Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole baisse un peu, très hésitant sur l'Opep et les USA

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement baissé mercredi à l'issue d'une séance particulièrement hésitante, face aux incertitudes sur l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et à l'annonce d'une nette hausse des réserves américaines.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 24 cents à 45,57 dollars sur le contrat pour livraison en décembre au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 32 cents à 46,63 dollars sur le contrat pour livraison en janvier à l'Intercontinental Exchange (ICE).

Au lendemain d'un bond de plus de 5%, la séance a été marquée par de nombreux revirements pour les cours, qui ont évolué dans le rouge comme dans le vert avant de terminer proches de l'équilibre.

D'un côté, "le marché a réagi par la négative à des chiffres sur les réserves" américaines, a mis en avant Andy Lipow, de Lipow Oil Associates. "Elles ont nettement augmenté, que ce soit pour le pétrole brut ou les produits raffinés."

Les stocks de brut ont monté de plus de cinq millions de barils la semaine dernière tandis que les réserves d'essence et de produits distillés (fioul...) ont observé des progressions plus modestes mais inattendues.

"Les raffineries ont aussi franchement accéléré la cadence, ce qui laisse présager de hausses pour les stocks d'essence et de produits distillés", a renchéri dans une note Matt Smith, de ClipperData.

"L'idée générale de cette publication, c'est que l'offre est solide, en matière d'importations de pétrole, de cadence des raffineries et de niveau des réserves", a-t-il résumé.

Toutefois, même si c'est bien le niveau élevé de l'offre mondiale qui préoccupe le marché, les investisseurs ont vite semblé se retourner sur ce qui les préoccupe le plus depuis plusieurs semaines: les intentions de l'OPEP.

Les marchés "sont confrontés aux spéculations sur ce qui pourrait se produire à l'issue du sommet de l'OPEP à la fin du mois", plus précisément le 30 novembre, a expliqué M. Lipow.

Depuis que le cartel a annoncé fin septembre son intention de conclure un accord sur une baisse de l'offre, les cours fluctuent largement en fonction des rumeurs et des déclarations plus ou moins encourageantes sur le sujet et, après une longue période de déprime, leur bond de mardi a largement été alimenté par des bruits jugés de bon augure.

Désormais, c'est l'expectative qui domine avec des éléments discordants: parmi les actualités positives, l'Arabie saoudite, membre dominant du cartel, "va rencontrer la Russie demain à Doha", a rapporté M. Lipow.

- Rapport de l'AIE

L'attitude de la Russie alimente beaucoup de spéculations car elle n'est pas membre de l'OPEP mais fait partie des trois grands producteurs mondiaux, avec l'Arabie saoudite et les Etats-Unis, et n'exclut pas de rejoindre un accord.

"Mais l'Iran et l'Irak ne seront pas là, alors que ce sont les deux pays qui sont en train de nettement accélérer leur production", a nuancé M. Lipow. "Cela témoigne des divisions qui demeurent au sein de l'OPEP quant au type d'accord qui doit être conclu. Un simple gel ? Une vraie baisse de la production ? Mais dans quelle mesure ?"

D'autres membres de l'OPEP donnent aussi des signes de hausse de leur production, comme la Libye, qui a fait part mercredi de son intention de quasiment doubler la sienne l'an prochain, après avoir vu son activité drastiquement réduite par la guerre civile en cours dans le pays.

"Tout le monde est d'accord pour dire que les autres doivent réduire leur production... Mais ça ne suffit manifestement pas pour qu'un accord soit conclu", a écrit Tim Evans, de Citi.

Dans ce contexte, les prévisions annuelles de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), selon laquelle le manque d'investissement pourrait entraîner un déficit de l'offre d'ici à quelques années, n'ont par ailleurs guère semblé susceptibles de trouver d'écho chez des investisseurs de plus en plus centrés sur le sommet de l'OPEP du 30 novembre.

"D'ici le sommet, le marché devrait continuer à évoluer en fonction des rumeurs sur le sujet, car beaucoup d'incertitudes demeurent", a conclu Gene McGillian, de Tradition Energy.

(c) AFP


Commenter Le pétrole baisse un peu, très hésitant sur l'Opep et les USA

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 23 février 2018 à 21:26

Le pétrole progresse, influencé par la baisse des stocks amé…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé en hausse vendredi, toujours influencés par...

vendredi 23 février 2018 à 16:05

Le pétrole temporise après avoir grimpé avec les stocks amér…

Londres: Les cours du pétrole bougeaient peu vendredi en cours d'échanges européens, temporisant après avoir grimpé en raison de stocks américains plus...

vendredi 23 février 2018 à 12:26

Le pétrole en léger repli après les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu vendredi en cours d'échanges européens après avoir bondi la veille à la suite de...

vendredi 23 février 2018 à 10:41

Parapétrolier: Schlumberger et Subsea 7 projettent une coent…

Oslo: Le leader mondial du secteur parapétrolier, le franco-américain Schlumberger, et son concurrent Subsea 7 ont dévoilé vendredi leur intention de former...

vendredi 23 février 2018 à 06:37

Le pétrole à la baisse en Asie

hong kong: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, après les gains enregistrés la veille grâce à...

jeudi 22 février 2018 à 21:39

Le pétrole soutenu par les exportations et les stocks améric…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont progressé jeudi à la clôture, soutenus par...

jeudi 22 février 2018 à 17:35

USA: baisse surprise des stocks de pétrole brut au 16/02

New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé aux Etats-Unis la semaine dernière selon des chiffres publiés jeudi par l'Agence américaine...

jeudi 22 février 2018 à 16:29

Le pétrole remonte un peu, le marché hésite avant les stocks…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant alors que les Etats-Unis publieront jeudi leurs...

jeudi 22 février 2018 à 12:47

Le pétrole recule légèrement avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu jeudi en cours d'échanges européens dans un marché prudent alors que les Etats-Unis publieront...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite