se concentrant sur les perspectives économiques américaines mitigées alors que...

    mercredi 17 avril 2024 à 21:05

    Le pétrole chute, plombé par la retenue israélienne et les s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse mercredi, entraînés par des signes de retenue d'Israël dans sa...

    mercredi 17 avril 2024 à 18:45

    USA: Nouvelle hausse des stocks de pétrole brut après ajuste…

    NYC / Stocks aux USA: Les stocks de pétrole ont de nouveau enregistré une hausse hebdomadaire plus importante que prévu aux Etats-Unis...

    mercredi 17 avril 2024 à 11:25

    Le pétrole baisse, entre risque géopolitique et économie amé…

    Londres: Les cours du pétrole baissaient encore mercredi, la réponse d'Israël à l'attaque iranienne se faisant toujours attendre, les investisseurs mettant en...

    mardi 16 avril 2024 à 21:30

    Le pétrole stagne en attendant une réponse d'Israël à l'atta…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole sont restés quasiment stables mardi, les traders restant dans l'expectative d'une réaction d'Israël à une...

    mardi 16 avril 2024 à 11:30

    Le pétrole patiente, le marché attend la réponse d'Israël à …

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient légèrement mardi, les investisseurs attendant la réaction d'Israël après une attaque de l'Iran sur son sol...

    lundi 15 avril 2024 à 22:00

    Le pétrole baisse après une attaque iranienne sur Israël lar…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement baissé lundi après une attaque de l'Iran contre Israël largement déjouée avec l'aide...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📈 En janvier 2024, le prix du pétrole rebondit

    Le vendredi 16 février 2024

    En janvier 2024, le prix du pétrole en euros rebondit (+3,1 % sur un mois après ‑7,3 % en décembre 2023).

    Lire la suite

    📈 L'Opep+ garde son cap pour soutenir les prix du pétrole

    Le mercredi 04 octobre 2023

    Vienne: Un panel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de leurs alliés (Opep+) a recommandé mercredi de maintenir la stratégie actuelle de baisse de production, renforcée par les coupes saoudiennes et russes, dans le but de soutenir les cours.

    Lire la suite

    🔎 Le Pic pétrolier approche: comment éviter le chaos d'une pénurie mondiale de pétrole ?

    Le mercredi 08 mars 2023

    Le pic pétrolier est un sujet d'une importance cruciale pour notre avenir énergétique. Il se réfère au moment où la production de pétrole mondiale atteint son sommet avant de décliner de manière irréversible. La question de savoir si nous sommes en train de manquer de pétrole est étroitement liée à ce concept.

    Lire la suite