Menu
A+ A A-

Le pétrole finit en hausse, aidé par la présidentielle américaine

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse lundi, profitant d'un rebond général des marchés d'actions à la veille de l'élection présidentielle américaine.
Le cours du baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a gagné 82 cents à 44,89 dollars sur le contrat pour livraison en décembre au New York Mercantile Exchange, mettant ainsi un terme à une série de six séances consécutives de baisse.

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, qui observe une évolution semblable, a avancé de 57 cents à 46,15 dollars pour le contrat en livraison en janvier sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Une partie de cette fermeté vient des autres marchés, a estimé Oliver Sloup de iiTrader.

C'est une hausse générale due à la situation concernant les emails de Mme Clinton, a continué Bob Yawger de Mizuho Securities USA, estimant qu'elle avait plus de chances de sortir vainqueur de l'élection présidentielle que l'inverse, ce qui pousse les marchés à la hausse.

Le pétrole, considéré comme un actif risqué, a profité d'un regain de confiance des investisseurs qui misent à nouveau sur une victoire d'Hillary Clinton après l'annonce du FBI qu'il n'y avait pas matière à la poursuivre dans l'affaire des emails.

La perspective d'une présidence de Donald Trump avait poussé la semaine dernière les marchés à éviter les actifs les plus risqués, alors qu'une élection de la candidate démocrate serait un signal de stabilité et de continuité.

Ce rebond a toutefois été modéré et les marchés du pétrole se sont consolidés avec des volumes faibles à modérés, ce qui laisse penser que de nombreux opérateurs se réservent en attendant des détails supplémentaires, a estimé Tim Evans de Citi dans une note.

Au delà de l'élection présidentielle, la prudence est encouragée par les nombreuses incertitudes pesant sur les fondamentaux du marché de l'or noir.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) doit finaliser le 30 novembre son accord de réduction de la production.

Il sera très difficile de mettre tout le monde d'accord, a jugé Oliver Sloup.

Les doutes sur le sujet expliquent en partie la chute de plus de 9,5% du cours du WTI la semaine précédente.

Lundi, de nombreuses voix du cartel se sont faites entendre pour tenter de rassurer les marchés sur les chances d'aboutir à un accord.

Le secrétaire général de l'OPEP s'est ainsi montré optimiste et a indiqué que la Russie, important pays producteur non membre du cartel, avait assuré faire partie de l'accord.

Si la Russie ne veut pas réduire sa production, alors je ne m'attends pas à ce que l'Arabie saoudite, l'Iran ou le Nigeria limitent leur production car ils abandonneraient des parts de marché, a prévenu Oliver Sloup.

Le ministre irakien du Pétrole, Jabbar al-Luiebi, dont le pays avait semblé réticent à accepter des quotas limitant sa production, a fait part de la disposition de son pays à coopérer pour une stabilisation du marché.

Aucune des déclarations récentes n'est très convaincante, ont toutefois jugé les experts de PVM.

L'OPEP est toujours à des kilomètres de parvenir à un quelconque accord d'une réduction coordonnée de la production, ont ajouté les experts de Commerzbank dans une note.

La semaine s'annonce également chargée en publications concernant l'état de l'offre et de la demande avec les rapports mensuels, de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), de l'OPEP et du département américain de l'Energie (DoE).

Ce dernier revoit ses prévisions de production pour les Etats-Unis en 2017 à la hausse depuis cet été, et nous pensons que ce sera à nouveau le cas, notamment à cause de la hausse du nombre de puits, a prévenu Bjarne Schieldrop, analyste de SEB.

Toujours sur le plan américain, les investisseurs regarderont de près mercredi les stocks hebdomadaires de pétrole brut qui ont fortement rebondi la semaine précédente.

La force du dollar a pu quelque peu limiter lundi le mouvement à la hausse des cours de l'or noir. Le brut étant libellé dans cette monnaie, son prix se renchérit alors mécaniquement pour les opérateurs utilisant d'autres devises.
(c) AFP

Commenter Le pétrole finit en hausse, aidé par la présidentielle américaine


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 18 septembre 2019 à 12:56

    Le pétrole baisse mais reste soutenu par le risque élevé en …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens, alors que les investisseurs suivent de près l'évolution de l'approvisionnement...

    mercredi 18 septembre 2019 à 10:39

    Loukoïl met en garde contre l'achat de pétrole... sur Instag…

    Moscou: Le géant pétrolier russe Loukoïl a mis en garde ses clients contre de fausses offres d'achat de pétrole diffusées sur le...

    mardi 17 septembre 2019 à 21:46

    Suspendu à la production saoudienne, le pétrole se replie ap…

    Cours de clôture: Le prix du brut new-yorkais, qui avait flambé lundi après les attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite...

    mardi 17 septembre 2019 à 18:11

    Le prix du baril de brut chute sur des espoirs de reprise de…

    Londres: Les prix du pétrole chutaient mardi après des informations de presse indiquant que la production saoudienne pourrait être rétablie d'ici deux...

    mardi 17 septembre 2019 à 17:40

    La production d'Aramco de retour à la normale plus vite que …

    Londres: La production pétrolière saoudienne, réduite de moitié après les attaques du week-end, retrouvera un niveau normal dans deux ou trois semaines...

    mardi 17 septembre 2019 à 17:33

    Le baril de brut perd plus de 6%, espoirs de reprise de la p…

    Londres: Les prix du pétrole chutaient mardi après des informations de presse indiquant que la production saoudienne pourrait être rétablie d'ici deux...

    mardi 17 septembre 2019 à 12:03

    La moitié de la production saoudienne suspendue indisponible…

    Dubaï: Quelque trois millions de barils de pétrole saoudien par jour resteront indisponibles pendant un mois, soit environ la moitié de la...

    mardi 17 septembre 2019 à 11:15

    Le pétrole baisse légèrement, incertitude après l'attaque en…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mardi en cours d'échanges européens, dans un contexte incertain après l'explosion des cours la veille...

    mardi 17 septembre 2019 à 09:18

    Les cours du pétrole peinent à refluer après les attaques en…

    Tokyo: Les cours du pétrole n'étaient qu'en très léger recul mardi, après avoir décollé lundi en raison des attaques contre des installations...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Dimanche 15 septembre 2019 Selon le ministre de l'Energie, le prince Abdoulaziz ben Salman, cité samedi par l'agence officielle SPA, 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l'interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite